Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Rechercher

 

 

14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 00:00
Immobilier : Les loyers ont augmenté de 2,3% en 2008 dans le Val d’Oise
(13/01/2009 18:09)

Selon le baromètre SeLoger.com, le prix des loyers a augmenté de 2,3% en 2008 dans le département. Une hausse mesurée plus élevé qu’en 2007, où les loyers avaient seulement grimpé de 1%. Le prix de vente des biens immobilier a quant à lui baissé de 1,9% sur l’année.

 Dans l’ensemble, les loyers restent stables en région parisienne. Grâce à des hausses limitées au dernier trimestre, ils affichent des augmentations annuelles dans la moyenne du marché : de 0,5 % dans les Yvelines (17,32 €/m²) à 3,4 % dans les Hauts-de-Seine (21,20 €/m²). Le Val d’Oise s’inscrit dans la moyenne de cette fourchette et présente une hausse de 2,3%. En ce début d’année 2009, les loyers se négocient donc en moyenne autour de 15,53 euros le m2.

Les prix baissent de 1,9%

En revanche pour ce qui concerne la vente de biens la baisse des prix est généralisée dans l’ensemble de la région. Les sept départements franciliens ont connu de fortes baisses au dernier trimestre 2008. Sur l’année, seuls deux départements ne connaissent pas la crise de l’immobilier et terminent l’année avec des performances annuelles positives. Il s’agit des Hauts-de-Seine et de la Seine-Saint- Denis. Selon le baromètre SeLoger.com, la baisse des prix dans le Val d’Oise serait de l’ordre de 1,9% avec une chute mesurée sur les trois derniers mois (-0,9%).

Adrien Hilpert

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 00:00

Le budget du logement baisse et

le projet de loi Boutin accélère l’exclusion.



Les faits sont têtus, le droit et l’accès au logement sont une des premières préoccupations des salariés, des retraités et de tous ceux qui sont frappés par la précarité de l’emploi (les jeunes, les chômeurs, …) Le logement est le premier poste des dépenses des ménages, il y a 3,4 millions de familles en situation de mal logement, etc.….

 

Non seulement le budget 2009 du logement est réduit de 7% (-20% sur les 3 ans à venir) le nombre de construction de logements sociaux baissant de 12%, les crédits pour le logement social de plus de -30% et supprimant les crédits pour les réhabilitations et l’amélioration de l’habitat….

 

C’est dans ce contexte que Mme Boutin, fidèle à la feuille de route libérale de Sarkozy affiche le slogan démagogique d’une « France de propriétaires » en faisant miroiter ses maisons à 15 € par jour avec à la clé un endettement de prés de 40 ans, une facture énergétique toujours plus importante, une augmentation des dépenses de transport du fait que les terrains disponibles sont éloignés des centre villes, des impôts locaux et fonciers supérieurs,….

La crise financière des « subprimes » aux Etats Unis dont nous voyons les conséquences aujourd’hui, fait éclater au grand jour les scandaleuses envolées des loyers, du coût de l’accession à la propriété et les cadeaux fiscaux aux plus riches et la spéculation boursière.

 

Le projet de loi Boutin aggrave la situation.

Il réduit le nombre déjà insuffisant de constructions, il remet en cause l’obligation de construire au moins 20% de logements sociaux dans les villes de plus de 3500 habitants.

Cette loi imposerait une mise sous tutelle forcée des organismes HLM en leur imposant des conventions définissant des objectifs de loyers (surloyers), de ventes de logement,…. éloignant les organismes HLM de leur mission de Service Public .

 

Cette loi remet en cause le principe du maintien dans les lieux pour les locataires :

 

 - la baisse de 10% du plafond de ressources pour être éligible au logement social et l’augmentation du surloyer pour chasser les familles les moins pauvres des HLM.

 

- l’exclusion des locataires qui dépasseront 2 fois le plafond de ressources ou en cas de sous-occupation. Cela aurait pour conséquence de remettre en cause le principe de mixité sociale et de déstabiliser les quartiers. Cela imposerait à des familles qui ont payé pendant des dizaines d’années leur loyer de quitter leur logement…

 

la réduction des délais pour expulser les locataires ce qui est en contradiction avec la loi du Droit Au Logement Opposable (DALO)

 

Cette loi prévoit également un véritable hold-up sur l’argent de notre salaire différé par les cotisations au « 1% logement » pour financer les désengagements de l’Etat. La quasi-intégralité de la collecte serait ponctionnée par l’Etat pour financer le plan ANRU au détriment de la participation du « 1% logement », entre autre, à la construction de 70 000 logements par an.


La C.G.T. exige

 

- un financement public à la hauteur des besoins de production de logement de qualité à un prix  du loyer vraiment abordable, la quittance ne doit pas dépasser 20% du revenu de la famille.

 

- le retrait du projet de loi Boutin sur le logement

 

La C.G.T. vous appelle :

 

-  à participer à la manifestation contre la loi Boutin et pour la défense du logement social Samedi 13 Décembre 14H30 Métro Duroc  

 

-  à signer la pétition sur le site de la CNL : www.lacnl.com

 

- à vous organiser pour vous défendre, vous faire respecter, et mettre en œuvre le droit au logement de qualité à un prix abordable…

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 23:00

 

PRODUCTION ASSUREE…..
DE DINDONS* ET DE CO.CUS*

 
Assis sur le « mirage du Tous Propriétaire » et sur le mensonge concernant la prétendue richesse et mauvaise gestion des organismes Hlm, le projet de Loi Boutin fourbit ses dernières touches dans le processus de destruction de la mission de service public du logement social, dans le droit fil des
 préconisations du fameux rapport ATTALI.

FLORILEGE DE MESURES LES PLUS NEGATIVES :

  - LOI SRU – ART 55 : Le projet prévoit que les logements acquis sous le dispositif PASS FONCIER, soient comptabilisés dans les fameux 20%. Or, le public visé étant celui qui relève des PLAI, il serait plus judicieux de favoriser l’accès à la propriété pour les personnes relevant des plafonds PLS.


  -
FINANCEMENT :

1° Désengagement de l’Etat : l’intervention de l’Etat se mesurait en 2001 à hauteur de 1,33 % du PIB contre 1,11 % en 2007. Situation qui ne risque pas de s’améliorer puisque la lettre de cadrage budgétaire adressée aux Ministères prévoit une baisse de 7% pour le logement !!!!


2°Livret A : A comme Abandon
 : l’ouverture à tous les opérateurs bancaires de la distribution du livret A va conduire à la réduction du financement affecté à la construction de logements sociaux : Mme Boutin semble ignorer que depuis la crise des « subprime », les banquiers sont réticents à prêter de l’argent.

 

3°Détournement du 1%  hold-up : les collectes annuelles du 1 % seront intégrées de fait dans le budget de l’Etat. Certains esprits étroits pourront un temps s’en réjouir, au moins jusqu’au moment où ils comprendront (trop tard)

que mécaniquement, c’est une réduction de l’enveloppe globale de financement du logement social et de tous les dispositifs de sécurisation qui en seront affectés.


  -
MOBILITE FORCEE :

le projet prévoit une disposition concrète et on ne peut plus efficace : accélérer les procédures d’expulsion !!


2°Suppression du bail à durée indéterminée : désormais, si votre enfant quitte le foyer, vous serez dans l’obligation de déménager de votre logement pour un plus petit et assurément au même prix. De même, si d’aventure votre niveau de vie s’améliore, vous êtes soumis : au surloyer, à la réduction de votre bail à 3 ans, à la « sensibilisation » à l’accession.

 

3°Baisse des plafonds Hlm: Il s’agirait d’annuler les effets de la progression des plafonds de ressources due à la progression du SMIC du fait des 35 heures !!!! Bref, au-delà de l’escroquerie, il y a des milliers de salariés et de familles qui passent au-dessus des plafonds et qui sont de fait exclus des demandeurs.

 

  LA CGT EXIGE DE L’ETAT UN EFFORT BEAUCOUP PLUS IMPORTANT POUR PRODUIRE DU LOGEMENT ECONOMIQUEMENT ACCESSIBLE


 *DINDONS

S’y reconnaîtront malheureusement, les salariés, les locataires, les demandeurs de logement,….


*CO.CUS

Souhaitons que les élus locaux aient compris qu’ils le sont doublement. Désormais, la modification de la gouvernance accroît fortement les prérogatives du Directeur Général pour tout ce qui relève de la gestion. Et bientôt avec les C.U.S., les élus seront totalement sous tutelle de l’Etat avec aucune marge de manoeuvrer sur les orientations « politiques » de leurs organismes.

 

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2007 2 02 /01 /janvier /2007 00:00

Quelques chiffres du mal logement dans le Val d’Oise

DE PLUS EN PLUS DE DEMANDEURS, DE MAL LOGES

27500 demandeurs de logements (représentant prés de 70 000 personnes)

       dont 36% sont hébergés

LOGEMENTS INDIGNES

20214 logements désignés potentiellement indignes

PRODUCTION DE LOGEMENTS INSUFFISANTE

Construction de 4000 logements alors que le projet de schéma directeur d’Ile de France estime à 7000 logements à construire chaque année dans le VO

DES LOGEMENTS NE CORRESPONDANT PAS AU DEMANDES

Moins de 25% des logements construits sont destinés aux familles modestes alors qu’elles représentent 2/3 des demandeurs de logement.

EPURATION SOCIALE – ACCELERATION DE LA PENURIE

5000 logements sociaux prévus à la démolition

ICADE SPECULE SUR LE LOGEMENT SOCIAL

Icade veut supprimer du parc social 8000 logements sociaux

APARTHEID SOCIAL

Seules 13 communes du Val d’Oise sur 185 accueillent 60% du parc social. La moitié des communes ne disposent d’aucun logement social

DES MAIRES HORS LA LOI

29 communes ne respectent pas l’obligation de construire au moins 20% de logements sociaux

FLAMBEE DES LOYERS

Plus de 75% des bailleurs appliquent des augmentations de loyers supérieures au taux maxi des recommandations ministérielles

BAISSE DES CREDITS POUR REHABILITER

Baisse des crédits pour réhabiliter les logements

       en 2005 : 2218 logements réhabilités

       en 2006 : seulement 820 logements

Les crédits du Conseil Général pour réhabiliter sont passés de 2,7 millions d’euros en 2005 à 1,7 millions d’Euros en 2006 soit une baisse de 47%

L’ETAT ENCOURAGE LES EXPULSIONS

Expulsions :

      + 6% du nombre de décisions accordant le concours de la force publique

      + 33% des interventions effectives de la force publique

      Baisse de 46% du montant des indemnités payés par l’Etat aux bailleurs

UNE LOI TOUJOURS PAS APPLIQUEE : UN SITUATION QUI S’AGGRAVE

Aires pour les gens du voyage :

La loi voté en 2000 impose la création de 1035 places sur le VO. Au 31/11/06 il n’y a que 74 places en service sur les 218 existantes. Seulement 156 créations de places sont envisagées à court terme

LE DEVELOPPEMENT DE LA MARCHANDISATION DU LOGEMENT SOCIAL

A cela s’ajoute l’explosion des charges (prix des énergies), des charges répercutées sur les locataires non conformes avec la loi (gardiennage), l’APL qui a été réduit de 10% ces dernières années, le développement de bidonvilles, marchandisation du logement social, le manque de transparence des commissions d’attribution, l’absence de concertation, le désengagement de l’Etat, une loi sur le droit au logement opposable inapplicable, la privatisation des OPHLM…   

Partager cet article

Repost0