Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ensemble

Rechercher

Privatisation

Afficher l'image d'origine

14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 14:34

160 manifestants pro-Gaza défilent à Argenteuil

Anthony Lieures | 14 août 2014, 07h00
 
Argenteuil, hier. Le cortège de soutien à la Palestine a rallié la mairie à la sous-préfecture, où une délégation a été reçue. (LP/A.L.)

«  D'Argenteuil à Gaza, résistance, résistance ! » Environ 160 personnes ont défilé pour défendre le peuple palestinien, hier, en fin d'après-midi à Argenteuil. Le cortège était réuni à l'initiative de l'association Argenteuil Solidarité Palestine, qui en a profité pour lancer un appel à la municipalité () de la ville : « Nous souhaitons qu'Argenteuil établisse un jumelage avec Kobar, le village palestinien d'où est originaire Marwan Barghouti, et que celui-ci devienne citoyen d'honneur de la ville ! » a lancé Omar Slaouti pour l'association. 

Appels au boycott des produits israéliens


Outre les citoyens venus soutenir le cortège -- qui a rallié la mairie à la sous-préfecture d'Argenteuil -- de nombreux représentants de partis de gauche (, LO, , Ensemble...) ont également critiqué violemment l'Etat d'Israël et la position de la France. Alima Boumediene-Thiery, ex-députée européenne et ex-sénatrice, a fait parler sa colère : « J'ai fait ma première manifestation en 1982, a-t-elle rappelé. C'est un sentiment d'injustice qui nous anime face à l'impunité dont bénéficie Israël, qui commet à la face du monde des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité. » Dominique Mariette, porte-parole local de Lutte ouvrière (LO) a lui insisté sur son « espoir de voir grandir le mouvement de soutien à Gaza au sein même du peuple israélien (NDLR : plusieurs rassemblements -- interdits par la police -- ont eu lieu ces dernières semaines, notamment à Tel Aviv). » De nombreux appels au boycott des produits israéliens ont été lancés par les manifestants. Une délégation de trois personnes a été reçue à la sous-préfecture dans la soirée.

images-20140814_143611.JPGimages-20140814_143700.JPGimages-20140814_143734.JPG

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat - dans Solidarité dans le monde
commenter cet article
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 15:49

Le dimanche 25 mai 2014, les salariés comme les citoyens des pays composant l’Union européenne sont appelés à élire leurs représentants, les eurodéputés, au Parlement européen. Elus pour 5 ans, les eurodéputés co-décident de la politique européenne, du budget européen mais surtout des directives européennes. Celles-ci, lorsqu’elles sont décidées par les gouvernements et votées par le parlement européen, seront transposées dans le droit national. Elles touchent la vie quotidienne des salariés : aujourd’hui, 80% des lois votées en France sont le fait de la transposition automatique de la loi européenne.

La CGT entend peser pour que les questions sociales et économiques soient au cœur du débat européen.

L’expérience vécue, et tout particulièrement depuis le début de la crise, montre chaque jour que les politiques menées tournent le dos aux objectifs progressistes mais donnent aussi un sentiment de plus en plus profond que c’est à cause de l’Europe que l’on vit de plus en plus mal en France (« Pacte de responsabilité » pour respecter les 3% de déficit, mise en concurrence des salariés, dumping social, casse des services publics …). Ce sentiment s’exprime et grandit d’ailleurs dans tous les pays de l’Union européenne. Il conduit à un recul de la confiance en l’avenir et à une défiance de plus en plus forte envers les partis politiques qui gouvernent ou prétendent le faire.

Nous voulons une Europe qui soit au service des peuples et du monde du travail, de toutes les nations, qui soit une opportunité pour développer ensemble dans la paix, une économie qui garantit la création d’emplois, le progrès social et l’élévation des droits des salariés, privés d’emploi et retraités.

Comme nous venons de le vivre en France, cette défiance à l’égard des politiques menées peut se traduire par l’abstention ou le vote d’extrême droite. Mais ces votes ne conduisent pas les gouvernements à réorienter leurs politiques en faveur du monde du travail. Bien au contraire. Les institutions démocratiques sont menacées par le creusement des inégalités.

C’est pour cette raison que la CGT exige : 
• Une diplomatie coordonnée et non alignée en faveur de la recherche de la paix dans le monde et singulièrement en Europe car au travers des drames qui se déroulent en Ukraine les risques de retour de guerre sur le continent sont réels. 
• Une autre répartition des richesses créées en relevant significativement les rémunérations, en établissant partout des salaires minimum sur la base de critères communs permettant de vivre décemment et en valorisant les qualifications. 
• Une garantie d’emploi pour la jeune génération : c’est la jeunesse européenne qui portera notre avenir, mais seulement si elle peut vivre dignement des fruits de son travail. 
• Une harmonisation fiscale pour assécher les paradis fiscaux ainsi qu’une taxation sur les transactions financières. 
• Des normes communes pour garantir un emploi de qualité et le refus du travail précaire. 
• des services publics de qualité financièrement accessibles à tous et répondant aux besoins des populations. 
• Un haut niveau de santé et de protection sociale. 
• Un investissement massif pour l’avenir de l’Europe au lieu des programmes d’austérité qui ruinent nos lendemains. 
• Des politiques industrielles coordonnées favorisant les coopérations entre les entreprises européennes.

Avec la Confédération Européenne des Syndicats (CES), la CGT propose un plan d’investissement permettant de créer jusqu’à 11 millions d’emplois de qualité, dans une Europe qui compte aujourd’hui 26 millions de sans-emploi. Cette initiative est portée par 80 organisations syndicales de 28 pays représentant 45 millions de syndiqués en Europe, c’est une force.

Cette alternative économique est possible. Cela nécessite la création d’un autre rapport de force social pour renverser la donne européenne.

Face à l’Europe de l’austérité, nous opposons une nouvelle voie sociale et démocratique.

Il est également nécessaire de redonner aux salariés et à leurs organisations syndicales en Europe, les moyens de pouvoir contrôler l’utilisation des fonds publics et de pouvoir peser sur les décisions des entreprises.

Il faut des conventions collectives de haut niveau permettant la couverture de tous les salariés du public et du privé, des droits en matière de protection sociale, de condition de travail, de santé et de pensions, et en finir avec toutes les formes de discriminations (genre, nationalité, religion, appartenance syndicale…)

La CGT appelle les salariés à peser dans les débats et à porter la voix d’une autre Europe sociale qui refuse leur mise en concurrence et l’opposition entre les peuples !

A l’opposé d’un repli sur soi des peuples européens, c’est une Europe où chacun contribue au développement de tous par ses propres atouts qu’il faut construire, tous ensemble.

Montreuil, le 6 mai 2014

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat - dans Solidarité dans le monde
commenter cet article
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 08:51

mandela

 

Disparition de Nelson Mandela

La CGT salue l’homme d’exception

vendredi 6 décembre 2013

« La mort est quelque chose d’inévitable. Mais quand une personne a accompli ce qu’elle considère de l’ordre du devoir pour son pays et ses citoyens, elle peut mourir en paix. Je crois que j’ai fais cet effort et c’est pour cela que je dormirai pour l’éternité ». Ces mots sont de Nelson Mandela lui-même évoquant sa propre mort.

Le père de la Nation Arc en ciel vient de s’éteindre et c’est, dans le monde entier un juste concert d’hommages qui s’étend pour saluer la mémoire et l’empreinte de celui que son peuple appelait affectueusement Madiba.

Nelson Rolihlahla Mandela était né en 1918 à Mvezo dans la province du Cap. Révolté par la domination de la minorité blanche et la ségrégation raciale portée par le régime d’apartheid, il entre à l’ANC (Congrès National Africain) en 1944. Devenu avocat, il participe à la lutte non violente contre les lois de l’apartheid à partir de 1948. L’ANC est interdit en 1960 et la lutte pacifique ne donnant pas de résultats tangibles, Mandela fonde et dirige sa branche militaire qui se lance dans une campagne de sabotages. Le 12 juillet 1963, il est arrêté par la police sud africaine sur dénonciation de la CIA. S’ensuivra le procès de Rivonia où il est condamné aux travaux forcés à perpétuité et enfermé au bagne de Robben Island. Il y restera 27 ans !

Après le soulèvement du Township de Soweto en 1976, au début des années 80 s’engage en France et dans le monde, une vaste campagne pour mettre fin au régime raciste d’Afrique du Sud et pour la libération de Mandela.

La CGT, dès le début, sera de ces combats. Nombreux sont celles et ceux, adhérent-e-s de la CGT, a avoir investi cette bataille, à l’époque où seuls 2% des Français-e-s connaissaient l’existence même de Nelson Mandela. Des années de combat et de solidarité internationale qui déboucheront sur sa libération le 11 février 1990.

Il poursuit alors son combat pour une Afrique du Sud multiraciale et démocratique, débarrassée des lois de l’apartheid. Pour cela, Il reçoit avec le président Frederik de Klerk le prix Nobel de la paix en 1993 et obtient dans la foulée l’organisation des premières élections libres en Afrique du Sud.

Elles ont lieu en 1994 et le 9 mai, il devient le premier président noir d’Afrique du sud, fonction qu’il occupera jusqu’en 1999. Depuis, il a marqué le monde de son empreinte, de sa sagesse et de son combat perpétuel pour la paix.

C’est un homme d’exception qui vient de s’éteindre. Un combattant fidèle à ses idéaux, une conscience pour l’humanité à l’image de cette citation qu’il nous lègue. « Être libre ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaines ; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres ».

Madiba, la CGT fidèle aux combats pour votre libération et pour une Afrique du Sud non raciale et démocratique, poursuivra son action contre toutes les discriminations, le progrès social en France et dans le monde.

Reposez en paix !

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat - dans Solidarité dans le monde
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 23:14

 

Le projet de loi portant ratification du pacte de stabilité ou « Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance » dans l’Union Économique et Monétaire passera au parlement début octobre.

 

Ce traité  dit aussi « pacte de stabilité » a été décidé le 9 décembre 2011 à l’initiative de Nicolas Sarkozy et d’Angela Merkel.

 

Dans son article 3, il installe la «règle d’or» qui impose aux pays un équilibre budgétaire en limitant les déficits du budget des états a 0,5 %  des richesses crées par ce pays (PIB). Ce dogme de l’ultralibéralisme sera inscrit dans le droit national au plus tard un an après l'entrée en vigueur du traité.

 

Les Etats ne respectant pas cette limite seront sanctionnés par la communauté européenne.

Ce traité est également un véritable « Hold-up » démocratique puisqu’il prive les parlementaires, élus par les citoyens, du droit de décider du budget de la nation seule la  Commission Européenne sera juge !

 

La crise européenne s’étend chaque jour. La récession frappe désormais la Grèce, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, l’Irlande…Aucun pays n’est désormais épargné, ni la France, ni l’Allemagne où la pression sur les salaires, n’a fait qu’accroître les inégalités. Ce traité imposera l’austérité à la France. Par expérience, nous savons que toutes les politiques austéritaires sont  injustes pour les peuples, inefficaces pour l’économie et l’emploi et vont à l’encontre des maux qu’elles prétendent combattre.

 

La Confédération Européenne des Syndicats est elle-même opposée à la ratification de ce traité. C’est la première fois que la CES s’oppose à un traité européen.

L’Europe est un continent où les richesses sont nombreuses. Elles sont le fruit du travail des femmes et des hommes. Il est urgent d’imposer une autre répartition de ces richesses : L’argent créé par le travail doit revenir au travail.

 

L’Union Régionale CGT Île-de-France appelle les salariés :

 

 

A signer massivement la pétition de la CGT contre la ratification du traité européen : www.cgt.fr

 

A participer à la manifestation du 30 septembre à Paris 13h3O Place de la Nation, contre la ratification du pacte de stabilité (TSCG) et pour l’Europe des peuples.

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat - dans Solidarité dans le monde
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 21:05

Contre la ratification du traîté européen

 

Le 1er janvier 2013, un nouveau traité, signé le 2 mars 2012 par 25 chefs d’état et de gouvernement européens, doit entrer en vigueur.

 

Avec la Confédération européenne des syndicats (CES), nous sommes opposés à ce traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) au sein de l’Union économique et monétaire.

 

En effet, ce traité contraint les états à appliquer des politiques budgétaires ultra strictes alors que des politiques économiques coordonnées sont nécessaires permettant la relance économique et favorisant l’emploi et le développement des services publics.

 

Par ailleurs, ce traité préconise des mesures ayant un impact sur la fixation et l’indexation des salaires, les processus de négociation collective, les régimes de retraites, les services de santé et les prestations sociales que nous contestons car elles menacent les droits sociaux existant et entraveraient des perspectives de nouvelles conquêtes sociales.

 

C’est pourquoi nous nous adressons aux parlementaires français pour ne pas ratifier ce Traité et pour mettre en œuvre le contrat social proposé par l’ensemble des confédérations européennes réunies au sein de la CES.

 

Signez la pétition en cliquant le lien suivant : http://www.cgt.fr/article39575.html

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat - dans Solidarité dans le monde
commenter cet article
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 15:58

On est là !

LE MONDE | 15.05.2012 à 12h38 • Mis à jour le 15.05.2012 à 17h55

Par Jacques Mandelbaum

 

Une image du film documentaire français de Luc Decaster, "On est là !".

 Une image du film documentaire français de Luc Decaster, "On est là !". | ZEUGMA FILMS

 

 

Voici un documentaire qui mérite le détour. Il commence fort, par l'arrivée intempestive de travailleurs africains dans une petite entreprise de la banlieue parisienne. Ces hommes, visiblement exaspérés, cherchent le patron, qu'ils veulent ni plus ni moins séquestrer pour des raisons qui restent assez floues. La caméra est au milieu d'eux, le spectateur un peu perdu mais d'emblée ferré. Cette méthode - pas de commentaire, aucune explication, nul temps d'avance sur l'action qui se déroule - caractérisera d'ailleurs tout le film, qui gagne ainsi en impact ce qu'il perd en didactisme et en perfection technique.

 

Comme il apparaît assez vite, nous nous trouvons au siège de l'entreprise de nettoyage Clean Multiservices, qu'une vingtaine d'employés sans papiers, d'origines malienne et mauritanienne, investissent pour une occupation surprise, avec le soutien de militants associatifs. Ils sont là pour faire valoir leurs droits (heures supplémentaires non payées, salaires non versés...), après qu'une vingtaine de leurs camarades ont été victimes d'un licenciement abusif, et pour réclamer aussi leur régularisation.

 

Après avoir fait appeler la force publique dans un premier temps, le directeur de l'entreprise, qui n'apparaîtra jamais à l'écran, est acculé à la négociation. C'est ce bras de fer, filmé du côté des travailleurs siégeant nuit et jour dans la cour de l'entreprise, que filme Luc Decaster durant les trente-neuf jours que durera la négociation.

 

Il nous en montre, avec d'autant plus de force que son point de vue est délibérément focalisé sur l'une des parties, les rebondissements, les tergiversations, les dilemmes, tout au long d'une tractation où le chef d'entreprise alterne - pour se soustraire à ses obligations - la menace du dépôt de bilan et les tentatives de diviser le groupe déterminé qui lui fait face.

Partant, le film nous révèle également le fonctionnement d'une grève au jour le jour et de l'intérieur, le courage de ces hommes fragilisés par leur situation de faire face malgré tout, la solidarité démocratique dont ils font preuve pour unir leur sort, par-delà la différence de leurs origines et de leurs statuts. Certains moments, tournés devant la préfecture alors que des grévistes viennent d'arracher de haute lutte leur régularisation, sont tout bonnement bouleversants. Un film qui invite à se battre et à espérer.

 

LA BANDE-ANNONCE http://www.dailymotion.com/video/xqf8dk_on-est-la-bande-annonce-vo_shortfilms

 

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat - dans Solidarité dans le monde
commenter cet article
2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 10:46

Laissez partir la flotille pacifique

vendredi 1er juillet 2011, par Frédéric Dayan

La flottille pacifique des bateaux humanitaires destinés à briser le blocus israéliens sur la bande de Gaza en Palestine est toujours bloquée en Grèce où elle s’est rassemblée pour prendre la mer. Hier jeudi 30 juin à 8h15, les autorités portuaires grecques ont stoppé l’approvisionnement en fuel du bateau français le « Dignité Al Karama » pour des raisons administratives. Cela vient se joindre à une série d’obstacles administratifs et de sabotages, dont le dernier en date a été confirmé ce matin, sur le bateau irlandais.

 

Face à ces entraves qui font le jeu des autorités israéliennes, la mobilisation en France est en train de s’organiser. Les organisateurs de la campagne « Un bateau français pour Gaza » (à laquelle est associée la CGT) ont demandé à être reçu par l’ambassadeur grec vendredi 1er juillet, à 18h. Ils seront accompagnés par tous ceux qui soutiennent la Flottille.

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat - dans Solidarité dans le monde
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 11:56

 
bateau gaza
Athènes, le 23 juin 2011
 
La «Flottille de la Liberté II - Rester humain»" est prête pour prendre la mer. La flottille internationale mettra le cap sur Gaza d’ici quelques jours exprimant de manière concrète sa solidarité avec le peuple palestinien.

La «Flottille de la Liberté II - Rester humain»" sera composée de dix navires, dont deux sont des bateaux de cargaison transportant de l’aide humanitaire, tandis que les autres sont des bateaux transportant des passagers (une centaine en tout). Parmi les passagers : des politiciens, des membres du parlement européen, des écrivains, des clergymans, des artistes et des militants. Plusieurs reporters des grandes chaînes de télévision seront également à bord (CNN, NBC, Radio-Canada, Al-Jazeera, et.al.) ainsi que des journalistes écrivant dans divers grands quotidiens.
 
Notre flottille pacifique naviguera malgré les menaces du gouvernement israélien. En effet, ce dernier affirme sans scrupules qu’il aura recours à tous les moyens à sa disposition pour arrêter la mission, incluant la violence, faisant peser sur nous le souvenir du sort terrible qu’a connu la flottille de l’année dernière.

Notre flottille pacifique naviguera malgré les mensonges du gouvernement israélien à notre sujet; notre flottille pacifique naviguera malgré les pressions et le chantage exercés par le gouvernement israélien auprès de la communauté internationale et des différents gouvernements afin qu’ils exercent à leur tour des pressions administratives ou des mesures répressives visant à empêcher les navires de prendre la mer. Ainsi, le gouvernement israélien tente de faire porter par les gouvernements d’autres pays la responsabilité politique de l’occupation de la Palestine ainsi que les coûts politiques de ses politiques inhumaines.

Nos gouvernements se sont fort mal orientés, car ils évitent d’exiger qu’Israël se conforme au droit international. De plus, nos gouvernements évitent de poser les actions qui s’imposent pour protéger leurs propres citoyens, qui sont pourtant désarmés et qui participent à une action pacifique et humanitaire.

Conférence de presse de la «Flottille de la Liberté II - Rester humain»" lundi le 27 juin à midi au hall ESIEA (20 rue Akadimias, Athènes)
Participeront à cette conférence de presse, qui sera la dernière avant prendre la mer, des personnes connues internationalement et qui seront à bord des navires. 

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat - dans Solidarité dans le monde
commenter cet article
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 21:42

bateau gazaBrisons le blocus israélien !

C’est de Marseille samedi 18 juin que devrait prendre la mer le bateau pour Gaza affrété par quelques 70 associations et syndicats, dont la CGT. Chargé de matériel médical et humanitaire, il embarquera également des personnalités. Un manifestation est prévue sur le Vieux port à 14h.

  

La CGT participe à la campagne "un bateau français pour Gaza". L’ambition de cette deuxième initiative est de :
- dénoncer et briser le siège israélien contre Gaza,
- promouvoir et faire respecter le droit international,
- répondre à la crise humanitaire que subissent un million et demi de palestiniens de Gaza.

 

Une campagne nationale impulsée par plus de 70 organisations s’est notamment concrétisée par la création de plusieurs dizaines de comités locaux et la tenue de plus de 1 500 d’initiatives locales. Presque toutes les grandes villes ont connu des initiatives plutôt bien couvertes par la presse régionale mais peu relayée au niveau national.

 

Les dons vont atteindre les 600 000 €.

Parmi les initiatives nationales,à noter :
- une conférence de presse à Strasbourg avec un groupe de parlementaires européens ;
- un appel de personnalités publié dans le Monde (172 signatures dont celles de syndicalistes comme Bernard Thibault et François Chérèque)
- appel de 300 élus et représentants politiques publié dans Rue 89 après le meeting des leaders politiques à Paris.
- d’autres appels (gens de la mer, universitaires, médecins, religieux) sont en cours de signature.

 

Deux navires transportant essentiellement du matériel médical devraient donc prendre la mer le 18 juin de Marseille embarquant à leurs bords une soixantaine de participants (médias, personnalités, Elus politiques et députés, collectifs locaux, organisations organisatrices dont la CGT). L’équipage comprendra des militants CGT dont le commandant et des marins professionnels très connus ( Eugène Riguidel, Jo Leguen).

Repost 0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 00:00

IMGP8211

Ce sont prés de 2000 € qui ont été collectés pour contribuer à faire avancer le bateau sur GAZA !

 

Voir en images : Bateau-pour-Gaza Bateau-pour-Gaza

 

Voir également la campagne de solidarité et le film "Gaza we are comming sur le site

www.unbateaupourgaza.fr

 

IMGP8213

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat - dans Solidarité dans le monde
commenter cet article