Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ensemble

Rechercher

Privatisation

Afficher l'image d'origine

3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 21:33

A Paris, les milliardaires font des affaires, les locataires “font” leurs affaires

 

COMMUNIQUE

Paris, le 3 avril 2017

Fin de la trêve hivernale des expulsions :
A PARIS, les milliardaires font des affaires, les locataires “font” leurs affaires !

Entre 1000 et 1500 personnes ont manifesté samedi après-midi 1er avril, contre la fin de la trêve hivernale, à l’appel de la plate forme logement des mouvements sociaux, d’associations de mal logés, de locataires, de syndicats et de l’espace commun « nos droits contre leurs privilèges », pour dénoncer le retour des expulsions à partir du 1er avril, le logement cher, la mauvaise application de la loi DALO et du droit à l’hébergement, l’insuffisance de logements HLM accessibles, et le silence de nombreux candidats sur la défense du droit au logement, des locataires, des mal logés et des sans logis.
 
·     Marche contre les expulsions :
“Pas d’expulsions, relogements”,  “application de la loi de réquisition, application de la loi DALO”
“De l’argent il y en a, dans les coffres du Panama, du l’argent il y en a, pour le logement social”
“Un toit c’est un droit, un toit c’est la loi“
“Un costard à 12 000 balle, c’est 2 ans d’loyer social “`
”Assez de corruption, assez d’expulsions, des logements sociaux, baisse des loyers”
Locataires en colère, y en a marre des loyers chers” “mal logés en colère, y en a marre de la galère”
“A Paris j’y reste, je ne partirai pas”   “Un logement décent c’est un loyer à 20%”
 
Le cortège rassemblait des mal logés, des locataires, des résidents de foyer, des militants alter-mondialistes, syndicaux, des militants du logement, de différents mouvements appelant à la marche, « la fanfare invisible » et une poignée de “riches” se plaignant des « manif de pauvres ».

Le cortège a dénoncé en chemin 4 opérations spéculatives dédiées au tourisme de luxe, pour certaines conduites sur des biens publics profitant à des intérêts privés, au profits de milliardaires, et un projet d’urbanisme coûteux et dangereux pour les parisiens locataires :


 

  • L’ex poste du Louvre :

En travaux pour devenir un hôtel de grand luxe, notre  poste du Louvre compte une surface de  50 000 m2 situés à l’angle des rues du Louvre et Étienne Marcel auraient permis de réaliser 400 logements sociaux … Il y en aura 13.
 

  • L’ex bourse du commerce :

L’ex bourse du commerce soit 11 248 m2 situés derrière les Halles, rue du Louvre, a été achetée par la ville de Paris à la chambre de commerce pour un coût total de 86 millions d’euros (achat  et indemnisation de la chambre de commerce). Elle a été immédiatement louée pour 50 ans (depuis janvier 2017)  à  François PINAULT (4e fortune de France, avec 14,6 milliards), à un loyer dérisoire : 60 000 euros par an, avec un “pas de porte” de 15 millions. Cela revient à 18 millions sur 50 ans, 5 fois moins cher que l’investissement de la Ville. Un  cadeau à 2,65 € le m2 mensuel : 3 fois moins cher qu’un logement social.
Mais comme chacun sait, F. PINAULT est un mécène, il ne spécule pas sur l’art, il refuse les baisses d’impôts consistantes octroyées par les différents gouvernements pour l’achat d’œuvres d’art. Nous voilà donc rassurés, l’ex bourse du commerce ne sera pas la salle des ventes du milliardaire propriétaire de  Christie’s, leader mondial des enchères, mais un musée … Malheureusement, il n’est nulle part spécifié dans le bail généreusement signé par la ville de Paris  que les œuvres exposées ne pourront pas être vendues. Comme quoi mieux vaut être milliardaire pour se loger et faire un bon business dans Paris que smicard. Merci la Ville de Paris !

         

  • L’ex Samaritaine :

Opération immobilière sur l’ensemble du quartier de la Samaritaine, 70 000 m2 , menée par Bernard ARNAULT, 1ère fortune de France avec 38,6 milliards). Il s’agit de la 1ère étape  de la transformation du centre historique de Paris en ville musée privatisée, dédiée au tourisme de luxe. Cette opération a donné lieu à la disparition de nombreux logements bon marché, à la perte d’emploi pour des centaines de salariés, à la création d’un hôtel de grand luxe (70 suites sur 21 000 m2).

B. Arnault a juste lâché 7% de la surface totale pour faire du logement social, et encore … pour 50 ans. Sur ce dossier, la Ville de Paris n’a pas pinaillé, et a accordé les permis de construire sans hésiter !
En prime, car Arnault a vraiment besoin aussi de loger ses œuvres défiscalisées pour faire de bonnes affaires, la ville de Paris vient d’octroyer au milliardaire un bail sur l’ancien musée des arts populaires, dans le très chic 16e au bord du bois de Boulogne.
Il était jaloux de l’avantage consenti à son “petit” concurrent sur la bourse du commerce. Il obtient un bail à  1 € le m2 !  Conclusion, avec la Mairie de Paris, plus on est riche et moins le loyer est cher !

         

  • L’île de la Cité :

La manifestation a pris fin sur le Pont Neuf, à la pointe de l’Île de la Cité, sur laquelle plane ce projet mégalo : transformer le cœur historique de Paris en parc d’attraction touristique à ciel ouvert, après avoir déménagé l’essentiel des activités du Palais de Justice, de la Préfecture de Police et de l’HôtelDieu en périphérie … Tandis que le taux de logements vacants et de locations touristiques atteint des records sur l’ile de la Cité. C’est la grande dévitalisation !
Là aussi il y aura de nombreuses pertes d’emplois, avec le déplacement de ces services publics centraux, et des services médicaux de l’Hôtel-Dieu, et la disparition de nombreux services publics.
Un  tel projet, comme celui des JO 2024 et de l’exposition universelle, a un coût très élevé pour la collectivité, qui pourrait déboucher sur la privatisation partielle de ce patrimoine commun, sous prétexte de faire face aux dépenses extravagantes envisagées, ou à un endettement élevé de la commune. Les habitants modestes  risquent fort d’avoir à payer par une cure d’austérité.
Par contre cette opération, dans la veine du « Grand Paris » ne manquera pas de rapporter gros à nos deux milliardaires, mais aussi de faire monter les prix immobiliers et les loyers, de faire fuir un peu plus de parisiens vers la banlieue, d’aggraver la crise du logement et d’encourager la spéculation, le logement cher et les profits immobiliers.

 

Prochains RV :

  • Mercredi 5 avril 14h30 : STOP AUX EXPULSIONS – Sortie du M° Cité
  • Jeudi 27 Avril matin : RAFFUT DES MAL LOGÉS ET DES LOCATAIRES 
    aux QG des 2 finalistes de la présidentielle

             

 

Photos de Jean-Claude Saget: s://goo.gl/photos/XMX88owTNQeA46VGA

Photos de Serge d’Ignazio: https://www.flickr.com/photos/119524765@N06/sets/72157682103954765

 

Tagged with: 

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat
commenter cet article

commentaires