Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Rechercher

 

 

26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 13:21

 

Affaire Ziri : De nouveaux éléments confortent l'idée d’une bavure policière
(13/05/2011 21:00)


730 jours après la mort d'Ali Ziri, une synthèse des deux rapports d'autopsie confirme que l'insuffisance cardiaque constatée à l'arrivée du sexagénaire aux urgences d’Argenteuil est « secondaire à un trouble majeur du rythme cardiaque ». Ces examens complémentaires rappellent que des  « manoeuvres d'immobilisation » ainsi que les vomissements à répétition ont entrainé un manque d'oxygène dans les tissus à l’origine du trouble cardiaque. « Le manque de discernement a conduit à des comportements qui n’étaient pas sans conséquence sur l’état de santé de M. Ziri. » conclut ce nouveau rapport.

 Réunis jeudi soir dans les locaux de l’Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) pour décider des événements à organiser pour les deux ans de la mort du retraité algérien, les membres du collectif « Vérité et justice pour Ali Ziri » ont rendu public les conclusions de nouveaux examens complémentaires, datant du 15 avril. « Ces nouveaux éléments confirment que des violences policières sont à l’origine de la mort d’Ali Ziri, chose que les proches et le collectif d’Ali Ziri ont toujours soutenue » affirme aujourd’hui le collectif.

« Des comportements pas sans conséquence sur l’état de santé de M. Ziri »

Dans ce rapport on peut y lire : « la reconstitution des faits et expertises anatomopathologiques permettent d’affirmer que l’inefficacité cardiaque constatée aux urgences du CH d’Argenteuil est secondaire à un trouble majeur du rythme cardiaque, lui même secondaire à un épisode hypoxique en rapport avec les manœuvres d’immobilisation et les vomissements itératifs…le manque de discernement a conduit à des comportements qui n’étaient pas sans conséquence sur l’état de santé de M. Ziri. »

Membres de la famille du défunt ou du collectif, élus, tous ont rappelé hier leur détermination à poursuivre leurs actions. « Nous attendons que la justice fasse son travail, ajoute Arezki Semache, un proche d’Ali Ziri. Les policiers en question n'ont pas été entendus par le juge d'instruction. Ils doivent l’être. Tout est clair maintenant. »

« Notre colère ne pourra s’apaiser que dans la justice »

Le 11 juin 2009, Ali Ziri, 69 ans, est décédé à l’hôpital Victor Dupouy après une interpellation par la police nationale à Argenteuil. A l’époque, le parquet de Pontoise n’a pas souhaité donner suite à cette affaire après une autopsie concluant à un mort due à une insuffisance cardiaque. Deux semaines plus tard, une marche pacifique réunit plus d’un millier de personnes à Argenteuil pour exiger la vérité. Un mois et demi plus tard, l’Institut médico-légal de Paris rend les conclusions d’une nouvelle autopsie. Elle contredit la première et relève l’existence de 27 hématomes, dont certains ont entre 12 et 17cm de longueur. « Ali Ziri est mort suite à un arrêt cardio-circulatoire d’origine hypoxique, généré par suffocation et appui postérieur dorsal », dit le rapport.

En octobre de la même, le parquet de Pontoise délivre un réquisitoire supplétif « contre X » pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Si, en septembre 2010, un nouveau juge d’instruction est désigné, l’enquête piétine jusqu’à ce nouveau rapport datant du 15 avril 2011.

Afin de maintenir la pression et à l’occasion du deuxième anniversaire de la mort d’Ali Ziri, le collectif Vérité et Justice appelle à un rassemblement le 11 juin devant le ministère de la Justice à Paris. D’autres collectifs de familles victimes de violences policières, regroupés autour de VV (Vies Volées), seront présents pour exiger vérité et justice. Un rassemblement a lieu le même jour à 12h sur le lieu de l’interpellation d’Ali Ziri. « Notre colère ne pourra s’apaiser que dans la justice », conclut le collectif.



Partager cet article

Repost0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 20:22

 Echos Régional 20/05/2011

boutins-or-echo-reg.jpg

Partager cet article

Repost0
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 23:31

Voir le diaporama de la cérémonie en cliquant sur le lien suivant: Boutins d'or du logement social Boutins d'or du logement social

 

Voir article du Parisien du 18/05/2011

boutins d or parisien

 

VO NEWS

 

Les Boutins d'or du logement social : Et les vainqueurs sont ... (vidéo)
(19/05/2011 09:00)




Ce mardi soir, à Bezons, le collectif départemental du logement emmené par les maires de Bezons et Argenteuil, Dominique Lesparre et Philippe Doucet, organisait la première cérémonie des Boutins d'or. L'objectif : "récompenser", avec humour, les villes qui se situent toujours sous le seuil des 20% de logements sociaux et donc qui ne respectent pas la loi SRU. Les principales distinctions de la soirée sont revenues à La Frette-sur-Seine, Frépillon ou encore Enghien-les-Bains. Le maire de la ville thermale a tenu à réagir à ce prix. Regardez le reportage.

Epingler les villes du Val d'Oise qui ne respectent pas le quota de 20% de HLM sur sa commune, le collectif départemental du logement l'avait déjà initié lors de rallyes qui étaient passés notamment par La Frette-sur-Seine, le Plessis-Bouchard, Frépillon ou encore Enghien-les-Bains, les plus mauvais élèves du département parmi les 25 villes de plus de 1500 habitants (sur 62) qui ne respectent pas la loi SRU. Pour la cérémonie des Boutins d'or, ces mêmes communes "concouraient" dans six catégories. Dans chacune d'entre elles, le lauréat est indiqué en gras :

-Le Boutin d’or « du maire le plus en retard sur l’application de la loi SRU ».
Les nommés sont La Frette-sur-Seine (DVD), Montlignon (UMP) et Nesles-la-Vallée (non inscrit).

-Le Boutin d’or « de l’accueil convivial, mais pas trop, voire pas du tout, avec huissier, police municipale, porte fermée à clef, etc. ».
Les nommés sont La Frette-sur-Seine (DVD) et Frépillon (DVD).

-Le Boutin d’or « du maire qui préfère payer des amendes plutôt que de construire des logements sociaux ».
Les nommés sont Enghien-les-Bains (UMP), Frépillon (DVD) et le Plessis-Bouchard (DVD).

-Le Boutin d’or « du maire qui aime la mixité sociale, mais pas dans sa ville ».
Les nommés sont Nesles-la-Vallée (non inscrit), Montlignon (UMP) et Parmain (UMP).

-Le Boutin d’or « du représentant de l’Etat qui applique avec zèle les directives gouvernementales ».
Les nommés sont le préfet du Vald’Oise, le préfet du 95 et le préfet du département dont la préfecture est à Cergy.

-Le Boutin d’or « du bailleur qui devrait être plus à l’écoute de tous ses locataires ».
Les nommés sont Logirep, Opievoy et Fiac-Batigère.

La seule ville étiquetée à gauche, Taverny, s'est elle vu remettre le prix spécial du jury pour ses efforts dans la construction de logements sociaux. La commune vient d'ailleurs tout juste de franchir le seuil des 20% de logements sociaux (20,3%). Invité à la tribune, son maire, Maurice Boscavert, a fait un discours au diapason de la cérémonie. Il a ainsi évoqué le cas de la base militaire installée sur sa commune. Regardez la vidéo.

Joint par téléphone, le maire DVD d'Enghien-les-Bains, Philippe Sueur, dit avoir découvert cette cérémonie dans la presse ce matin. Il juge cet événement "scandaleux" et dénonce de la part du collectif "une manipulation et un procès d'intention". A cette soirée, le maire d'Enghien-les-Bains, (8,87% de logements sociaux) s'est vu décerné le prix "du maire qui préfère payer des amendes plutôt que de construire des logements sociaux". "Faux", répond l'élu, "Enghien ce n'est pas Neuilly, moi j'ai la volonté de réaliser des logements sociaux. Si j'ai pu prendre du retard, c'est que je me suis retrouvé dans des contentieux". Chaque année, la ville thermale paye 180 000 euros d'amendes pour non-respect de la loi SRU, autant dire pas grand-chose au vu du budget de la ville qui atteint lui les 54 millions d'euros. Pour sa défense, Philippe Sueur invoque les difficultés de construire."Sur Enghien, il y a 44 hectares d'eau, il ne me reste donc que 115 hectares de disponible. Dessus, je n'ai aucune réserve foncière et un tiers de la ville n'est pas constructible pour du logement collectif. Je ne peux pas aller plus vite que les contraintes." Malgré ces contraintes, il demande du temps pour réaliser des logements sociaux. "Notre politique pour le logement, c'est plutôt de faire de la rénovation de qualité. Aujourd'hui sur la ville, 32 logements sociaux sont en chantier, 14 autres doivent prochainement démarrés et enfin 25 sont en projet."

Partager cet article

Repost0
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 11:56

Rallye pour dénoncer l'habitat indigne sur Argenteuil - Bezons

est reporté à la rentrée

 

Dénonçons ensemble les marchands de sommeils,

l'habitat insalubre,.....

Interpelons le Préfets pour qu'il mette un terme à ces situations

et pour un plan d'urgence logement sur le Val d'Oise

 

 

Voir le protocole de plainte pour habitat indigne: http://www.argenteuil.fr/469-protocole-de-plainte-pour-habitat-indigne-.htm

 

Partager cet article

Repost0
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 11:37

 

Le Collectif départemental du logement

Le Collectif Habitat Bezons

Vous invitent à la cérémonie de remise des

« Boutins d’Or

du logement social »

Mardi 17 mai 19H00 Espace Aragon Bezons

A cette occasion seront remis les

Prix récompensant les  » Élus, personnalités, bailleurs

qui ne respectent pas la Loi S.R.U

et un prix spécial pour une collectivité qui a œuvré à la construction de logements sociaux. voir plaquette des "Boutins d'or" livretboutinprint-22 livretboutinprint-22

Partager cet article

Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 21:55

Voir  diaporama en cliquant ci après: 3-ieme-rallye-Ville-hors-la-loi 3-ieme-rallye-Ville-hors-la-loi

 

parisien08052011.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

parisien villes hors la loi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Prochains rendez vous :

Le Collectif départemental du logement

Le Collectif Habitat Bezons

Vous invitent à la cérémonie de remise des

« Boutins d’Or du logement social »

Mardi 17 mai 19H00 Espace Aragon Bezons

A cette occasion seront remis les

Prix récompensant les  » Élus, personnalités, bailleurs

qui ne respectent pas la Loi S.R.U

et un prix spécial pour une collectivité qui a œuvré à la construction de logements sociaux.

 

 

Partager cet article

Repost0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 12:52

collectif logement 95Troisième rallye de la solidarité urbaine

Samedi 7 mai

Départ de Bezons: 9h15

Avec les beaux jours, la tentation est forte d'oublier ceux qui subissent de plein fouet la crise du logement. Pourtant la situation dans le Val-d'Oise demeure dramatique :

- 7 000 logements manquants

 

- 30 000 demandeurs en attente

 

- 25 communes du Val d’Oise ne respectent pas la loi SRU (20% de logements sociaux)

 

Parmain est loin de respecter la loi:

Sur les 2025 logements que compte la commune, seuls 142 sont des logements sociaux.

Il en manque 263 pour respecter la loi SRU!

Nous y serons à 10h15

 

Nesles-la-Vallée est dans une situation similaire:

Sur les 742 logements de la commune, seuls 142 sont des logements sociaux.

Il en manque 132 pour atteindre les 20%!

Nous serons à Nesles-la-Vallée à 11h00

 

Exigeons que ces élus « hors-la-loi » engagent rapidement une vraie politique de mixité sociale!

 

Exigeons la mise en place d'un plan d'urgence dans le département :

- Un plan de construction de 7000 logements par an

- L'application stricte de la loi SRU et de l'obligation de construction de 20% de logements sociaux

- La construction de logements étudiants en nombre suffisant pour accompagner le développement de l’enseignement supérieur

 

- Un plan d'action précis et ciblé de suppression de l'habitat insalubre

 

- Une plus juste répartition des éligibles « DALO » sur le département afin de limiter la disparité entre les villes du Val-d'Oise et de respecter la mixité sociale.

 

 

LE LOGEMENT DOIT ETRE ACCESSIBLE A TOUS ET PARTOUT!

 

Les membres du collectif :

CNL 95, Ville de Bezons, ville d’Argenteuil, ville de Montigny, Agglomération Argenteuil-Bezons, ADECR, AFOC Argenteuil-Bezons, Parti de Gauche 95, PCF 95, PS 95, CGT AB-Habitat, Unions locales CGT Argenteuil et Bezons, Collectif habitat de Bezons, LAB', CAP 21, ATSF, MODEM, PCF Bezons, MJS Val-d'Oise, UNEF Cergy, JC Val-d'Oise, Gauche Unitaire, PS Bezons, U.D C.G.T.95, AC ! Sarcelles, NPA 95, Europe Écologie Les Verts du Val d'Oise, RESOCI, FASE

 

 

collectiflogement95@gmail.com

Facebook: Collectif valdoisien du logement

Blog: httpp://rallyes95.wordpress.com

Partager cet article

Repost0
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 09:35

 1 mai 2011

Partager cet article

Repost0
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 18:39

 

Pétition CNL - Stop à la flambée des prix de l'énergie

Durant des décennies, la France a fait le choix politique de développer un service public de l’énergie en offrant aux usagers de l’électricité et du gaz un prix uniforme et accessible sur tout le territoire, et qui garantissait l’indépendance énergétique du pays.

 


En 2000, le choix de privatiser les opérateurs historiques EDF et GDF ainsi que les différentes étapes de l’ouverture du marché de l’énergie ont conduit à des augmentations très importantes des prix pour les consommateurs et à la recherche systématique des profits pour les actionnaires.

La situation ne va faire qu’empirer avec la dernière loi de nouvelle organisation du marché de l’électricité et la mise en place de nouveaux compteurs. L’objectif est très clair : la disparition des tarifs réglementés de l’électricité, entre autres, et une ouverture totale à la concurrence et à la spéculation. Avec cette loi, il n’existe plus de garde-fou sur l’évolution des tarifs.

Pour la CNL, il est scandaleux que l’Etat ait renoncé à un service public de l’énergie, garant de l’accès de tous à ce bien de première nécessité, d’autant plus que 3,5 millions de ménages ne peuvent plus se chauffer correctement. Ces familles sont prises dans une spirale infernale : factures impayées, restriction ou privation de chauffage, tout conduit à la dégradation accélérée du bien-être dans le logement. Les conséquences sanitaires et sociales sont tout autant dramatiques. Qu’en sera-t-il demain ? Ce ne sont pas les Tarifs de solidarité énergie actuels qui peuvent aider les familles en difficulté.

Se mobiliser pour un service public de l’énergie

Notre facture flambe !

Nous ne pouvons plus accepter ces hausses destinées à renflouer les poches des actionnaires des grands groupes ! L’énergie domestique n’est pas une marchandise, c’est un bien de première nécessité. Réaffirmons notre attachement à un service public de l’énergie de proximité, protégé du marché et de la spéculation.

Pour lutter avec la CNL, j’exige :

  • L’arrêt des hausses spéculatives de l’énergie domestique, hausses alimentant essentiellement les profits privés.
  • Le maintien du tarif régulé pour la vente de l’énergie domestique aux usagers.
  • La réforme de la fiscalité touchant les produits énergétiques : faire passer la TVA à 5,5% au lieu de 19,6%.
  • La réforme de la fiscalité locale (multiples taxes locales assujetties à l’énergie domestique).
  • Une réévaluation des plafonds d’accès aux tarifs sociaux énergie.
  • L’abrogation de la loi NOME.
  • Le maintien d’un service public de l’énergie.

Partager cet article

Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 18:00

greveechoregional31032011-copie-1.jpg

Partager cet article

Repost0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 22:44

Non-expulsion-manfi-12032011 11

 

Voir diaporama: Non expulsions manif 12032011 Non expulsions manif 12032011

Partager cet article

Repost0
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 14:09

12-mars-expul.jpg

Cette année encore, le 15 mars sonne la fin de la trêve hivernale, la reprise des expulsions sans relogement, l’angoisse pour des dizaines de milliers de familles et de personnes d’être jetées dans la rue par la force et de sombrer dans l’exclusion… Chaque année, le gouvernement accélère un peu plus les procédures pour soutenir les bailleurs, chaque année, les expulsions sont toujours plus nombreuses : elles sont en hausse de 50% depuis 2002…

 

Les locataires et les accédant-e-s modestes sont accablé-e-s par la flambée des loyers, des charges, de l’énergie, de l’immobilier et du foncier, qui n’ont jamais été aussi chers dans notre pays. C’est un véritable racket : de plus en plus de jeunes, de salarié-e-s, de précaires, de mères isolées… doivent y consacrer plus de la moitié de leur salaire. Or la hausse des prix de l’énergie, de la santé ou des produits frais, conjugués à la montée du chômage, à la précarisation de l’emploi, à la faiblesse des revenus (allocations, salaires, retraites…) et au renforcement des inégalités, frappent déjà durement les couches populaires.

 

Du fait du désengagement financier de l’Etat, la production de logements sociaux reste à un niveau très faible, sans compter les démolitions et ventes imposées par le gouvernement. Par contre, il dépense 10 fois plus pour aider les riches contribuables à acquérir des logements et à les louer au prix fort. La marchandisation des logements sociaux est en cours. Les statuts locatifs sont attaqués et rognés sans cesse, avec la multiplication des statuts précaires. Celui des locataires HLM est désormais menacé.

 

Le gouvernement soutient la rente locative, les profits tirés de la spéculation immobilière et foncière au détriment du droit au logement. La loi Boutin a divisé par trois les délais d’expulsion. Les bailleurs, relayés par le rapport Attali, réclament un « assouplissement » des expulsions, c’est-à-dire une « accélération ».

 

La loi Hortefeux, (LOPPSI2) permet au Préfet d’expulser en 48h les occupant-e-s d’habitat « hors norme » (yourtes, cabanes, tentes, bidonvilles, caravanes, maisons sans permis, mobil home…), sans l’avis du juge, et de détruire leurs habitations. Environ 200 000 personnes sont concernées. Même les ménages reconnus prioritaires par loi DALO (Droit Au Logement Opposable) sont mis à la rue, alors que les Préfets doivent les loger.

 

L’INSEE le confirme, la crise du logement s’aggrave, faute de volonté réelle de faire une politique du logement pour tous. Un nombre croissant de locataires, d’occupant-e-s à statut précaires et d’accédant-e-s surendetté-e-s sont menacé-e-s, d’expulsion sans relogement, à partir du 15 mars, et le plus souvent sans hébergement, car les structures d’accueil sont saturées…

 

Dans ce contexte, nous exigeons :
-  Un moratoire sur les expulsions locatives ;
-  La baisse et la régulation des loyers dans le parc privé, des charges et de l’énergie ;
-  Le gel des loyers HLM et un soutien financier de l’Etat aux bailleurs sociaux ;
-  La revalorisation des aides au logement (APL, AL) ;
-  La taxation de la spéculation immobilière et foncière, pour rendre le logement accessible
-  Des financements pour produire massivement des logements sociaux (PLUS, PLAI) et la mise aux normes de qualité environnementales et énergétiques, le maintien de la ressource du livret A et la suppression de toutes les mesures de défiscalisation dans l’immobilier
-  L’obligation d’accueil digne et adapté de toute personne sans logis jusqu’à son relogement
-  Le respect de la loi DALO et l’application immédiate de la loi de réquisition
-  L’abrogation de toutes les mesures de marchandisation du logement social (CUS, ventes, démolition, privatisation des bailleurs sociaux…) et de toutes celles qui précarisent les habitant-e-s (loi Boutin, loi LOPPSI2, loi de finances 2011 …)

 

Signataires : CNL, CSF, DAL, AC !, ACDL, ADVOCACY, AITEC, APEIS, Attac France, Bagagérue, CAL, CdSl, CGT, COPAF, FSU, HALEM, Jeudi Noir, JOC, LDH, Les Enfants de Don Quichotte, MNCP, SNES, SNUP CDC, Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature, Union Syndicale Solidaires …

 

Avec le soutien de : AL, ANECR, Les Alternatifs, EELV, NPA, PCF, PG, PS, USD…

Partager cet article

Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 00:47

rass-logt-parisien.jpg

Rass-logt-2-mars-Echo.jpg

Partager cet article

Repost0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 23:04

2-Mars-2011-Plan-urgence-logt 0730Malgré le froid et le vent, le rassemblement pour un plan d'Urgence Logement dans le Val d'Oise organisé par le Collectif Logement du 95 a été un succès.

 

De nombreuses villes du département présentes, élus, associations, syndicats, organisations..... ainsi que des demandeurs de logement.

 

Après un démarrage en fanfarre, de nombreux témoignage sur les situations du mal logement dans notre département, des interventions de la diversité des organisateurs de cette initiative (élus, associations, syndicats). Voir le diaporama en cliquant ci après: 2 Mars 2011 Plan-urgence logement Val d'Oise 2 Mars 2011 Plan-urgence logement Val d'Oise

 

Voir reportage sur VO News: link

 

Pique nique et après a eu lieu le procès de la Loi Boutin. Au travers du théâtre forum il a été dénonce le désengagement de l'état, les villes hors la loi qui refuse de construire au moins 20% de logement sociaux.... Ce procès a été illustré de nombreuses tranches de vie de ceux qui sont touchés par le mal logement.

 

Une délégation a été reçue en Préfecture pour exiger que le Préfet mette en place un plan d'urgence et agisse pour obtenir les financements.

 

Voir ci après l'intervention de la CGT lors de ce rassemblement.

 


 

Intervention CGT sur le LOGEMENT dans le Val d’Oise

Rassemblement 2 Mars 2011 à la Préfecture

  

La situation du logement est catastrophique pour tous :

les personnes sans domicile fixe, mal logées, en situation de sur occupation, l’habitat insalubre mais aussi l’accès au logement des jeunes, des étudiants…. Jusqu’aux classes moyennes qui (avec la loi Boutin) sont exclus du parc social  sans pouvoir accéder à la propriété où se loger dans le parc privé.

 

Se sont dans le Val d’Oise :

 

-         + de 30 000 demandeurs recensés selon la préfecture (chiffre bien en deçà de la réalité)

-         11 000 familles qui remplissent les conditions de publics prioritaires dans le cadre de la loi du Droit Au logement Opposable.

-         3 000  personnes sans domicile fixe

-         20 000 logements considérés comme potentiellement indignes

 

Derrière ces chiffres, il y a de nombreuses vies brisées : des hommes, des femmes, des enfants qui vivent dans des conditions indignes.

Comment trouver un emploi, étudier, vivre tout simplement sans avoir de logement ?

 

Les temps de transport domicile travail / université (écoles…) sont de plus en plus longs et onéreux…

 

Face à cette situation :

 

-         25 Villes sont « hors la loi » SRU imposant d’avoir au minimum 20% de logements sociaux.

-         60% du parc locatif social se concentrent sur 13 des 185 communes du Val d’Oise

-         Sans parler du nom respect de la loi Besson concernant l’obligation de construire des aires pour les gens du voyage.

 

Alors qu’il faudrait construire 7 000 logements par an, le Val d’Oise n’en produit que 4 000 dont seulement 30% de logements sociaux.

 

Dans ces conditions, la loi DALO ne fait que réorganiser la file d’attente des demandeurs.

 

Et pour ceux qui ont un logement, ils doivent faire face à :

 

-         la flambée des loyers

-         la baisse des aides au logement

-         le surendettement pour les propriétaires

  

Cette situation est bien le fruit du désengagement de l’Etat en matière de politique du logement.

Le budget ne cesse de diminuer, à tel point qu’il passera dans les 3 prochaines années de 630 millions à 60 millions en 2013.

 

Dans le même temps :

 

-         le Livret A (épargne populaire dédié au financement du logement social) est donné aux banques et détourné de fait de sa vocation 1ère.

-         Les cotisations des salariés, dans le cadre du 1% logement, sont détournées pour compenser le désengagement de l’Etat et ce, au détriment de la construction de logement.

-         L’Etat fait 360 millions de cadeaux fiscaux aux riches investisseurs

-         Le logement privé est 2 fois plus aidé que le logement social.

 

 Face à cette situation, la CGT appelle 

 

A un large rassemblement pour mettre en œuvre un plan d’urgence logement sur le 95 et ailleurs, cela passe entre autre par:

-         le financement et la construction dans notre département de 7 000 logements par an qui soient accessibles à tous

-         l’application de la loi SRU imposant 20% de logements sociaux sur chaque ville

-         le blocage des loyers

-         l'arrêt de la spoliation par l'Etat des cotisations du 1% logement et un meilleur contrôle par les salariés et leurs représentants syndicaux de l'utilisation des fonds collectés dans les entreprises

-         aucune expulsion sans relogement

 

Le logement n'est pas une simple marchandise, comme l'éducation, la santé.... cela nécessite la création d’un véritable Service Public de l’Habitat pour assurer le droit au logement pour tous et où les locataires sont considérés comme de véritables acteurs dans les choix et décisions.

 

La CGT appelle également, avec de nombreuses organisations, à participer massivement à la manifestation du Samedi 12 mars 2011 contre les expulsions locatives, le logement cher et pour la production massive de logements sociaux.

 

RDV à 14H00 place de la République direction Pont Neuf.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 20:50

2-mars-logement-1.jpg

2-mars-logement-2-copie-1.jpg 

Partager cet article

Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 13:44

Parisien 20 février 2011

 

col-logt-cergy.jpg

Partager cet article

Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 21:24

 CNL.jpgAPPEL DE LA CNL 95

 

 

  

 

 

 

 

 

 

La CNL 95 appelle, les mal-logés, les demandeurs de logement,les locataires, les défenseurs du droit au logement, les militants, à participer au rassemblement organisé par le collectif logement valdoisien,

 

Mercredi 2 mars 11H00 - 15H00

devant la préfecture à Cergy-Pontoise

 

Ensemble, exigeons un plan d’urgence logement dans le Val d’Oise

 

·         Construction de logements à loyer abordable

·         Application de la loi SRU pour les 25 communes « Hors la loi »

·         Abrogation de la loi BOUTIN

·         Création d’un véritable service public de l’habitat

 

Le logement doit être une priorité

 

Nous connaissons, tous, un parent, un ami un voisin qui se désespère de trouver un toit pour loger dignement sa famille. Plus de 30 000 familles sont dans cette situation.

  

Les parlementaires ont voté la loi sur le Droit Au Logement Opposable mais Il n’est pas possible de loger tous les demandeurs sur quelques villes, seulement.

 

 Pour pallier au manque de logements,le Préfet doit imposer le respect de la loi SRU.

 

Ensemble,

 Défendons le droit au logement pour tous

 

Partager cet article

Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 00:00

2 mars logt

Partager cet article

Repost0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 14:10

100Le 5 février 2011, à l'initiative du Collectif Logement du Val d'Oise a une lieu la première rencontre Val d'Oisienne du logement. Voir le diaporama en cliquant ci-après: 1ère rencontreVal d'Oisienne du Logement .

 

Des représentants d'associations, des citoyen du Val d'Oise ont pu échanger, débattre de la situation du logement du sur notre département.

 

Après une présentation de cette initiative par Dominique Lesparre rappelant la situation du logement dans notre pays, notre département, les diverses initiatives (assis du logement, rallyes des villes hors la loi, ....), la création du Collectif département du logement,..... plusieurs interventions permettant de mieux appréhender la diversité des situations, les causes, les solutions pour mettre un terme à ce scandale du mal logement.

 

La C.G.T. a présenté un état des lieux du mal logement a été débattu (demandeurs de logement, l'application des lois SRU - Besson - DALO, logements insalubres, non respect de la loi SRU, les causes de cette situation, les pistes d'actions, .... voir la présentation du mal logement dans le Val d'Oise en cliquant ci après: Le mal logement dans le VO

 

ATD Quart Monde à développer tout ce que ce mal logement représente dans la vie quotidienne de la population, vivre dans l'insécurité la plus totale, l'impossibilité de construire sa vie, faire des projets,... voir en image: logement3

 

Jeudi Noir, le collectif des galériens du logement, est intervenu sur la nécessité des réquisitions.

 

L'UNEF a témoigné des difficultés de l'accès au logement des jeunes et des conséquences

 

La CNL (Confédération Nationale du Logement) a décris la situation des locataires et des demandeurs de logement

 

Un riche débat a suivi avec l'ensemble des participant illustrant ces réalités du mal logement, des responsables de cette situation... et au delà de ce constat la nécessiter d'agir dans le cadre d'un large rassemblement.

 

Plusieurs initiatives ont été envisagées.   1172

 

Prochaine action Mercredi 2 Mars 11H- 15H Rassemblement devant la Préfecture pour obtenir un plan d'urgence pour le logement.

 

Ce rassemblement se veut dynamique pour se faire entendre :

- fanfare,

-  théâtre forum où les demandeurs de logements, les mal logés,... témoigneront des difficultés pour trouver un logement et des conséquences dans leur vie quotidienne...

- pique nique

 

- interventions des organisations, des élus attachés au droit au logement pour tous et partout.  

 

  Tous concernés : demandeurs de logements - mal logés- locataires  - propriétaires - élus - associations, organisations, bailleurs ....

Tous ensembles pour obtenir les moyens de mettre un terme à ce scandale du mal logement.

 

Site du Collectif logement 95: http://rallyes95.wordpress.com/

Contact: collectiflogement95@gmail.com

 

  

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 12:00
A l'attention de Monsieur Maurice LEFEVRE, Maire de Garges les Gonesse
 
Depuis le mois d’octobre 2010, la Municipalité de Garges les Gonesse a décidé d’instaurer un contrôle des horaires de travail à l’aide de badgeuses biométriques basées sur la reconnaissance du contour de deux doigts de la main.

Une grande partie du personnel n’admet pas d’être considérée comme des tricheurs potentiels et conteste de voir une particularité de leur physique être utilisée pour un simple contrôle des horaires alors que des badgeuses classiques amèneraient au même résultat.

L’utilisation de la biométrie dans différents domaines devient un phénomène de société.

A l’exception des nécessités liées à la sécurité, elle ne doit pas être banalisée.

Face au refus de certains agents d’enregistrer les contours de leurs doigts, la Municipalité leur applique des sanctions et les menace de trois jours de mise à pieds.

Exigeons la levée des sanctions contre ces agents.

Refusons de voir les contrôles biométriques devenir une banalité.
Signez la pétition en cliquant sur le lien suivant : link

Partager cet article

Repost0