Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Rechercher

 

 

5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 18:29

© l'Humanité

Fragilisés par la crise, de plus en plus de Français peinent à payer leurs loyers, multipliant les risques d’expulsions. Dans son 26e rapport, publié ce mardi, la Fondation Abbé-Pierre dénonce l’attentisme coupable de l’exécutif, qui vient seulement d'annoncer la prolongation de la trêve hivernale jusqu'au 1er juin.

 

« J'ai commencé à travailler à 18 ans. J’ai toujours gagné ma vie sans rien demander à personne. Je pensais aller vers une retraite bien méritée et là, je vais me retrouver SDF. » Maître d’hôtel dans l’événementiel, Marc Crespo gagnait en moyenne de 2 500 à 3 000 euros par mois, entre ses périodes d’activité et de chômage. Aujourd’hui, la crise sanitaire menace de le jeter à la rue. À 59 ans, après avoir éclusé en juin ses droits au chômage, il n’a, pour la première fois de sa vie, pas pu payer son loyer. Il y a deux semaines, l’huissier est venu le prévenir. En juillet, son bail ne sera pas renouvelé. « C’est un déclassement social complet », résume-t-il. Autour de lui, de plus en plus de collègues connaissent des situations similaires. « En huit ans, c’est la première fois que je n’arrive pas à payer mes 230 euros de loyer », explique l’un d’eux.

 

Les signes d’une dégradation à plus long terme

« On voit bien qu’il y a une vague d’impayés de loyers. Elle n’est pas encore spectaculaire, mais elle se dessine », prévient Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé-Pierre (FAP), qui sort ce mardi son 26e rapport sur l'état du mal-logement en France, sur fond de pandémie. L’association a calculé qu’aux 16 000 expulsions avec concours de la force publique, effectuées tous les ans, devraient s’ajouter cette année environ 12 000 autres procédures, pour des ménages fragilisés, mais qui ont pu rester dans leur logement grâce à la prolongation, en 2020, de la trêve hivernale jusqu’au 10 juillet. À cela s’ajoute l’augmentation probable du nombre d’impayés en raison des pertes de revenus liés à la crise. « Au total, il va y avoir des dizaines de milliers de ménages menacés d’expulsion à partir du 1er avril 2021 », estime Manuel Domergue.

 

Les signes d’une dégradation à plus long terme sont là. En décembre 2020, le nombre d’appels préventifs de locataires du privé à SOS Loyers impayés, la structure gérée par l’Agence nationale pour l’information sur le logement, était en hausse de 47 % par rapport à 2019. Une tendance de fond puisque des chiffres similaires ont été relevés en novembre : + 48 % pour les locataires du parc privé et + 53 % pour ceux du public. Dans le secteur HLM, les bailleurs ont rapidement renforcé les suivis individuels et mis en place des plans d’apurement, ce qui a permis de limiter la casse. « Il y a eu 200 millions d’euros d’impayés en plus par rapport à 2019 en mai-juin, mais ça a baissé, et on retrouve aujourd’hui un taux plus classique », indique Marianne Louis, directrice de l’Union sociale pour l’habitat, qui représente l’ensemble des bailleurs sociaux. La crise n’épargne pas non plus les accédants à la propriété, dont certains ne sont plus en mesure de payer leurs traites.

 

Une majorité des situations passe sous les radars

La situation dans le parc privé, plus cher et où sont logés les plus précaires, suscite le plus d’inquiétude. Mais elle est aussi plus opaque. En juin, la Fnaim et l’Unis, qui gèrent parmi les plus grands réseaux d’agences et d’administrateurs de bien, évoquaient 10 % d’impayés. Ils ne communiquent plus depuis. « En juin, nous avons fait une relance le 5e jour du mois pour 12 % des locataires. En décembre, pour 22 %. La relance par courrier au bout du 25e jour a concerné 0,6 % de nos locataires en juin et 1,8 % en décembre. En temps normal, le taux d’impayés ne dépasse pas 0,7 % », détaille Arnaud Hacquart, directeur d’Imodirect, une agence en ligne qui gère 2 000 logements. En réalité, une majorité des situations passe sous les radars, parce que les locations, sont faites directement avec des petits propriétaires privés. « Avec mon statut, je n’ai jamais pu louer via une agence », confirme, par exemple, Marc Crespo.

L’explosion des impayés est, pour l’instant, peu visible. « Ceux qui ont des difficultés ne le crient pas sur les toits. Il y a une sorte de honte. Surtout, avant d’arrêter de payer leurs loyers, ils se privent sur tout le reste : l’alimentaire, la santé… Sans compter ceux qui font appel à des crédits revolving », souligne Eddie Jacquemart, président de la Confédération nationale du logement. Beaucoup sont fragilisés, mais payent encore. Nina est de ceux-là. Graphiste, elle gagne 1 000 euros par mois avec un mi-temps en CDI. Elle travaille aussi comme indépendante pour une maison d’édition, qui vient de perdre un contrat qui lui rapportait 3 000 euros par an, et ne peux plus compter que sur 750 euros de plus. Son compagnon a, lui, perdu ses maigres revenus d’autoentrepreneur. Le couple est en difficulté pour payer son loyer parisien de 1 500 euros. « J’avais 3 000 euros sur mon livret A, j’ai dû les utiliser », raconte-t-elle. Les vacances, elle y a renoncé. Et avoue parfois voler dans les magasins. Son angoisse, c’est que sa propriétaire augmente le loyer de son meublé renouvelable tous les ans. « C’est stressant. Quand on n’a pas de CDI, on est hyperfragile. Et le Covid a accentué notre précarité », explique-t-elle. Le sondage réalisé par la FAP indique que 32 % des Français ont vu leur situation financière se dégrader. Et qu’ils sont plus de 20 % à éprouver des difficultés à payer leur loyer.

« La crise sociale va empirer »

Inquiets, bailleurs et associations ont les yeux rivés sur la fin des mesures prises pour limiter l’impact de la crise, notamment le chômage partiel. « Notre souci, c’est ce qui va se passer quand les aides vont s’arrêter », résume Arnaud Hacquart. Avec 11 % de chômage attendus pour 2021 et une réforme restreignant le droit à l’allocation, l’explosion des impayés dans les années à venir paraît inexorable. « Ce qui nous préoccupe, c’est que la crise sociale va aller en empirant et que les outils pour y faire face vont être affaiblis », analyse Marianne Louis. En dehors d’un peu de publicité au printemps pour le numéro SOS Loyers impayés (1) et de la mise en place par Action Logement (ex-1 % patronal) d’une aide aux salariés locataires de 300 euros pendant deux à six mois, rien n’a été fait. « On a un peu l’impression que le gouvernement attend qu’il y ait une explosion des impayés pour agir », s’agace Christophe Robert, délégué général de la FAP. Pour montrer sa sensibilité au sujet, le gouvernement a mis en place, en novembre, un Observatoire des impayés. Il a aussi confié au député LaREM Nicolas Démoulin la rédaction d’un rapport. Remis dimanche à la ministre du Logement, il préconise une simplification des démarches pour obtenir de l’aide. Mais pas un centime n’a été mis sur la table dans le plan de relance ou ailleurs.

 

« Déjà limités en temps normal, les fonds de solidarité logement, qui servent à payer de façon transitoire les loyers des ménages en difficultés, sont encore plus insuffisants aujourd’hui », souligne Manuel Domergue. Certaines collectivités ont mis la main à la poche pour en augmenter le budget, mais l’État ne les a pas abondés. Gérés localement, ils restent très inégalitaires, avec des règles d’accès différentes selon les territoires. Dans les Alpes-Maritimes, par exemple, il faut avoir payé ses deux derniers mois de loyer pour en bénéficier. Quand Marc Crespo en a découvert l’existence, il n’y avait déjà plus droit. La FAP appelle à l’uniformisation de leurs règles et à leur revalorisation. Depuis mars, elle plaide aussi sans succès pour la mise en place d’un fonds d’urgence d’au moins 200 millions d’euros pour le paiement des loyers et des charges.

Le gouvernement n’est pas non plus revenu sur les coupes successives sur les aides au logement (APL), adoptées depuis le début du quinquennat (voir notre infographie). Il a même maintenu, en janvier, la réforme prévue avant la crise et le passage à un mode de calcul « en temps réel ». Sous couvert de les faire mieux correspondre aux revenus des demandeurs, elle permet au budget de l’État d’économiser des centaines de millions d’euros. La FAP appelle à revenir sur ces économies, comme sur celles imposées au secteur HLM. Au-delà, c’est le logement dans son ensemble qu’il faut arrêter de considérer comme un vulgaire produit de spéculation, pour le traiter enfin pour ce qu’il est : un bien essentiel.

(1) 0 805 160 075.
Partager cet article
Repost0

commentaires