Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Rechercher

 

 

17 juin 2018 7 17 /06 /juin /2018 19:01

Bezons ce samedi. La municipalité a organisé un « rallye de défense des services publics ». Le cortège s’est notamment arrêté devant le commissariat de police. 

 

>Île-de-France & Oise>Val-d'Oise|Anne Collin|17 juin 2018, 17h15|0

Une cinquantaine d’habitants et d’élus ont participé à cette action de mobilisation organisée par la municipalité ce samedi.

« Quand tout sera privé, on sera privé de tout ! ». Au rythme des slogans, pancartes à la main, une cinquantaine de personnes ont arpenté le centre-ville de Bezons ce samedi à l’occasion du premier « rallye de défense des services publics ». Objectif pour la municipalité organisatrice ? Mobiliser les habitants et les responsables sur la disparition de nombreux services publics dans la commune, déjà actée ou à venir.

« Nous avons alerté le sous-préfet, La Poste, la députée de la circonscription… Voyant qu’il n’y a toujours pas de réponse ou seulement des non-réponses, nous avons décidé de renouer avec une pratique que l’on utilisait il y a des années pour le logement social quand nous dénoncions sur place les villes en carence », explique le maire (PCF), Dominique Lesparre au départ du cortège.

« Notre population va être laissée à l’abandon »

A quelques pas de l’Hôtel de ville, premier symbole de cette baisse des services publics : le centre des Finances publiques. Ouvert en 2010, il doit fermer définitivement ses portes au 1er janvier 2019. « Un scandale à plus d’un titre. Notre population va être laissée à l’abandon », lance l’édile au micro.

 

 

 

Avenue Gabriel-Péri, le groupe s’immobilise face au commissariat de police. Les grilles sont fermées. « Nous avions 82 policiers il y a 10 ans et entre 5 et 10 de nos jours. La ville se développe, on aurait besoin de plus d’effectifs, plus de sécurité et c’est l’inverse qui se passe. Si on a créé aujourd’hui une police municipale, c’est par nécessité », dénonce Dominique Lesparre.

 

-
/LP/A.C.

 

Un peu plus loin, les locaux de l’assurance maladie et anciennement de la CAF déjà fermée. « Les locaux ont été vendus au privé », précise la municipalité. Quelques exemples dans une liste qui pourrait bien ne pas être exhaustive, selon la mairie. « Pour la PMI, gérée par le conseil départemental, on nous balade. Officiellement il n’y a pas de fermeture mais dans les faits s’est tout le temps fermé », dénonce l’adjointe au maire, Marjorie Noël. Une pétition a été lancée par des parents.

Enfin, même constat pour La Poste. « Ce sera bientôt le dernier bureau de la ville », regrette le maire, rue des Frères-Bonneff. En effet, celui du Grand Cerf va bientôt fermer. « On avait déjà vu la poste du Pont fermée sans savoir pourquoi. Les temps d’attente déjà longs ne vont pas s’arranger », constatent Marie-Christine et Yves, habitants de Bezons depuis 40 ans.

Fiona Lazaar, députée : « Je pense déjà faire ce que je peux »

Une rencontre entre les participants au rallye de défense des services publics et Fiona Lazaar, députée LREM de la 5e circonscription du Val-d’Oise, n’aura finalement pas été possible. Interpellée dans quelques slogans, l’élue, contactée par le Parisien, assure être prête à rencontrer « quand il le souhaite » le maire de Bezons, qui dénonce son absence de réponse et d’action sur ses sujets.

 

-
Fiona Lazaar, députée. LP/M.G.

 

« Je pense déjà faire ce que je peux. C’est-à-dire en tant que députée, alerter le gouvernement sur ces questions notamment sur la sécurité qui est une demande majeure des Bezonnais et j’ai eu l’occasion de le faire à plusieurs occasions, notamment lors de questions écrites sur ces sujets », affirme Fiona Lazaar. Partage-t-elle le constat de la mairie ? « Bien sûr ». Mais l’élue de relativiser ce dernier sur la police. « Oui au commissariat, il n’y a plus beaucoup de policiers mais ils sont plus nombreux qu’auparavant sur le terrain à Bezons », estime-t-elle.

 
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires