Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Rechercher

 

 

15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 12:22

affiche

Mrs. Mothron et Doucet arrêtez de manipuler la jeunesse


 

L'attribution d'un local commercial agite la cité Champagne

Maïram Guissé | 15 mai 2014, 07h00

Le calme est revenu à la cité Champagne nichée sur les hauteurs d'Argenteuil. Mais, pour combien de temps ? Aujourd'hui, tout peut de nouveau basculer. Cet après-midi, Dominique Lesparre, maire (PC) de Bezons et  de l'office HLM Ab-Habitat (Ah) rencontre Yacine, un jeune de la cité en procès avec Ab-H après avoir agressé un gardien- à qui un local  a été promis par le bailleur. 

Dans cette pièce, située au pied d'une longue barre d'appartements aux façades vieillies, le jeune homme pensait ouvrir une crêperie avec un ami. L'ancien maire () d'Argenteuil, Philippe Doucet, auparavant à la tête d'Ab-H, leur avait même remis les clés. « Nous y avons fait des travaux, avons assuré les lieux... », détaille Yacine.

Les jeunes du quartier réagissent mal


Mais au lendemain des élections municipales, les serrures ont été changées et les responsables de l'office ont refusé de signer le bail. Il n'en fallait pas moins pour que les jeunes du quartier réagissent et dégradent la cité, visant précisément Ab-H. Pendant dix jours, en avril, la cité a subi son lot de violences : Incendies volontaires, vitres brisées, parkings détériorés, pylônes électriques dégradés... Depuis, les habitants sont inquiets, la cité est sous tension.

La présidente de l'amicale des locataires Patricia Doerty condamne fermement ces comportements « qui ne sont pas du fait de ces deux jeunes, mais de ceux du quartier, insiste-t-elle avant de regretter la promesse non tenue par le bailleur ». Un argument partagé par le maire (UMP) Georges Mothron. « Nous réprouverons avec vigueur de tels agissements. Rien ne peut les excuser. En revanche, je vous demande de tenir votre parole et de signer ou faire signer par les nouveaux responsables le bail que vous leur avez proposé », lance le maire à Philippe Doucet qui est désormais le président de l'agglomération Argenteuil-Bezons.

Nicolas Bougeard, élu d'opposition, a immédiatement réagi. « Georges Mothron, après avoir lourdement critiqué la mise à disposition de ce local pour l'ouverture d'une crêperie a interpellé Philippe Doucet. Le président de l'agglomération s'est étonné d'être sollicité sur un sujet sur lequel il n'a plus aucune prise, ni responsabilité... Philippe Doucet a revu sa position, insiste-t-il. Il ne pouvait accepter un quelconque chantage aux cartes électorales et cautionné toutes dégradations ou violences dans le quartier ». Yacine avait été interpellé en février avec 31 cartes électorales en sa possession. Il avait expliqué aux policiers les avoir « récoltées » pour avoir un poids devant le maire d'Argenteuil pour le bien-être de la cité et pouvoir se faire entendre, à l'approche des élections (notre édition du 19 mars 2014).

La CGT de l'office HLM, elle, s'était clairement opposée à l'attribution de ce local. Pour le syndicat Philippe Doucet, tentait alors « d'acheter la paix sociale en pleine campagne électorale ».

De son côté, Yacine assure « avoir discuté avec des gens pour qu'ils arrêtent de tout casser. Tout ce que je veux, c'est ce qu'on m'a promis, on ne peut pas jouer comme ça avec la vie des gens. Ils disaient me donner une seconde chance, j'ai investi du temps et de l'argent, moralement c'est dur, réagit le jeune homme de 24 ans. Nous ne lâcherons rien et on peut compter sur notre détermination pour le rappeler à chaque occasion. »

Partager cet article

Repost0
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 06:00

« Je rêve de quitter ce studio insalubre »

Zora, locataire à Argenteuil

Maïram Guissé | Publié le 17 avril 2014, 07h00
 
Argenteuil, hier. Zora occupe ce logement depuis trois ans. L’unique fenêtrede la pièce ne s’ouvre même pas. Argenteuil, hier. Zora occupe ce logement depuis trois ans. L’unique fenêtrede la pièce ne s’ouvre même pas. (LP/M.G.)

« Comment peut-on laisser des gens vivre comme ça ? » Cette question, Zora, ne cesse de la poser comme pour se persuader que sa situation va finir par s'améliorer. Voilà trois ans qu'elle loue un studio de 24m² au-dessus de la Poste du centre-ville d'Argenteuil. Les yeux rivés vers les murs noircis de la seule pièce à vivre, où elle mange, dort avec ses trois enfants âgés de 18 à 25 ans, Zora, 43 ans, se dit épuisée. « On se sent seule », lâche-t-elle tout en pointant du doigt des fils électriques non protégés et un bout de vitre cassée. « Ça remonte à 2012, intervient sa fille étudiante en . De toute façon, la fenêtre est condamnée, on a jamais pu l'ouvrir. »

Souvent privée d'eau

« Je rêve de quitter ce  insalubre, indigne de tout être humain », lâche-t-elle. Mais ses démarches sont restées vaines. « La ville me dit qu'il y a 7 000 demandes en attente, mais je devrais passer prioritaire, je vis dans de mauvaises conditions », s'énerve la quadragénaire, un bidon en main. Il y en a 3 dans l'appartement que Zora a pris soin de décorer, histoire de lui donner un peu de chaleur. « On doit en avoir d'avance, car l'eau est souvent coupée. On en avait plus depuis un mois, c'est revenu seulement lundi soir... » Sa fille acquiesce : « Parfois, je n'allais pas en , je n'avais aucun moyen de faire ma toilette. » Zora ne paie plus son loyer depuis trois mois. « C'est pour cela que le propriétaire nous coupe l'eau, croit-elle savoir. Mais je ne changerai pas de position, il refuse de me donner mon bail, mes quittances, et veut que je le paie en liquide... » Avec ses 1 900 EUR net de revenus et ses deux emplois comme agent d'atelier et femme de ménage, Zora ne désespère pas de déménager.

Partager cet article

Repost0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 06:30
ARGENTEUIL

« Cette agression est totalement gratuite »

Saïd, un gardien d'immeuble, témoigne des violences qu'il a subies vendredi de la part d'un jeune de la cité. Une manifestation de soutien est organisée aujourd'hui.

Maïram Guissé | Publié le 10 avril 2014, 07h00
 
Argenteuil, mardi. Saïd, gardien d’immeuble aux Champioux, ne comprend toujours pas pourquoi un habitant de la cité s’en est pris à lui. Argenteuil, mardi. Saïd, gardien d’immeuble aux Champioux, ne comprend toujours pas pourquoi un habitant de la cité s’en est pris à lui. (LP/M.G.)

LES QUESTIONS FUSENT dans la  de Saïd, il tente de comprendre pourquoi il a été agressé. C'est arrivé vendredi dernier, à 15 h 30. Ce gardien de la résidence réputée difficile des Champioux, à Argenteuil, raconte : « Un jeune qui habite ici est venu et m'a mis un coup de poing alors que j'étais en train de sortir les conteneurs », détaille-t-il d'une voix calme. 

Saïd n'est pas le premier agent agressé. Alors, la  de l'office HLM AB Habitat (AB-H) veut réagir. Elle organise, aujourd'hui à midi, une devant la maison de quartier du Val-Notre-Dame située juste en face de la résidence. « Nous condamnons avec la plus grande fermeté ce type d'acte, martèle le syndicat. Chaque agent doit pouvoir exercer sa mission de service public en toute sécurité. » Cette action, à laquelle participe la direction d'AB-H et où les locataires sont invités à se mobiliser, est importante pour Saïd, 43 ans. « Je me sens soutenu », réagit celui qui a reçu la visite de Philippe Rêve, le directeur général de l'office.

Aujourd'hui encore, Saïd essaie de comprendre les raisons d'un tel geste. « Cette agression est totalement gratuite », indique-t-il, installé sur une chaise de la loge de gardien où il est passé voir sa collègue qui travaille seule le temps de son absence. Il reprend justement aujourd'hui, après six jours d'arrêt de travail. Après l'agression, il s'est rendu au commissariat d'Argenteuil avec son responsable pour déposer une plainte. « Quand je suis arrivé, mon agresseur était aussi devant le commissariat. Il était là pour un litige avec une personne de la résidence possédant un chien, qui l'aurait mordu, détaille le gardien. Là, il m'a redonné un coup de poing, côté gauche. » Le gardien, de nouveau choqué, fait demi-tour. Il dépose finalement plainte mardi. Le bailleur, qui l'emploie depuis deux ans, se porte dans le même temps, partie civile. « En vingt ans de métier, dont deux ici, je n'ai jamais eu de problèmes, et j'ai déjà travaillé dans des quartiers plus difficiles, il doit avoir quelque chose contre moi ou contre les gardiens en général », regrette Saïd. Pourtant, les jeunes, il sait leur parler. « Je suis très investi dans la vie associative d'Argenteuil, j'aide des personnes en difficulté, j'ai l'habitude de ce public », précise-t-il. La peur, il ne la ressent pas, mais l'inquiétude oui. « J'ai une femme et une petite fille, comment rassurer mon épouse ? Mon agresseur peut recommencer... et peut-être même s'en prendre à ma famille, je ne vais pas me laisser faire comme ça, ce n'est pas un gamin de 19 ans qui va faire sa loi avec moi », réagit le quadragénaire. Saïd aimerait que la justice soit « ferme et rapide, sans ça les agressions vont perdurer ». Ce raisonnement, sa collègue, en poste depuis huit ans aux Champioux, le partage. « Les locataires doivent comprendre que nous sommes là pour améliorer leur cadre de vie, c'est un métier déjà difficile, nous n'avons pas à vivre dans un climat de peur », peste- elle. « Ici, il y a du squat et d'autres problèmes... », renchérit Saïd, qui reste passionné par son métier.

Si la situation ne bouge pas, il envisage de demander « à changer de site surtout pour préserver sa famille ». La CGT souhaite qu'un comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) soit organisé. « Cette agression fait suite à de nombreux incidents qui se produisent depuis des mois dans diverses cités, indique le syndicat. Nous réaffirmons que ce n'est pas en développant le clientélisme, en cédant aux pressions, aux violences que la tranquillité s'installera dans les cités. » La direction précise « qu'une procédure au civil et au pénal va être engagée pour que la famille du locataire visé soit expulsée ». A ce jour, d'après nos informations, le jeune homme n'aurait pas encore été entendu par les policiers, ce qui ne saurait tarder.

Partager cet article

Repost0
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 21:46

Les locataires dénoncent des conditions de vie indignes

L'ancien immeuble de la Poste cache plusieurs appartements délabrés. Les locataires, privés d'eau, se disent victimes d'un marchand de sommeil.

Maïram Guissé | Publié le 17 mars 2014, 07h00
 
Argenteuil. Jeudi. Derrière les murs de ce beau bâtiment se cachent des appartements insalubres. Le marchand de sommeil réclame le règlement des loyers en espèces. Argenteuil. Jeudi. Derrière les murs de ce beau bâtiment se cachent des appartements insalubres. Le marchand de sommeil réclame le règlement des loyers en espèces. (LP/M.G.)

L'INSALUBRITÉ de leurs studios contraste tristement avec la beauté de leur immeuble. Au-dessus de la poste centrale d'Argenteuil, au 27, rue Antonin-Georges-Belin, une dizaine de personnes vivent dans d'anciens bureaux transformés en appartements de fortune. Des conditions de vie très difficiles pour ces locataires qui tirent aujourd'hui la sonnette d'alarme.« Nous sommes victimes d'un marchand de sommeil », souffle Fatima. Ce qui la pousse à réagir aujourd'hui, ce sont les coupures d'eau à répétition que subissent depuis plusieurs jours les occupants. Hier, l'eau n'était d'ailleurs toujours pas rétablie.

La Poste est locataire du rez-de-chaussée de ce bâtiment depuis qu'elle l'a vendu à une société « il y a plusieurs années », indique un porte-parole. C'est là que se trouve l'agence du centre-ville. L'entreprise s'est rendu compte, il y a peu, qu'elle payait des factures d'eau astronomiques. Et pour cause, le compteur d'eau est commun à tous les bureaux transformés en studios. Résultat, c'est l'agence postale qui règle depuis des mois la d'eau... des locataires. « A la suite d'un dégât des eaux provenant d'un appartement situé au-dessus de l'agence, la vanne de l'immeuble a été coupée un court moment, jeudi, pour des raisons de sécurité », précise-t-on à la Poste sans vouloir s'éterniser sur le sujet.

C'est au même moment que des locataires ont voulu réagir (lire par ailleurs). Emmenée par l'Association des travailleurs maghrébins de  et Georges Fresneau, de la Confédération nationale du , une délégation de ces habitants « dans la galère », comme ils le précisent, a été reçue à l'hôtel de ville. « Veolia est passé vendredi pour leur installer de nouveaux compteurs, détaille Philippe Doucet, le député-maire (PS). C'est une affaire privée, mais nous sommes intervenus, au regard de la situation. »

Concernant les conditions dans lesquelles sont logées ces familles, le maire précise : « Nous avons engagé une action juridique, mais cela prend du temps. » Pour lui, cela aurait pu être évité. « Quand la Poste a vendu les lieux, elle n'a pas informé la municipalité, qui aurait pu être intéressée, regrette Philippe Doucet. Aujourd'hui, des gens se retrouvent dans des logements aux mains de marchands de sommeil, c'est honteux. »

Fatima loue un 20 m2 pour 650 EUR par mois

M.G. | Publié le 17 mars 2014, 07h00
 

Assise sur l'une des banquettes de son salon, qui fait office de chambre et de cuisine, Fatima se dit « désespérée ». « Je vis ici avec mon fils de 18 ans, on dort dans la même pièce », lâche-t-elle un brin gênée. Quand elle s'est installée dans ce studio de 20 m² pour 650 EUR par mois, elle n'avait pas le choix. « L'appartement que j'occupais a été vendu, je devais retrouver rapidement un toit », explique-t-elle. Ses demandes de logements n'aboutissent pas, alors cette femme de ménage de 47 ans, rémunérée 1 500 EUR net par mois, se contente de ce « taudis », dont les murs sont noircis par l'humidité. « Que faire ? Je demande au propriétaire un bail, mais il refuse, comment voulez-vous que je prouve que je suis une bonne locataire », lâche-t-elle.

Sa voisine, Zora, est tout aussi « triste ». « J'ai deux emplois, je gagne 1 900 EUR net et je vis dans une pièce de 24 m² pour 550 EUR par mois avec mes trois enfants, qui ont entre 18 et 25 ans C'est très difficile », martèle-t-elle. Elle travaille comme agent d'atelier dans une société de Cormeilles-en-Parisis et fait le ménage dans des bureaux à La Défense (Hauts-de-Seine).

A son entrée dans les lieux, elle a remis un chèque de 1 100 EUR incluant la caution et son premier mois de loyer. Elle imagine alors recevoir des documents comme « une vraie » locataire. « Je n'ai jamais eu de bail », s'indigne-t-elle aujourd'hui.

Avec Fatima, elles ont décidé d'arrêter de payer leur loyer depuis deux mois. « Le propriétaire ne veut pas qu'on lui règle le loyer en chèque ou en carte bancaire. Il n'accepte que des espèces et, à chaque fois, c'est un type différent qui passe nous voir », grogne Zora. Lasses de cette situation, elles ont décidé de se rebeller. Les services d'hygiène sont déjà passés trois fois : systématiquement l'insalubrité des lieux est soulignée, mais cela ne va pas plus loin. « Le propriétaire veut nous fatiguer, mais nous ne laisserons pas tomber, la loi est de notre côté », martèlent Fatima et Zora.

Partager cet article

Repost0
13 mars 2014 4 13 /03 /mars /2014 09:09

Les résidents du foyer les Remparts obtiennent satisfaction

M.G. | Publié le 13 mars 2014, 07h00

Partager cet article

Repost0
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 23:11



M. Mothron serait il atteint d’amnésie ?

 fossoyeur

deco-office.jpg


Dans un tract de campagne électorale, M. Mothron cite à plusieurs reprises la C.G.T. d’AB-Habitat. Aurait-il oublié que quand il était Président de l’Office, la C.G.T. d’AB-Habitat a dû mener de nombreuses action
s avec les personnels et les argenteuillais contre la politique qu’il menait : la flambée des loyers, sa volonté de chasser les familles populaires au travers des démolitions, la fermeture du service logement, etc.,… ?

chasser-les-pauvres.jpg

Durant son mandat, l’Office n’a jamais si peu construit et réhabilité de logements, en revanche les loyers n’ont jamais autant augmenté.


Concernant les personnels, faut il lui rappeler la grève de 15 jours qu’ils ont dû faire pour s’opposer à la privatisation de l’Office, la remise en cause des conditions de travail,… ? Mais également les multiples actions avec les locataires pour la défense du logement social à Argenteuil.

manif-12-mai.jpg

 

De même en matière d’austérité M. Mothron n’a rien à envier à la politique actuelle. En qualité de Député, M. Mothron a soutenu et mis en œuvre la politique d’austérité de N. Sarkozy et contribué à la casse des services publics, la baisse du financement du logement social, la baisse du pouvoir d’achat, et la hausse du chômage et de la précarité…..

austerite-Mothron.jpg

Après ces quelques rappels des faits aidons M. Mothron à retrouver la mémoire. Pour cela aidons le à relire les articles, revoir les images des luttes de la CGT d’AB-Habitat contre sa politique durant son mandat en qualité de Président de notre Office sur le blog de la CGT AB-Habitat : http://www.cgt-ab-habitat.com/

 

M. Mothron aurait il fait un virage à 180° ?

En tant que Président de Val d’Oise Habitat, il poursuit la flambée des loyers en imposant une augmentation de 2% en 2014. De même, la CGT au sein Conseil d’Administration de Val d’Oise Habitat dénonce régulièrement le transfert des charges sur le dos des locataires.

loyers---21.jpg

 

Les argenteuillais ne seront jamais dupes de ces manœuvres bassement électoralistes.

 

Quant à la CGT, elle a non seulement bonne mémoire mais en plus elle est cohérente dans sa mission de la défense des salariés, du Service Public et ce, quelque soit le pouvoir en place.

 

Comme chacun peut le constater la C.G.T. reste fidèle à son rôle syndical.

CGT AB HABITAT

Partager cet article

Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 10:04
ARGENTEUIL L’AUGMENTATION VOTÉE PAR LE BAILLEUR SOCIAL APPLIQUÉE DÈS DEMAIN

La hausse des loyers passe mal aux Musiciens

Maïram Guissé | Publié le 31 janv. 2014, 07h00
 
 Argenteuil, novembre 2013. Annick, Brahim, Georges Fresneau (président de l’amicale des locataires) et Carlos (de gauche à droite), devront faire un effort parfois important pour s’acquitter des 2% supplémentaires qui leur sont demandés. Argenteuil, novembre 2013. Annick, Brahim, Georges Fresneau (président de l’amicale des locataires) et Carlos (de gauche à droite), devront faire un effort parfois important pour s’acquitter des 2% supplémentaires qui leur sont demandés. (LP/M.G.)
Les habitants de la cité des Musiciens, à Argenteuil, vivent cela comme une fausse note. Lors du dernier conseil d’administration, le bailleur social Val-d’Oise Habitat a voté une augmentation de 2% du montant des loyers de ce quartier du Val nord, à partir du 1er février. « Les habitants vont payer environ 8 € de plus par mois », détaille Georges Fresneau, représentant de la Confédération nationale du  (CNL) des locataires. 

Ce matin-là, allée Hector-Berlioz, quelques habitants sont au local de la CNL. La discussion porte évidemment sur les loyers. Brahim vit dans la cité depuis seize ans. Il fait vivre sa famille avec son salaire mensuel de 1700 €. « Ma femme ne travaille pas et mes trois enfants sont étudiants », explique le quinquagénaire. Pour un F4, il paie 700 € par mois de loyer. « Je vais devoir ajouter près de 10 €, pour moi c’est énorme. J’ai déjà du mal à boucler les fins de mois. Le budget nourriture va forcément s’en ressentir. »

La même chose à Gonesse

Même constat pour Carlos, un retraité de 60 ans. Lui occupe un F3 avec sa femme, elle aussi à la retraite. Le couple vit avec « un peu moins de 2000 € par mois ». « On devra faire davantage attention dans nos dépenses. Je pense que l’on réfléchira à deux fois pour les rendez-vous médicaux », indique-t-il. Annick, elle, se demande « ce que représente cette hausse de 2%, car au fond, nous n’en savons rien ». Elle est clairement désabusée. « En ce moment tout augmente. Il y a cette hausse de loyer, mais c’est sans compter l’augmentation des impôts sur le revenu, des impôts locaux que nous avons subis, insiste-t-elle. Pour un T 3 aux Musiciens, il faut compter 1500 € de taxe d’habitation. C’est trop, notre pouvoir d’achat, lui, n’augmente pas, alors c’est difficile. »

Pour Georges Mothron, vice- () du conseil général, en charge de Val-d’Oise Habitat, cette hausse était « prévisible ». « C’est dans le cadre de l’accord signé, il y a quatre ans, avec la Caisse de garantie du logement locatif social (CGLLS), qui aide les organismes HLM en difficulté », explique-t-il. « Ce n’est pas propre aux Musiciens, mais aussi à Gonesse, partout où nous avons des bâtiments », ajoute l’élu.

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 06:59
ARGENTEUIL ILS NE RAMASSENT PLUS LES POUBELLES D’ASNIÈRES-SUR-SEINE

Les éboueurs en grève restent au dépôt

Daniel Pestel | Publié le 8 janv. 2014, 07h00
 
 Argenteuil, hier midi. Depuis lundi, ces éboueurs ont cessé le ramassage des ordures dans les Hauts-de-Seine pour dénoncer leurs conditions de travail. Argenteuil, hier midi. Depuis lundi, ces éboueurs ont cessé le ramassage des ordures dans les Hauts-de-Seine pour dénoncer leurs conditions de travail.(LP/DP).
Les éboueurs d’Europe service déchets (ESD) du dépôt d’Argenteuil sont en grève depuis lundi et n’assurent plus le ramassage des poubelles d’Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Ils réclament une amélioration des conditions de travail et plus de considération. Le mouvement est également suivi au dépôt de Levallois dans les Hauts-de-Seine. Au , ce sont plus d’une cinquantaine de salariés qui ont cessé le travail.

Hier midi, ça sentait bon la merguez sous le barnum que la trentaine de conducteurs et rippeurs des huit camions basés à Argenteuil avait dressé rue Guy Môquet, dans la zone d’activité du Val-d’Argent.

« Ils ont obtenu une augmentation de salaire de seulement 0,3% lors des négociations annuelles de fin d’année et pratiquement rien n’a été respecté dans les accords signés à l’issue d’un précédent mouvement de grève, explique Daniel Issaadi, délégué  de l’union locale, venu leur prêter main-forte. Cette grève est le résultat d’un ras-le-bol. »

Colère après le changement de mutuelle

Parmi ce qui a provoqué la colère des rippeurs et conducteurs des camions-poubelles, il y a le changement de mutuelle. « La nouvelle, moins bien que la précédente, nous oblige à avancer les frais », critique Youssef, l’un des grévistes. « Les douches réclamées n’ont pas été installées, la désinfection des camions n’a pas été faite, poursuit le syndicaliste. Ils ont seulement obtenu des nouveaux bleus de travail. » Autre grief des grévistes : le ramassage des poubelles d’Asnières qui semble avoir été effectué, malgré le mouvement de grève, par d’autres éboueurs à la demande de la direction. Hier soir, la situation semblait bloquée. La direction n’a pas pu être jointe.

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 09:31
ARGENTEUIL POUR DÉNONCER L’ÉTAT DE LEUR FOYER, ILS SUSPENDENT LE PAIEMENT DU LOYER

La colère des Chibanis

Maïram Guissé | Publié le 4 janv. 2014, 07h00
 Argenteuil. Des résidents du foyer des remparts souhaitent que la cafétéria, qui a brûlé, soit refaite. Argenteuil. Des résidents du foyer des remparts souhaitent que la cafétéria, qui a brûlé, soit refaite. (LP/M.G.)
Des résidents du foyer des remparts à Argenteuil en ont ras-le-bol. Dans le hall, des feuilles avec le titre « en grève » s’affichent sur les portes de l’ascenseur. Le plafond encore noirci par l’incendie qui s’est déclaré dans la cafétéria toujours fermée - le 2 mai dernier, mine les visages des chibanis(NDLR : qui veut dire vieux en arabe). Ces travailleurs migrants venus en durant les Trente Glorieuses sont nombreux à vivre leur retraite dans des foyers comme ceux d’Argenteuil.

Leurs revendications? « Que des travaux soient enfin réalisés. Nous voulons que les lieux soient sécurisés, notamment au niveau des portes d’accès, que la peinture des chambres soit refaite et l’entretien mieux pris en charge… », précise Letaïef Dhraoui,  du comité des résidents. Pour se faire entendre, ils ont décrété la grève qui se traduit pour certains d’entre eux par l’arrêt du paiement de leur loyer.

A l’instar de Messaoud. Jamais, ce retraité de 73 ans, arrivé à Argenteuil en 1951 et dans ce foyer, géré par Adoma (ex-sonacotra) en 1972, ne s’est mis en grève. « C’est la première fois que je fais cela », insiste-t-il, entouré de quelques voisins. Chaque mois, il a toujours versé les 257 € de loyer pour une chambre de 7m². « Mais là c’est trop. La cafétéria, c’est le lieu de rencontre, où l’on aime se retrouver, on ne peut pas laisser cette pièce fermer », insiste-t-il. Quelque part, il se sent isolé. Comme Mahmoud, 76 ans. « Si un feu arrivait dans un immeuble HLM, on ferait les travaux nécessaires, alors pourquoi on ne fait rien pour nous, réagit-il. On ne demande pas grand-chose, juste que notre cadre de vie soit digne et que les travaux soient lancés », martèle-t-il. A ses côtés, Sebti, 67 ans, peste : « on ne vit pas, on survit ». « Ici, on partage notre quotidien avec les cafards… », reprend le retraité. L’état des chambres fait aussi débat.

Dans ce foyer, où vivent 350 résidents, la population a vieilli. « 70% sont retraités », indique Letaïef Dhraoui. Comme pour le foyer de la Butte-blanche à Argenteuil, il souhaite une réhabilitation des lieux afin d’adapter la résidence au vieillissement de la population. « Des rambardes pourraient être installées dans les toilettes et salle de bains par exemple », détaille Letaïef Dhraoui.

Une réhabilitation est prévue par Adoma. « Il y a un an, nous avons installé l’ascenseur dans le cadre du vieillissement de la population pour un budget de 200000 €, rappelle William Wermert, directeur territorial adjoint d’Adoma. Le foyer des remparts doit être réhabilité, mais le conseil de consultation des résidents doit valider les plans présentés or, il a du retard. » Concernant les autres revendications des résidents, Adoma assure les entendre. « Après l’incendie, il y a eu une mise en sécurité », insiste Clarinda Neiva, directrice territoriale d’Adoma. Son adjoint reprend : « la cafétéria sera refaite et deviendra aussi un espace polyvalent avec un distributeur de boissons et une machine à laver, cela coûtera plus de 100000 €. »

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2013 3 20 /11 /novembre /2013 22:07

 

CGT OPH

Lettre ouverte à M. Philippe Doucet,

Député du Val d'Oise,

Maire d'Argenteuil,

Président de la Communauté d'Agglomération Argenteuil Bezons

 

Monsieur le Député

Vous allez à nouveau examiner à partir du 19 novembre le projet de loi portant réforme de notre système de retraite, après un vote défavorable des sénateurs. Nous considérons toujours que persister dans le sens donné à cette réforme par le gouvernement et injuste et inéquitable.

Les salariés attendent une autre réforme des retraites.

Le projet qui vous est soumis est injuste et inéquitable.

  • Parce que le projet de réforme est injuste. Il va particulièrement pénaliser les femmes et les jeunes et dégrader pour tous le montant des pensions ;
  • Parce que le projet de réforme est particulièrement inéquitable. Il fait peser l’ensemble des efforts de financement sur les salariés et les retraités. Les salariés vont voir leurs cotisations augmenter alors que les salaires stagnent. Les retraités vont voir leur pouvoir d’achat baisser par le report de 6 mois de la revalorisation de leur pension alors que leur montant ne cesse de diminuer en application des réformes antérieures.

Les attentes sont fortes. Les sondages le disent, les français sont toujours très attachés à la retraite à 60 ans et à une réelle reconnaissance de la pénibilité permettant de partir bien avant l’âge de 60 ans.

Pour répondre aux besoins des salariés et des retraités, la CGT maintient pour exigences :

Le rétablissement de l’âge d’ouverture des droits à 60 ans, avec une retraite d’au moins 75% du salaire d’activité pour la majorité des salariés et au moins égale au SMIC (que la CGT revendique à 1700 euros),
la prise en compte de la  pénibilité par des mesures d’anticipation d’âge avant 60 ans,

L’égalité entre les femmes et les hommes,

Une retraite de haut niveau pour le plus grand nombre et en particulier les plus jeunes d’entre nous.

Financer de façon pérenne une retraite satisfaisante pour toutes et tous c’est possible :

Par une augmentation de la cotisation employeur et sa modulation en fonction de la politique salariale et d’emploi et de la part des salaires dans la valeur ajoutée de l’entreprise,

Par la création d’une contribution sociale sur les revenus financiers des entreprises, au même taux que les cotisations assises sur le travail. Cette mesure permettrait de dégager 20 à 30 milliards d’euros par an,

Par un élargissement de l’assiette des cotisations sociales sur l’ensemble des rémunérations (primes, intéressement, participation …).

Plutôt que de répondre aux injonctions du Medef, il convient de supprimer pour les entreprises les exonérations de cotisations sociales, mesures qui n’ont pas montré d’efficacité en matière d’incitation à l’emploi stable ; bien au contraire les plans sociaux se multiplient et ce malgré la loi dite de « sécurisation » de l’emploi. Ces exonérations s’élèvent aujourd’hui à près de 30 milliards d’euros par an.

 

Atteindre l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, permettrait d’augmenter les ressources du système de 10 milliards d’euros aux horizons 2020.

 

Les citoyens et les salariés d'Argenteuil sont en droit d'attendre du Député de notre secteur un action déterminée pour une réforme juste et une autre répartition des richesses de notre pays. 

depute retraite 1

depute retraite 2

depute retraite 3


Partager cet article

Repost0
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 10:22

 

 

 

Nous appelons tous les citoyens à se rassembler le mercredi 12 juin à 18h30 devant la stèle de Gabriel Péri (avenue Gabriel Péri) à Argenteuil en hommage à Clément et en soutien à sa famille. Nous exigeons la dissolution immédiate de tous les groupuscules d’extrême-droite ».

Signataires Valdoisiens :

ADECR (Association départementale des élus Communistes et Républicains), CGT (Confédération Générale du Travail), FASE (Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique), FCPE (Fédération des Conseils de Parents d’élèves), FSU (Fédération Syndicale Unitaire), GA (Gauche Anticapitaliste), GU (Gauche Unitaire), LDH (Ligue des Droits de l’Homme), MJCF (Mouvement Jeunes Communistes de France), MJS (Mouvement des Jeunes socialistes), NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste), PCF (Parti Communiste Français), PCOF (Parti Communiste des Ouvriers de France), PG (Parti de Gauche), PS (Parti Socialiste), RS (République et Socialisme), SUD (Solidaires Unitaires Démocratiques), UDESR (Union départementale des élus Socialistes et Républicains), UNEF (Union Nationale des Etudiants de France), UNL (Union Nationale lycéenne).

Partager cet article

Repost0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 22:39

lettre-depute.jpg lettre-depute-2.jpg

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 18:22

 



Voir en images le rassemblement du 13/12/2012.

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 07:08

Maïram Guissé | Publié le 10.12.2012, 07h00

 Argenteuil, le 14 novembre. Aurore et Julien, qui habitent la cité Joliot-Curie depuis quatre ans, ont peur de ne plus pouvoir joindre les deux bouts.

Argenteuil, le 14 novembre. Aurore et Julien, qui habitent la cité Joliot-Curie depuis quatre ans, ont peur de ne plus pouvoir joindre les deux bouts. | (LP/M.G.)

 

 

 

Alors que la ville de Bezons accueille ce soir les rencontres du , les locataires de l’office HLM AB-Habitat (AB-H) d’Argenteuil-Bezons sont mobilisés et espèrent bien se faire entendre. En cause, la hausse en masse des loyers de 2,50% à compter du 1er janvier. La nouvelle est tombée lors du dernier conseil d’administration de l’office aux 110000 logements.
« Cette augmentation permet de maintenir l’équilibre de l’office tout en travaillant sur des projets de développement », explique AB-H.

Un argument que n’entend pas le syndicat . « Il y a d’autres solutions, affirme Daniel Blanc, délégué CGT. Cela fait plus de trois ans que la Résidence bleue, le centre d’hébergement d’urgence, est à l’abandon. Ce sont des centaines de milliers d’euros de manque à gagner pour l’office, à condition d’en faire quelques chose », insiste-t-il en réclamant « un blocage des loyers ». Sur ce dernier point, la Confédération nationale du logement (CNL) a interpelé le préfet par courrier et demande « une deuxième délibération du conseil d’administration sur cette proposition de hausse des loyers », écrit Marcel Carlier de la CNL Val-d’Oise. La confédération a d’ailleurs lancé une pétition en ligne pour réclamer le « gel des loyers ».

Dans les allées de la cité Joliot-Curie à Argenteuil, composée par plus de 1 000 logements, les locataires crient au « scandale ». Ici, les murs, vieillis par le temps, amplifient la grisaille ambiante. Nawal, 36 ans, soupire en « pensant à une augmentation de son loyer de 600 € ». Enceinte de huit mois et déjà maman d’un bébé de 18 mois, elle « redoute de se retrouver encore plus en galère ». La trentenaire faisait des ménages en contrats à durée déterminée. « Mais, là, je ne peux plus vu mon état. Mon mari vient de se faire licencier, il ne touche plus que 900 € par mois », confie-t-elle.

Les habitants ont déjà un budget très serré

Près du hall 2, Aurore et Julien promènent leur chien, avec leurs deux enfants de 4 et 2 ans. Le jeune couple occupe un F3 depuis cinq ans « dans cette vieille cité ». Les barres ont été construites dans les années 1950. « On paie 350 € avec les aides. C’est déjà cher, alors comment s’en sortir si on augmente le prix du loyer? » peste Aurore, maman au foyer. « On ne peut pas travailler plus que maintenant, le rythme est déjà soutenu », s’agace Julien, menuisier. Une maman poursuit : « En dix ans, mon loyer a augmenté de presque 100 €. Si on vit dans des HLM, c’est que nos revenus sont moyens voire faibles, surtout dans cette cité. Bientôt on ne pourra plus se loger à Argenteuil! »

L’office HLM n’entend pas faire arrière. « Nous avons un bon programme de développement, de maintien de la présence humaine sur nos parcs. Si on pouvait faire autrement, on l’aurait fait », prétend un responsable.

Le Parisien

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 23:06

Préservons notre retraite complémentaire et nos garanties collectives

 

Rassemblement départemental le

Jeudi 13 décembre 2012 entre 12 h. et 14 h.

devant le MEDEF à ARGENTEUIL – 84 Boulevard Héloïse.

 

Négociation retraite complémentaire ARRCO-AGIRC : la CGT quitte la négociation

 

« Une grande partie de l’effort doit porter sur les prestations » est l’expression du patronat en présentant ses propositions :

• Gel des pensions pendant 3 ans ou une revalorisation de 1 point en dessous de l’inflation durant 5 ans soit une perte de pouvoir d’achat d’environ 6 %, pour une inflation moyenne de 2 % ;

• Durcissement des conditions d’accès aux pensions de réversion : pénalisation des conjoints survivants alors que le taux de pauvreté explose déjà chez les retraités ;

• Nouvelle ponction sur les retraites versées aux retraités n’ayant pas atteint l’âge d’annulation de la décote (65 ans puis 67 ans) : abattement de 10 % de l’AGFF.

En clair, le patronat ambitionne une baisse supplémentaire de la pension.

 

Négociation « sécurisation des parcours professionnels » : le bras de fer continue

 

« Modifier la durée du travail, la masse salariale et le maintien des effectifs en fonction de la conjoncture en accord avec les représentants des salariés ; limiter les recours en cas de plans sociaux ; plafonner les dommages et intérêts versés par les tribunaux aux personnes licenciées » : ambitions affichées par le patronat. En clair, plus de précarité pour les salariés, une sécurisation des licenciements au lieu d’une sécurisation des salariés.

 

Parmi les mesures proposées par le patronat : flexibiliser le CDI (contrats de chantier, de mission, généralisation du CDI intermittent), dégressivité des allocations chômages, limitation des recours des salariés et plafonnements des condamnations par les Tribunaux en cas de licenciements, durcissement des conditions de mise en place d’institution représentative des personnels, assouplissement des conditions de licenciements.

 

En revanche, rien pour les salariés : principes du CDI remis en cause, groupe de travail pour les retraites complémentaires avec possibilité d’adhésion individuelle pour les chômeurs, groupe de travail sur l’accès au logement ou aux prêts bancaires, négociations de branche pour les salariés à temps partiel, pas de droits nouveaux pour les élus du personnel.

 

La CGT se refuse à ce marché de dupes.

 

Nous ne sommes pas responsables de la crise, nous n’avons pas à en payer les conséquences ! Les moyens financiers existent pour garantir à chacune et chacun d’entre nous des conditions de travail et de vie dignes.

 

Après les banques, le patronat, notamment les grandes entreprises - groupes français et internationaux - reçoivent des milliards de fonds publics (exonération de cotisations, crédits d’impôts, etc…) au prétexte de préserver les emplois. Les 20 milliards de crédit d’impôts octroyés par le Gouvernement pourront être utilisés à l’investissement, à la création d’emploi ou à financer les dividendes des actionnaires !

Dans le même temps, les suppressions d’emplois se poursuivent.

Dans le même temps, la précarité s’étend touchant particulièrement les jeunes et les femmes, le chômage et la pauvreté explosent.

 

Les exigences de la CGT :

 

Ä Encadrer et limiter l’usage des contrats précaires ;

 

Ä Construire des droits attachés à la personne (et non dépendant de l’entreprise ou de l’administration) tout au long de sa vie professionnelle en activité ou privé d’emploi (revenu, protection sociale, formation, etc…)

 

Ä Améliorer l’information donnée aux élus du personnel et prendre en compte leurs propositions

 

Ä Créer un droit de suspension sur les décisions impactant l’emploi ;

 

Ä Organiser le maintien de l’emploi en cas de difficulté économique sans régression des droits des salariés.

Partager cet article

Repost0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 07:31

vente-parisien-20032012.jpg

Partager cet article

Repost0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 23:59

Barbecue convivial et revendicatif 12H30 dans la cour du siège d'AB-Habitat (39 Bd Léon Feix)

8 mars

 

Signez la pétition pour la revalorisation des salaires : cliquez ci après link

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 09:07

 

Des charges exorbitantes mal anticipées, des impayés qui s'accumulent: des centaines de milliers de copropriétaires se retrouvent dans l'incapacité de gérer leur patrimoine, qui se dégrade rapidement, victimes du mythe du "tous propriétaires". ( © AFP Loic Venance)

ARGENTEUIL (Val-d'Oise) (AFP) - Des charges exorbitantes mal anticipées, des impayés qui s'accumulent: des centaines de milliers de copropriétaires se retrouvent dans l'incapacité de gérer leur patrimoine, qui se dégrade rapidement, victimes du mythe du "tous propriétaires".

Des tours immenses s'élevant vers le ciel, à quelques pas de la gare Transilien d'Argenteuil, dans un quartier pourvu d'équipements publics: les copropriétés du Val d'Argent, construites dans les années 1960 et 1970, ciblaient une population en quête de logements bon marché.

 

"C'était des appartements modernes, spacieux", qui ont séduit une "population qui ne parvenait pas à accéder au logement social", décrit la première adjointe au maire d'Argenteuil chargée de l'urbanisme, Chantal Colin.

 

Problème: "les gens n'ont vu que le prix d'achat, sans comptabiliser les charges". Chauffage, ascenseur, propreté... Face au coût de l'entretien et parfois à la "gestion indélicate des syndics", certains copropriétaires ont baissé les bras, cessé de payer, et les immeubles se sont vite dégradés.

 

"Il y a des gens qui n'auraient jamais dû devenir propriétaires, qui n'avaient pas conscience de leurs devoirs", tranche Dominique Braye président de l'Agence nationale de l'habitat (Anah) qui doit remettre jeudi au secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu les conclusions d'un rapport.

 

Un diagnostic réalisé en 2008 a révélé que sur les 32 copropriétés du quartier du Val d'Argent, "certaines étaient en extrême difficulté". Une dizaine bénéficie aujourd'hui d'opérations programmées d'amélioration de l'habitat (Opah) ou de plans de sauvegarde (PLS).

 

Un cas qui se reproduit un peu partout en France. "Il y a entre 800.000 et 1.000.000 de logements dans des copropriétés fragiles et en difficultés", selon Benoist Apparu.

 

A Sevran, "environ 3.000 logements sont touchés: ça va nécessiter un effort financier que (les copropriétaires) ne peuvent pas payer", s'alarme Bernard Portal, adjoint au maire de cette commune de Seine-Saint-Denis chargé de l'habitat.

 

La résidence Marguerite accuse "286.000 euros de charges impayées", précise André Dan, copropriétaire et membre du conseil syndical. "On a de gros soucis, il faut payer chacun 1.600 euros par trimestre et nous ne sommes que 35 à payer, alors qu'il y a 70 copropriétaires", s'insurge-t-il.

 

Par manque d'entretien, les façades de cette résidence construite dans les années 1980 sont fissurées, laissant apparaître du fer à béton. Murs gris et décrépits, balcons encombrés d'antennes paraboliques ou de vélos: dans la commune voisine de Clichy-sous-Bois, d'immenses barres font triste mine. La résidence Stamu II "la plus dégradée" a ainsi été placée en PLS.

 

Boucher les vide-ordures, remettre aux normes les ascenseurs, sécuriser les lieux, les opérations menées en partenariat avec l'Etat et l'Anah ont amélioré le bâti et tenté de rappeler les propriétaires à leurs obligations.

 

Toutefois, pour Sylvaine Le Garrec, sociologue et urbaniste, spécialiste de la question, "avant les travaux, la priorité c'est de redresser les finances de la copropriété".

"Assainir la gestion", "développer les mesures de prévention" et "associer les copropriétaires à l'intervention publique": tels sont, à ses yeux les "priorités" pour éviter que l'engrenage ne recommence.

 

Confrontés à une impasse, certains copropriétaires pensent à vendre leur bien pour s'installer ailleurs, mais dans la plupart des cas celui-ci a perdu de sa valeur. "Mon appart je l'ai acheté 150.000 euros, si je le vends aujourd'hui, même avec un rabais, impossible d'avoir 60.000 euros", déplore Kheira Couvreur, copropriétaire de Sevran.

 

© 2012 AFP

Partager cet article

Repost0
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 16:10

Humanité Quotidien

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 20:57

attrib-logt.jpg

Partager cet article

Repost0