Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Rechercher

 

 

28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 23:53

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 23:30

Mairie d'Argenteuil : Unis pour la défense des conditions de travail et du Service Public

Mairie d'Argenteuil : Unis pour la défense des conditions de travail et du Service Public

Partager cet article

Repost0
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 01:10

 

 

Seine-Défense veut s'étendre à l'est

20 Déc. 2014, 07h00 | MAJ : 20 Déc. 2014, 05h29

En actant jeudi soir la volonté des villes de Colombes, Asnières, Levallois et Argenteuil (Val-d'Oise) de les rejoindre, les élus de la communauté d'agglomération Seine-Défense (Puteaux - Courbevoie) tentent de faire valoir leurs préférences. A savoir un territoire allant de Courbevoie à Villeneuve-la-Garenne, créant un lien entre La Défense et le port de Gennevilliers.

« Il faut réfléchir en termes de bassin de vie et d'équilibre des territoires », estime Eric Cesari, président de Seine-Défense. Reste que les discussions engagées avec les communes font office de vœu pieu. « L'Etat n'acceptera aucune nouvelle adhésion à Seine-Défense, puisque dans moins de six mois les nouveaux territoires seront décidés par le préfet de région », ajoute Eric Cesari. Prochaine étape le 16 janvier, avec une réunion au cours de laquelle le préfet des Hauts-de-Seine présentera les différents scénarios possibles pour la boucle nord.


Partager cet article

Repost0
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 21:12

Argenteuil : le Conseil d’Etat refuse que la ville quitte l’agglomération

Maïram Guissé | 16 Déc. 2014, 20h24 | MAJ : 16 Déc. 2014, 20h24

Le divorce était presque consommé entre Argenteuil et l’agglomération. Mais le Conseil d’Etat en a décidé autrement. Argenteuil ne quittera pas l’agglomération Argenteuil - Bezons au 1er janvier 2015. Le maire (UMP) Georges Mothron l’a annoncé ce mardi soir lors du dernier conseil municipal de l’année.

«J’ai le sentiment profond que l’Etat socialiste a déclaré la guerre à la commune d’Argenteuil qui n’avait vraiment pas besoin de cela», regrette l’élu. L’ordonnance a été lue par le maire. «La requête de la commune d’Argenteuil est rejetée.»

Dans les rangs de la majorité, le silence est lourd. Il faut dire que depuis son retour à la tête de la ville, Georges Mothron s’est fortement mobilisé pour obtenir ce divorce. La présidence de l’agglomération par Philippe Doucet (PS), l’ancien maire d’Argenteuil, n’a jamais été digérée. «Voilà donc l’Etat qui nous gouverne, reprend le maire. Nous avons bien compris que nous étions seuls. C’est une mauvaise nouvelle, mais nous nous battrons pour préserver l’avenir de cette ville et ses habitants.»

La dissolution de l’agglomération devrait donc avoir lieu au 1er janvier 2016, lorsque la commune d’Argenteuil rejoindra Paris Métropole. «C’était prévisible depuis le début», réagit Frédéric Lefebvre-Naré, conseiller municipal d’opposition.


Conseil d’Etat : la scission d’Argenteuil-Bezons, c’est non !

Rédigé le 17/12/2014 - 

Argenteuil ne quittera pas l’agglomération Argenteuil-Bezons au 1er janvier 2015. Le Conseil d’Etat a rejeté la requête de la municipalité menée par Georges Mothron. L’élu l’a annoncé lors du conseil municipal ce mardi soir. « J’ai le sentiment que l’Etat socialiste a déclaré la guerre à Argenteuil » a-t-il déclaré.

 Coup de théâtre dans le divorce entre Argenteuil et l’agglomération Argenteuil-Bezons. Alors que la plus grande municipalité du département se bat pour quitter l’intercommunalité valdoisienne et rejoindre Seine-Défense, le Conseil d’Etat a rejeté sa requête. Une nouvelle annoncée par le maire UMP d’Argenteuil, Georges Mothron, lors du conseil municipal ce jeudi. "La ville d’Argenteuil est passée en référé au Conseil d’Etat la semaine dernière dans le cadre d’une procédure d’urgence, a expliqué le maire lors du conseil municipal. Cette procédure visait à la dissolution de l’agglomération actuelle contestée par le Préfet du Val d’Oise. Le Préfet du Val d’Oise nous opposait l’argument consistant à dire que nous ne disposions pas de la continuité territoriale vers l’agglomération Seine-Défense que nous souhaitons rejoindre. »

Un argument qui a convaincu le Conseil d’Etat de rejeter la demande d’Argenteuil. « Pour être très clair, j’ai le sentiment profond que l’Etat Socialiste a déclaré la guerre à la commune d’Argenteuil qui n’avait vraiment pas besoin de cela, a estimé Georges Mothron. Nous avons bien compris que nous étions seuls et que l’Etat socialiste, dont je parlais en introduction, jouait clairement contre nous et les intérêts des Argenteuillais. »

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 00:17

Argenteuil de plus en plus proche de l'agglomération Seine-Défense

Rédigé le 12/12/2014 - 0 Commentaires

Le Conseil municipal d’Asnières-sur-Seine a entériné jeudi soir sa volonté de rallier la communauté d'agglomération Seine-Défense. Une nouvelle saluée par la majorité UMP Argenteuil, qui y voit une nouvelle étape vers sa propre adhésion à cette intercommunalité.

Un nouveau pas vers le mariage entre Argenteuil et l'agglomération Seine-Défense ? Depuis plusieurs mois, les élus de la nouvelle majorité municipale d'Argenteuil se battent pour la dissolution de la Communauté d'Agglomération Argenteuil-Bezons. A la place, ils ont fait part de leur intention de rejoindre l'agglomération Seine-Défense, composée à ce jour de Courbevoie et de Puteaux. La ville a même voté son adhésion à l'intercommunalité en octobre dernier. Seulement, un frein empêchait la plus grande ville du Val d'Oise de se rapprocher des Hauts-de-Seine. Pour adhérer à la nouvelle intercommunalité, elle devait disposer d’une continuité territoriale c’est-à-dire d'une frontière commune avec une autre ville membre. 

C'est désormais chose faite puisqu'après Colombes, ville jouxtant Argenteuil, qui a adopté une délibération en faveur d'un rapprochement avec Seine-Défense, ce sont les élus d'Asnières-sur-Seine qui viennent de prendre la même décision. « La ville d’Argenteuil dispose ainsi désormais d’une large continuité territoriale jusqu’à cette agglomération, composée uniquement de Courbevoie et de Puteaux lors de sa création », se félicite Georges Mothron, maire d'Argenteuil. « C'est le chainon manquant pour assurer la continuité jusqu’à Argenteuil qui apparait », exulte pour sa part Philippe Métézeau, adjoint au maire d'Argenteuil.

Avec ce vote débute désormais une nouvelle étape. Le conseil communautaire de l'agglomération Seine-Défense se prononcera en effet sur l'intégralité des demandes d'adhésion, dont celles d'Argenteuil, Asnières-sur-Seine et Colombes, lors d'une séance organisée le jeudi 18 décembre. 

Les préfets du 92 et du 95 devront trancher

Désormais la municipalité d'Argenteuil, qui ne doute pas de l'aboutissement de sa demande, se tourne vers les préfets du Val d'Oise et des Hauts-de-Seine à réagir. « Il revient désormais au préfet du Val-d’Oise, et à son homologue des Hauts-de-Seine, de prendre acte des décisions de toutes ces communes », déclare Georges Mothron, qui estime qu'une opposition de leur part « ne serait ni plus ni moins qu’une entrave à la libre administration et à la détermination de l’ensemble de ces collectivités franciliennes »«Malgré les manoeuvres politiciennes organisées par un président d'agglomération Argenteuil-Bezons combinard, on voit mal comment le projet d'Argenteuil ne verrait pas le jour a terme », glisse de son côté Philippe Métézeau.

Pourtant, Philippe Doucet, président PS de l'agglomération d'Argenteuil-Bezons, n’est pas inquiet et reste persuadé que ce rapprochement n’est pas viable. « Cela ne change rien à l’affaire. Les préfets du Val d’Oise et des Hauts-de-Seine ne vont pas acter ces adhésions alors que les intercommunalité de la petite couronne seront dissoutes à la naissance de la Métropole du Grand Paris, argue-t-il. C’est la loi ! »Reste à savoir si l'ancien maire d'Argenteuil sera entendu.

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 21:07

Seine-Défense, l'agglomération qui monte, qui monte

Anne-Sophie Damecour | 09 Déc. 2014, 07h00 | MAJ : 09 Déc. 2014, 05h39
 
0
 RÉAGIRTrois villes veulent s'y rallierTrois villes veulent s'y rallier
 

La communauté d'agglomération Seine-Défense, composée des villes de Puteaux et Courbevoie, est plus que jamais convoitée. Après Colombes le 13 novembre, c'est au tour d'Asnières de voter jeudi soir en conseil municipal une délibération pour la rejoindre.

Un vote stratégique, puisque les communes des Hauts-de-Seine doivent faire partie d'une communauté d'agglomération avant le 1er janvier 2016, date de la création de la Métropole du Grand Paris.

Ces territoires qui devront compter au minimum 300 000 habitants. « Nous souhaitons prendre les devants et affirmer ainsi notre objectif : nous rapprocher du pôle de La Défense », explique Manuel Aeschlimann, maireUMP d'Asnières.

Le conseil communautaire de Seine-Défense devra ensuite se prononcer sur l'adhésion de ces deux villes. Mais leurs candidatures feront certainement moins de vagues que la demande d'Argenteuil (Val-d'Oise), commune nouvellement UMP et fortement endettée, qui veut également se rapprocher du quartier d'affaires.

Mais en termes d'interco, c'est l'État qui tranchera. Et l'impératif de « continuité territoriale » - avoir des frontières en commun- entraîne aujourd'hui de véritables tractations.

Un territoire d'un million d'habitants


Pour l'heure, ni Colombes ni Argenteuil n'ont de frontière avec Seine-Défense. Elles en auront si La Garenne-Colombes et Bois-Colombes rejoignent l'interco. « Ça tourne à l'absurde, estime Yves Révillon, maire UMP de Bois-Colombes, qui n'entend pas se faire dicter quoi que ce soit. Il faut réfléchir intelligemment aux futurs territoires », ajoute l'élu, qui plaide pour une vaste communauté regroupant 11 villes de la boucle nord allant de Puteaux à Villeneuve-la-Garenne. Un territoire qui atteindrait près d'un million d'habitants avec Argenteuil.

« Toutes ces délibérations manifestent des intérêts politiques légitimes, répond Yann Jounot, préfet des Hauts-de-Seine. Mais nous poursuivons nos discussions avec les élus de la boucle nord pour définir la meilleure option. » Une réunion est prévue le 17 décembre. L'occasion pour le préfet de présenter aux maires différentes hypothèses.

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2014 6 15 /11 /novembre /2014 08:47

OPIHLM-en-danger.jpg

Cinq villes de la petite couronne rejoignent le Grand Paris

Le Monde.fr avec AFP | 14.11.2014 à 19h27 • Mis à jour le 14.11.2014 à 21h19



 

Carte du futur Grand Paris Express et les étapes de mise en service des tronçons.

Cinq des quarante-six communes qui pouvaient demander à rejoindre la future métropole du Grand Paris ont fait ce choix, a annoncé, vendredi 14 novembre, le préfet de la région d'Ile-de-France et préfet de Paris, Jean Daubigny.

Argenteuil (Val-d'Oise, UMP), troisième ville d'Ile-de-France par la taille, amènerases quelque 104 000 habitants. En Seine-et-Marne, c'est la commune la plus peuplée du département, Chelles (UMP), qui se rallie avec ses 52 000 habitants. Dans l'Essonne, il s'agit de trois villes situées autour de l'aéroport d'Orly : Athis-Mons (UMP), 30 000 habitants ; Vigneux-sur-Seine (UMP), 28 000 habitants, etParay-Vieille-Poste (divers droite), 7 000 habitants.

Ces communes sont toutes dirigées par la droite, ce qui devrait renforcer cettefamille politique dans le futur organe de gouvernance.Les communes devront toutefois obtenir le feu vert des intercommunalités (EPCI) auxquelles elles appartiennent : il faut pour cela que les deux tiers des communes de leur EPCI représentant au moins la moitié de la population ou la moitié des communes ne s'y soient pas opposées avant le 31 décembre.

Voir notre dossier (édition abonnés) : Quand Paris rêve Grand

 

DÉLAI ÉCHU

Le délai est donc échu pour les communes qui auraient tardé à faire leur choix. Toutefois, une session de rattrapage pourrait être possible si la réécriture de la loi sur les métropoles retient une proposition des élus.

Réunis vendredi, les élus de la mission de préfiguration de la métropole du Grand Paris ont adopté un document qui traduit les modifications qu'ils souhaitent voiradoptées par les parlementaires, par un amendement gouvernemental à la loi nouvelle organisation territoriale, qui doit être examinée au Sénat en décembre, et à l'Assemblée en janvier ou en février.


 TRANSFERT DE COMPÉTENCES

Ce « document de travail » prévoit de donner une possibilité d'adhésion « aux communes membres d'un contrat de développement territorial comprenant une zone aéroportuaire », donc Orly ou Roissy en l'occurrence.

Pierre angulaire de la révision voulue par ces élus, les « territoires » (collectivités intermédiaires entre les communes et la métropole) seront des établissements de coopération intercommunale « à fiscalité propre et à statut particulier ». Les élus souhaitent également que la fiscalité économique soit « répartie entre la métropole et les territoires ».

Sur le logement, le texte ne prévoit plus de plan local d'urbanisme (PLU) métropolitain, mais seulement un schéma de cohérence territorial, le PLU revenant« aux territoires ou aux communes ». De même pour « l'administration des offices publics de l'habitat et la prévention de la délinquance ».

Enfin, les élus souhaitent une plus grande « progressivité » du transfert des compétences des territoires vers la métropole, qui doit voir le jour le 1er janvier 2016. Ils souhaitent aussi rendre possibles des transferts de compétences de l'Etat vers la métropole concernant des « grands équipements et infrastructures, opérations d'intérêt national », qui deviendraient alors des opérations d'intérêt métropolitain.

Voir aussi notre visuel interactif : Les principaux chantiers du Grand Paris

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 09:42

« Les volets restent fermés afin de garder la chaleur »

Claude, 54ans, locataire d'un pavillon à Argenteuil

M.G. | 3 nov. 2014, 07h00
 
Argenteuil, le 21octobre. Claude aimerait déménager dans une HLM. (LP/M.G.)

Quartier de la porte-Saint-Germain, à Argenteuil. Ici, 18 % des habitations sont qualifiées d'indignes. Il est bien loin le temps où ce secteur était le coeur industriel de la ville. Désormais, les petites enseignes ont remplacé les grandes et les casses auto pullulent, comme dans cet ancien des années 1920. Aujourd'hui, 80 % des logements datent d'avant 1974, dont 56 % sont même antérieurs à 1948 et 35 % sont  sans confort ou partiellement. Des éléments donnés en début d'année lors de la visite de François Lamy, alors ministre de la Ville.

Ce 21 octobre au matin, il fait jour, mais les volets d'une maison restent fermés. « C'est afin de garder la chaleur à l'intérieur. C'est mal isolé », explique Claude, un habitant du Val-Notre-Dame. Il loge dans un pavillon de 40 m² depuis sept ans. Devant les grilles rouillées par le temps, et les herbes hautes de son jardin non entretenu, l'agent de sécurité regrette le « manque de confort » de son habitation. « Je n'irai pas jusqu'à dire que c'est un habitat indigne, mais les conditions de vie ne sont pas au mieux, insiste-t-il. Il y a beaucoup d'humidité, les prises ne sont pas aux normes, la chaudière au fioul est faite pour une maison de 250m² du coup, ça consomme énormément », énumère-t-il, désolé, sans perdre le sourire. Une des fenêtres donnant sur sa chambre est même condamnée.

Son propriétaire, Claude, ne le voit pas. « Il n'entretient pas la maison, réagit-il. Je paie 710 € par mois, je trouve que c'est cher vu ce que c'est. » Aujourd'hui, il espère déménager dans une HLM. Comme Charlie*, d'ailleurs. « J'ai demandé plusieurs fois à ce que mon appartement soit refait, mais rien, le propriétaire ne bouge pas, peste cette habitante qui souhaite rester anonyme. Or il y a beaucoup d'humidité. Tous les deux ans, je dois changer le papier peint qui ne cesse de noircir. » Charlie vit dans un  de 50 m² avec ses deux enfants. Il n'y a pas de double vitrage. « Personne ne fait rien pour nous aider alors que nous ne vivons pas dans des conditions indignes », tempête la quadragénaire.

Pour elle, le quartier de la Porte-Saint-Germain est « l'oublié » d'Argenteuil. « Un moment, il y avait beaucoup de squats. On a appelé la police plusieurs fois, ça a fait bouger les choses », explique la quadragénaire. « Ça fait quatorze ans que le quartier doit être refait, mais on est délaissé », réagit un commerçant installé dans le secteur depuis des années. Il croit pourtant au potentiel de cette zone : « Ici, on est bien, Il y a un bon cadre de vie à la base. »

*Le prénom a été modifié.

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 09:39

2 400 logements indignes à Argenteuil et Bezons

Le recensement de l'habitat en très mauvais état pointe un souci majeur de l'agglomération qui a engagé un plan de réhabilitation long et coûteux. Des opérations sont déjà en cours.

Maïram Guissé | 3 nov. 2014, 07h00
 
Argenteuil, le 21octobre. Rue de l’Abattoir, des bâtiments ont été murés.(LP/M.G.)

Éradiquer l'habitat indigne, voilà ce que l'agglomération Argenteuil-Bezons entend bien réussir. Philippe Doucet, le  (), a d'ailleurs abordé le plan de lutte lors du dernier conseil d'agglomération. Sur les deux villes, « 2 400 logements peuvent être taxés d'indignes », précise Chantal Colin, vice-présidente déléguée, notamment à la politique de la ville et à l'habitat. Et leur rénovation s'annonce longue.

A Bezons, le maire (PC) Dominique Lesparre a réalisé de nombreuses, dont le « fichage » des marchands de sommeil. Quant à Argenteuil, ces logements sont majoritairement situés en centre-ville et dans le quartier de la Porte-Saint-Germain (lire ci-dessous). Pour faire face, « nous avons signé une convention importante avec l'établissement public foncier du Val-d'Oise (EPFVO). Cela lui permet de se rendre acquéreur de biens laissés à l'abandon », explique Chantal Colin. « Mais c'est à la ville de s'occuper de la phase opérationnelle », prévient l'élue. Deux opérations sont actuellement menées par l'office HLM Ab-Habitat (AB-H). « Le bailleur a acquis un bien pour le reconstruire en centre-ville et un immeuble au Val-Notre-Dame. » Ce bâtiment composé de dix-huit logements, où des rideaux sont encore accrochés à certaines fenêtres, va être désamianté et réhabilité. Vingt-quatre logements devraient ainsi être livrés à l'automne 2016.

Et qu'en est-il de la Porte-Saint-Germain ? « Les dossiers sont en stand-by, concède Chantal Colin. Même s'il y a eu des acquisitions par l'établissement public. » « On est dans un quartier abandonné depuis une bonne quarantaine d'années », regrette Xavier Péricat, 1 er adjoint (UMP) à Argenteuil et conseiller général du canton du Val-Notre-Dame. « C'est un secteur qui n'arrive pas à muter. Aujourd'hui, c'est une zone qui a d'un côté une friche industrielle et de l'autre de l'habitat indigne. »

En 2004, la création d'une ZAC avait été décidée, mais elle n'a jamais vu le jour. Arrivé à la tête de la ville en 2008, Philippe Doucet avait fait voter sa suppression. « Il nous a fait perdre trois ans, alors que des orientations d'aménagement étaient inscrites au plan local d'urbanisme voté en 2007 », regrette Xavier Péricat. « La ZAC avait un déficit prévisionnel de 65 M€ et les habitants étaient contre », avait alors expliqué Philippe Doucet.

Aujourd'hui, tous espèrent que ce secteur va bénéficier des aides du programme Anru 2 de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine. En janvier dernier, François Lamy, alors ministre de la Ville s'était rendu sur place. « Nous attendons de voir si le quartier est éligible, cela ouvrirait de nouvelles perspectives », indique Chantal Colin. Elle le reconnaît : « Il reste énormément à faire sur les deux villes. »

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 09:05

CM-16102014.jpg

La C.G.T. AB-Habitat a de nouveau manifesté son opposition pour qu'Argenteuil rejoigne la Métropole du Grand Paris.

Les affiches décoratives ont été installées sur le parcours entre l'Office et la Mairie d'Argenteuil.

Nous avons également rappelé aux élus qu'il y en a marre de leur guéguerre et qu'ils doivent faire passer l'intérêt des argenteuillais d'abord.

images 20141016 183820 images-20141016_190159.jpg images-20141016_184102.jpg images-20141016_184041.jpg

 

Le Maire a fait voter les 2 délibérations :

- la demande d'adhésion à la Communauté d'agglomération Seine Défense (92)

- la saisine du représentant de l'Etat pour la répartition de l'actif et du passif et la liquidation de la communauté d'agglomération Argenteuil Bezons.

 

Pour autant rien n'est encore définitif car il faut que les autres villes prévues dans cette communauté d'agglomération délibèrent également. De plus la création de cette agglomération fait débat sur le département des Hauts de Seine. Voir également articles ci dessous.

Il en est de même concernant la liquidation de la Communauté d'agglomération Argenteuil Bezons, c'est quelque chose qui ne se fait pas si rapidement.

 

Le danger est bien réel mais tant que ce n'est pas fait il y a nécessité de se mobiliser pour préserver les intérêts des habitants de nos villes, de notre Office et des personnels. 

 

 


 

Argenteuil évoqué lors du conseil communautaire de Seine-Défense

Un “écho” paru le 24 septembre dans le magazine “L’Express”, affirmait qu’Éric Cesari, président (UMP) de la communauté d’agglomération Seine-Défense (Courbevoie et Puteaux) «devrait annoncer dans les prochaines semaines» l’extension de Seine-Défense. «Elle accueillerait Villeneuve-la-Garenne, Bois-Colombes, Argenteuil et Colombes, soit 354 000 habitants».

La perspective qu’Argenteuil arrive dans cette agglomération inquiète déjà certains élus locaux. Éric Cesari a été questionné à ce sujet lors du dernier conseil communautaire de Seine-Défense, le 10 octobre, notamment sur «la dette d’Argenteuil, 80 millions d’euros, qui reviendrait à la charge de la nouvelle collectivité en cas d’alliance. Vous qui êtes si attentif à ce que nous ne fassions pas de dette…»

 

Éric Cesari a répondu que s’agissant d’Argenteuil, «il ne peut y avoir de démarche avant [qu’elle] ne soit sortie de sa communauté actuelle (…) Pour l’instant nous sommes engagés dans des discussions. Il n’y a de prise de position définitive de la part de personne». Concernant la dette, «il y a des mécanismes prévus par les textes pour limiter les impacts financiers». Alors que certains à Seine-Défense verraient plutôt cette agglo se tourner vers «son territoire naturel : Nanterre, La Garenne-Colombes, Suresnes, Rueil-Malmaison et pourquoi pas Neuilly», Éric Cesari a plaidé pour arrimer son territoire à Colombes, Bois-Colombes ainsi que Genneviliers, une «démarche qui est celle du développement économique. Le bassin de vie et de développement est de ce côté-là, vers la boucle nord».

 


 

Des élus ne veulent pas unir La Défense et Argenteuil

F.H. | 17 oct. 2014, 07h00

Ils souhaitent un référendum. Des élus de Courbevoie et Puteaux demandent un référendum sur la création d'une nouvelle intercommunalité qui irait de La Défense à Argenteuil (Val-d'Oise). Hier soir, le conseil municipal () de cette ville -- très endettée -- du Val-d'Oise devait voter la sortie de son agglomération actuelle, afin de rejoindre la communauté formée par Colombes, La Garenne-Colombes et Bois-Colombes, dès le 1er janvier. En attendant la prochaine étape : rallier la communauté d'agglomération Seine Défense, composée des villes de Courbevoie et Puteaux. Or Eric Cesari,  (UMP) de Seine Défense, n'a pas caché sa volonté d'agrandir l'agglomération vers le nord du département, alors qu'il se dit opposé à une union avec la communauté d'agglomération du Mont-Valérien (Nanterre-Rueil-Suresnes).

, MoDem et EELV veulent la « Grande Défense »


« En écartant par principe un regroupement des communes aux alentours de La Défense, le projet de territoire proposé par Eric Cesari va conduire de fait à couper en deux ce bassin de vie et d'activité économique », déplore Jean-André Lasserre, conseiller général (PS) de Courbevoie Sud. Les élus de l'opposition PS, MoDem et EELV de Puteaux et Courbevoie soutiennent la création d'un territoire de la « Grande Défense » dans le cadre la création de la métropole du Grand Paris. Cette « Grande Défense » regrouperait Puteaux, Courbevoie, Nanterre, Suresnes, Rueil-Malmaison, La Garenne-Colombes et Neuilly, pour constituer un bassin de vie et d'emplois de 440 000 habitants.

 



Le divorce avec Bezons est-il possible ?

Maïram Guissé | 17 oct. 2014, 07h00
 
Pour Georges Mothron (2e en partant de la droite), le maire UMP d’Argenteuil, la séparation entre sa ville et Bezons interviendra le 1er janvier 2015.(LP/Alexandre Boucher.)

La séparation entre Argenteuil et Bezons semble inéluctable. Hier soir, dans une salle comble et un calme inhabituel, s'est tenu à Argenteuil un conseil municipal extraordinaire. L'adhésion définitive à la communauté d'agglomération Seine Défense (Hauts-de-Seine), composée actuellement de Courbevoie et Puteaux, a été votée à la majorité. « Colombes et Bois-Colombes doivent voter des délibérations pour rejoindre les deux villes, déclare le maire , Georges Mothron. Et cela assurera la continuité territoriale avec les communes de Seine Défense. » Philippe Doucet, élu d'opposition, évoque un « numéro de bluff ».

Pourquoi le maire veut-il quitter l'agglomération ?


Georges Mothron refuse que l'agglomération soit dirigée par Philippe Doucet. « Il a mis la ville à genoux pendant son mandat de maire », explique l'élu UMP, qui a repris la commune aux dernières municipales. « En 2008, la dette de la ville était de 200 M€, elle est passée à 300 M€. L'agglomération, créée en 2005, était vierge de dette. Aujourd'hui, elle en a une de 100 M€. » Le  socialiste est persuadé qu'il s'agit d'un règlement de comptes. « C'est un sujet très important qui doit dépasser les considérations de personne », martèle-t-il.

La ville a-t-elle vraiment le droit de claquer la porte ?


Oui. « Dès lors que la communauté d'agglomération ne compte que deux communes, le retrait de l'une d'entre elles est une dissolution », explique la préfecture. Selon l'article 5216-9 du Code général des collectivités territoriales, « la communauté d'agglomération est dissoute, par décret en Conseil d'Etat de plein droit lorsqu'elle ne compte plus qu'une seule commune membre. » Ce décret détermine les conditions dans lesquelles l'agglomération est liquidée.

Que signifie le vote d'hier soir au conseil municipal ?


« Nous actons la volonté de rejoindre Seine Défense, explique le cabinet du maire. Et, en second point, nous demandons à l'Etat de trancher sur la part de la dette revenant à Argenteuil, sur les choses dont elle dispose... » Comme dans un divorce, il s'agit d'appliquer la séparation de biens.

Quand le divorce sera-t-il prononcé ?


Georges Mothron ne laisse planer aucun doute. Argenteuil se séparera de Bezons le 1er janvier 2015. « Nous savons bien que la dissolution de l'agglomération se fera progressivement jusqu'en avril 2015. Mais rien n'empêche Argenteuil de rejoindre Seine Défense en début d'année. Les villes de cette nouvelle communauté, dans un premier temps Colombes et Bois-Colombes, vont délibérer dans les semaines à venir. Tout va arriver très vite », insiste le cabinet du maire.

Qu'est-ce que cela va changer pour les habitants ?


« L'intérêt d'Argenteuil est de se tourner vers La Défense et Paris, réagit le cabinet du maire. C'est plus avantageux en termes d'emplois, d'opportunités, de développement de la ville. » La commune espère aussi qu'il y aura un impact sur la fiscalité. « Il y a un matraquage fiscal des habitants, on peut arrêter cela en rejoignant Paris Métropole. Ça ne se fera pas en un jour. Mais avant la fin de son mandat, Georges Mothron tiendra sa promesse de baisser les impôts. »

Des projets risquent-ils de tomber à l'eau ?


Rien ne peut entraver les chantiers débutés dans l'agglomération. Philippe Doucet et Dominique Lesparre, maire (PC) de Bezons, sont catégoriques. « Un budget a été voté sur trois ans avec un plan d'actions, insiste le second. Nous allons continuer de travailler. » Les dossiers concernant les bords de Seine se poursuivront donc normalement. « Tout comme le travail commencé avec Autolib' pour que les voitures en libre-service arrivent dans les deux gares d'Argenteuil et au pont de Bezons », détaille Philippe Doucet.

Que va devenir Bezons ?


Dominique Lesparre ne croit pas au départ d'Argenteuil. « Le maire demande à rejoindre une agglomération qui n'est pas créée et dans laquelle il n'y a pas de continuité territoriale, argumente-t-il. C'est un mensonge d'affirmer que la communauté sera dissoute au 1er janvier 2015. »

Bezons ne compte pas quitter l'agglomération. « Dans le meilleur des cas, Argenteuil rejoindra Paris Métropole le 1er janvier 2017. Dans le pire des cas, au 1er janvier 2016. D'ici là, nous restons ensemble. » De son côté, le préfet de région propose à la ville de se tourner vers le département des Yvelines.

images-20141016_184023.jpg

Partager cet article

Repost0
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 08:20

Sur le BLog de LO Argenteuil.

 

Conseil municipal "extraordinaire" d'Argenteuil pour une affaire bien "extraordinaire"



Quand on veut marcher trop vite, attention au précipice

Conseil municipal "extraordinaire" jeudi 16 octobre à 19 h.

Pour des raisons qui n’ont rien à voir avec les intérêts de la population, G. Mothron continue sa marche en avant vers la liquidation de la CAAB et vers une restructuration territoriale. Le prochain conseil municipal de jeudi soir, un conseil « extraordinaire » a deux points qui portent tous les deux sur cette question.
         La première concerne l’adhésion à l’«Agglomération » Seine Défense qui est une « intercommunalité » regroupant les communes de Puteaux et de Courbevoie (voir la brève ci-dessous). La seconde est une demande aux autorités d’Etat d’opérer la répartition des actifs et du passif entre les communes d’Argenteuil et de Bezons de feu la CAAB (toujours debout mais dont la disparition a été actée par G. Mothron cet été).
         Nous avons mis les termes d’«agglomération » et d’«intercommunalité » entre guillemets, car ce que ne dira sans doute pas le maire d’Argenteuil, c’est que Seine Défense (CASD : Communauté d’Agglomération Seine Défense) est… une coquille vide mais qui aide apparemment à ce que les bourses de certains ne soient pas vides. Pour cela, nous citons ci-dessous un extrait d’un article de « MonPuteaux.com », site très riche d’informations sur cette « belle » région de la Défense. 
Une histoire d’agglomération de l’enveloppe des élus
…Le budget réel de la CASD est donc de seulement 900.000 €, alors que le budget de la ville de Courbevoie est de 256,7 millions € et celui de Puteaux de 265,6 millions € !
         Alors à quoi sert donc Seine Défense ? En 2013, à rien ou presque, selon le rapport d’activité.
         En 2014, la CASD a déjà permis de distribuer des indemnités à 15 élus de la majorité UMP. En effet, dès avril 2014, Eric Césari, le nouveau président de la CASD et ses 14 vice présidents se sont attribués la somme globale de 490.000 €/an…
         Outre Eric Césari qui vient d’être mis en examen pour faux et usage de faux, et abus de confiance dans l’affaire Bygmalion, on trouve parmi les élus indemnisés Joëlle Ceccaldi-Raynaud, maire de Puteaux, Vincent Franchi, l'adjoint au maire de Puteaux (et fils de Joëlle Ceccaldi-Raynaud) et Jose do Nascimento, directeur des fédérations et de la formation de l’UMP, adjoint de Courbevoie… »
         Une bien jolie Agglomération en effet. 

Partager cet article

Repost0
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 23:00
images 20141016 183820 Metropole elus

Voir ci dessous l'article paru dans l'Express ainsi que le commentaire publié sur le blog de LO Argenteuil


G Mothron, P Doucet : citations Express bien révélatrices

Déplacé et révoltant
L’hebdomadaire l’Express consacre un supplément plutôt intéressant sur le « combat de chefs » qui marque Argenteuil depuis des mois. Il cite en passant les deux adversaires en des termes bien révélateurs de ces gens qui pratiquent sans doute un humour noir totalement déplacé et révoltant.
Georges Mothron, à propos de la hausse des impôts locaux qu'il assume totalement mais qui est en train d’angoisser nombre d’habitants.

lors de la dernière fête des vendanges :
« Buvez pour oublier vos impôts, mais pas trop ! »
Philippe Doucet pour exprimer sa combativité et sa pugnacité :
« Je suis comme les Israéliens, si on me balance une roquette, je réponds. »
Sans commentaire
Argenteuil: la guerre des maires

Par Libie Cousteau, publié le 16/10/2014 à 20:34, mis à jour le 17/10/2014 à 07:55

Depuis six ans, Georges Mothron (UMP) et Philippe Doucet (PS) se succèdent à la tête de la troisième ville d'Ile-de-France. Et s'affrontent en un combat plein de haine et de mesquineries. Devant les habitants, écoeurés, d'une commune aujourd'hui au bord de la faillite. 

Argenteuil: la guerre des maires

Georges Mothron, qui n'a jamais digéré sa défaite, en 2008, a retrouvé, en 2014, les commandes d'une ville mise "sur la paille" par son prédécesseur.

© Olivier Jobard/MYOP pour L'Express

 

Ce samedi 4 octobre, c'est la fête des vendanges à Argenteuil.Georges Mothron, le nouveau maire UMP, n'est pas d'humeur belliqueuse. Il n'a pas l'intention de provoquer son ennemi, Philippe Doucet (PS), qui se promène à quelques mètres de lui. Pas question de gâcher cette matinée qui se déroule dans une atmosphère bon enfant sous un voluptueux soleil d'automne. "Les grappes sont belles !" s'extasie l'édile entre deux conversations avec les habitants venus conter leurs misères. Ces jours-ci, les Argenteuillais sont à cran. Ils ont reçu leur taxe d'habitation : 22% d'augmentation en moyenne, votée par l'ancien maire, Philippe Doucet. 

 

En déambulant d'un stand à l'autre, Georges Mothron surveille du coin de l'oeil son ancien adversaire, qu'il a délogé de la mairie en mars dernier, grâce à 187 voix d'écart. De son côté, Philippe Doucet tente de faire bonne figure. Escorté d'anciens collaborateurs, il en rajoute, comme souvent. Tactile, il tape dans le dos de l'un, prend une mamie par l'épaule, claque la bise à une autre et lâche d'un sourire crispé : "Je sais, il y a beaucoup de ressentiment", avant de s'éclipser discrètement pour regagner le parking. Georges Mothron poursuit sa tournée. A la fin de la matinée, pour clore son discours, il s'autorise tout de même une petite pique à l'intention de son adversaire : "Buvez pour oublier vos impôts, mais pas trop !" 

Philippe Doucet, maire de 2008 à 2014, député du Val-d'Oise et président de l'agglo, défend un bilan controversé.

Philippe Doucet, maire de 2008 à 2014, député du Val-d'Oise et président de l'agglo, défend un bilan controversé.

© Olivier Jobard/MYOP pour L'Express

En vérité, cet Argenteuillais de souche, comme il aime le rappeler à chaque instant de la conversation, n'a pas le coeur à plaisanter. Depuis son élection, il vit dans une tension extrême. Car l'héritage de son prédécesseur est, selon lui, "calamiteux". Le nouveau maire craint même une mise sous tutelle de la ville par la préfecture. 

"Philippe Doucet a mis Argenteuil sur la paille. Il a dépensé sans compter et nous devons colmater les fuites", s'agace-t-il, rouge de colère, quelques jours après la fête des vendanges, dans son bureau de la mairie. Il est vrai que les finances de la troisième ville d'Ile-de-France ne sont pas en forme. En avril, un audit du cabinet Klopfer évoque une situation "périlleuse", avec une dette en augmentation et un fonds de roulement négatif. Selon le classement de L'Express, Argenteuil figure parmi les villes les plus endettées de France, avec 2210 euros par habitant. Quelques économies ont été trouvées par la nouvelle équipe, mais elles ne suffisent pas à combler un déficit de plusieurs millions d'euros. Or, parmi les 105 000 habitants, seuls 44% sont assujettis à l'impôt. 

Face à cette impasse, l'équipe Mothron a choisi une stratégie relativement classique : charger la barque à ras bord, en rejetant toute la responsabilité sur le sortant. Lequel n'est pas vraiment du genre à encaisser sans broncher. "Je suis comme les Israéliens, si on me balance une roquette, je réponds. Dans cette histoire, c'est moi l'agressé !" peste-t-il, bondissant sur la banquette d'un café situé à quelques dizaines de mètres de l'Assemblée nationale. 

"Des querelles de caniveau"

Depuis six mois, la bataille fait rage entre les deux élus. Ou plutôt, la guerre : multiplication des procédures judiciaires, tracts, invectives, insultes, même... Tout est bon pour discréditer l'adversaire et avoir le dernier mot. "On se croirait encore en campagne, souffle une sympathisante du clan Doucet. C'est épuisant." Las d'assister à "ces querelles de caniveau", les Argenteuillais sont exaspérés. Lors du dernier conseil municipal, Mothron et Doucet sont accueillis par des huées et des sifflements. Dans le public, les partisans des deux camps déploient banderoles et pancartes. A chaque prise de parole des protagonistes, les insultes fusent. A cran, Philippe Doucet finit par quitter la salle, faisant un doigt d'honneur à l'assemblée.  

Le lendemain, les murs d'Argenteuil sont tapissés d'affiches : un montage fait figurer d'un côté le visage de l'ancien maire, de l'autre un immense doigt d'honneur. Les auteurs de cette manip ? Forcément le clan Mothron... Les habitants sont écoeurés par tant de puérilité : "Il faut qu'ils retournent au bac à sable", ironise l'un d'entre eux. 

 

Cette rivalité prend racine en 2008. Après avoir tué tous ses rivaux au PS, le bulldozer Doucet emporte la mairie, tenue par Georges Mothron, qui perd de 300 voix. Son intention d'utiliser un produit répulsif, le Malodore, pour déloger les SDF, ainsi que l'épisode de la "racaille" stigmatisée par Nicolas Sarkozy, sur la dalle d'Argenteuil en 2005, lui ont coûté cher. Doucet, lui, a multiplié les promesses: emploi et logement pour tous. Dès le lendemain de l'élection, le battu et ses affidés mènent la vie dure à Philippe Doucet : recours au tribunal administratif, accusation de tricherie...  

Le parvis de la basilique Saint-Denys, rénové par l'ancien maire: indispensable?

Le parvis de la basilique Saint-Denys, rénové par l'ancien maire: indispensable?

© Olivier Jobard/MYOP pour L'Express

Aujourd'hui, Mothron justifie cette guérilla : "Si je n'avais pas mené ce combat pendant six ans, je n'aurais pas été élu au printemps", argumente-t-il. "Il a une haine viscérale de Philippe Doucet, qui l'a maltraité au cours de son mandat, raillant chacune de ses interventions en conseil municipal", observe Francis Gabouleaud, secrétaire du Parti communiste à Argenteuil. Mothron reçoit le coup de grâce en juin 2012, quand Doucet lui dérobe son siège de député, qu'il occupe toujours. 

Six ans plus tard, le nouveau maire UMP savoure sa vengeance. Le vendredi 4 avril 2014, la salle du conseil municipal est pleine à craquer, des écrans géants ont été installés à l'extérieur pour les très nombreux Argenteuillais venus assister à l'élection de Mothron. A peine les applaudissements terminés, les hostilités commencent. Un conseil extraordinaire est convoqué pour le dimanche 6 avril. Objectif : bloquer l'élection de Philippe Doucet à la présidence de l'agglomération Argenteuil-Bezons. Grâce au soutien de Dominique Lesparre, maire PCF de Bezons, Doucet pourrait l'emporter.  

Mothron propose de faire voter une délibération pour modifier les règles et le nombre de conseillers communautaires. Car, pour développer Argenteuil, Mothron doit impérativement récupérer la présidence de l'agglomération, à laquelle de nombreuses compétences ont été transférées (transports, culture, logement, espaces verts, ordures ménagères...). 

La mise sous tutelle est-elle inéluctable?

Le plan fomenté par Mothron échoue. Le 7 avril, le préfet écrit au maire pour lui signifier que sa délibération - "nulle et non avenue" - n'est pas réglementaire. Doucet est élu président de l'agglomération et dispose ainsi d'un énorme levier pour pourrir la vie de son adversaire. Au passage, il recase une quinzaine de membres de son cabinet au sein de la communauté de communes et d'AB Habitat, l'office HLM qui en dépend. Evidemment, il n'accorde aucune vice-présidence à Mothron. Coincé, celui-ci n'a qu'une porte de sortie : quitter l'agglomération. Les habitants apprennent la nouvelle par la presse locale, quinze jours plus tard : Argenteuil va divorcer de l'agglomération et rejoindre la métropole du Grand Paris. L'affaire est en bonne voie. La commune devrait rejoindre Seine-Défense et sa majorité de droite. 

En ce premier mois de mandat, Mothron ouvre un autre front : celui des finances de la ville. "Lorsque nous avons convoqué tous les directeurs pour un état des lieux, nous avons découvert l'ampleur de la catastrophe", raconte Mathieu Séguran, directeur de cabinet du maire. Des dépenses de personnel non budgétées, des factures impayées. A la fin du mois d'avril, le conseil muni - cipal d'Argenteuil vote un compte administratif en déficit de plus de 17 millions d'euros. Une situation interdite par la loi, qui contraint le préfet à saisir aussitôt la chambre régionale des comptes (CRC). Georges Mothron craint (ou espère?) une mise sous tutelle. Philippe Doucet dépose d'emblée une requête auprès du préfet pour présentation de comptes insincères. Quelques semaines plus tard, l'avis de la CRC tombe : Argenteuil doit diminuer ses dépenses. 

 

Alors Mothron fait dans le symbole : il annule le feu d'artifice du 14 Juillet et travaille d'arrache-pied à un plan d'économies. "Succéder à soixante ans de communisme comme nous l'avions fait en 2001, ce n'est rien comparé à l'héritage Doucet", s'indigne Philippe Métézeau, vice-président du conseil général du Val-d'Oise et conseiller municipal. Le 17 septembre, malgré les mesures proposées au conseil municipal, les comptes demeurent en déséquilibre. Le préfet vient de saisir de nouveau la CRC. Elle donnera son verdict à la fin du mois de novembre. Six mois après son élection, Georges Mothron comprend qu'il ne pourra pas tenir sa promesse de campagne : baisser les impôts dès son arrivée. Pis, il va devoir les augmenter. 

Le quartier du Val d'argent, dit "la Dalle", où Nicolas Sarkozy, en 2005, a stigmatisé la "racaille".

Le quartier du Val d'argent, dit "la Dalle", où Nicolas Sarkozy, en 2005, a stigmatisé la "racaille".

© Olivier Jobard/MYOP pour L'Express

A cause de la gestion catastrophique de Doucet? Dès son élection, en 2008, pour trouver un peu d'oxygène dans une ville déjà endettée, Philippe Doucet décide de relever les impôts locaux. Très vite, il engage de nombreuses dépenses : espaces verts, création d'un festival et de plusieurs lieux culturels, réfection entière de la piscine municipale... Pour absorber tous ces investissements, une deuxième hausse se révèle nécessaire. 

Une incroyable dérive des dépenses en matière de ressources humaines

Afin de promouvoir sa politique, le maire ne lésine pas sur les moyens, "sa soif de com' est inextinguible", raconte un ancien adjoint : création de deux journaux municipaux, immenses bâches déployées sur les grilles de la mairie... "Il faisait un max de pub parce qu'il pensait déjà aux législatives. Son rêve, c'était d'être député." Au début de son mandat, Philippe Doucet subit une grève de trois jours, organisée par la CGT, ultramajoritaire à la mairie. Le syndicat réclame la titularisation des très nombreux contractuels. "Il y en avait environ 500, dont certains étaient employés depuis treize ans, rapporte Pascal Videcoq, secrétaire général de la CGT à la mairie. Nous avons obtenu qu'il en titularise 80 par an."  

Malgré le transfert de certaines compétences à l'agglomération, les effectifs de la ville gonflent, les frais fixes aussi. Places en crèche, écoles, ces investissements, incontournables, viennent alourdir l'ardoise. De plus, un an avant les législatives, Doucet joue à fond la carte du clientélisme. Pour Zouber Sotbar, ancien élu socialiste sur la liste de Philippe Doucet et candidat concurrent aux dernières municipales, cette générosité bien ciblée va trop loin : "Il rachetait des baux commerciaux via AB Habitat puis les octroyait à des commerçants avec des loyers quasi gratuits. Les commerçants se demandaient entre eux : tu as eu combien de mois gratuits, toi?"  

Elu député en 2012, Philippe Doucet ne lève pas le pied. Car les municipales se profilent. En 2013, Argenteuil est sens dessus dessous, il y a des travaux à chaque coin de rue. "On ne pouvait plus circuler, ni à pied ni en voiture", s'agace Alain (1), habitant du centreville. Cet octogénaire dont le coeur a toujours penché à gauche est révolté par l'attitude de Philippe Doucet. Dans sa salle à manger, il nous montre des tracts du PS, des exemplaires du magazine L'Argenteuillais, et décrit avec agacement la dernière année de mandat.  

Des travaux pharaoniques

"Il a engagé des travaux pharaoniques, même lorsque cela n'était pas nécessaire. Le joint du parvis de la basilique est un peu disloqué, il le refait entièrement. Mais il n'en profite pas pour réaliser un accès pour les handicapés. Près de la chapelle Saint-Jean, il reconstruit la chaussée en petits pavés, et cela coûte cher. Autour de la gare du Val, il rénove l'ensemble de la voirie. Tout le monde passe devant, c'est bien visible, mais pas indispensable. Pendant la campagne, il organise des réunions de quartier en passant des vidéos et en clamant : "Vous voyez, j'ai augmenté les impôts mais je vous rends votre argent!"" Auprès de ses proches, Philippe Doucet reconnaît lui-même qu'à la fin de son mandat "il fait deux années en une". "Il nous a laissé 13 millions d'euros de factures impayées et non budgétées", s'énerve Xavier Péricat, premier adjoint de Georges Mothron. 

Et une incroyable dérive des dépenses en matière de ressources humaines. De 81 millions en 2007, elles sont passées à 115,7 millions en 2013, alors que de nombreuses compétences sont transférées à l'agglomération. Sur la seule année 2013, 377 embauches sont réalisées. Sur l'ensemble du mandat, 800 stagiaires sont engagés, dont 160 au premier trimestre 2014. La plupart ont été titularisés. En six ans, la dette de la ville a grimpé de 215 millions d'euros à 305 millions. 

Philippe Doucet balaie ce qu'il considère comme un mauvais procès : "J'ai récupéré une ville où il ne s'était rien passé depuis vingt ans. Il fallait tout redynamiser, faire venir des investisseurs, des commerces. On a fait du service public, des crèches, des jardins, des écoles", justifie-t-il. "Il est vrai que nous avons choisi d'utiliser les marges de manoeuvre permises par l'impôt pour relancer la ville plutôt que d'assainir les finances, explique l'ex-directeure général des services, Joël Fournié. Il a aussi fallu gérer les emprunts toxiques que Mothron nous a légués."  

Du côté de la préfecture, ces jours-ci, on est très attentif à la situation de la ville. La tutelle? Entre le nouveau maire, qui repeint tout en noir, et l'ancien, qui voit la vie en rose, le préfet va s'appuyer sur l'expertise de la CRC pour se déterminer. La présentation du budget 2015, aux alentours du mois de janvier, sera décisive. Mais plus le temps passe, moins Georges Mothron a intérêt à la mise sous tutelle de l'Etat, qu'il souhaitait il y a encore quelques semaines. Un an après les municipales, c'est à lui que les Argenteuillais feraient porter le chapeau. 

Pris en étau entre un Doucet président de l'agglomération et l'absence de marge de manoeuvre financière, Georges Mothron est coincé. Son rêve d'attirer les cadres de la Défense pour créer un Argenteuil-sur-Seine n'est pas prêt de voir le jour. Cogner sur son prédécesseur reste sa seule arme. L'intéressé n'a pas l'intention de se laisser faire : "Je ne suis pas un petit mouton", lâche Philippe Doucet. A Argenteuil, le cirque n'est pas près de lever le camp.  

(1) Le prénom a été changé. 

 


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/argenteuil-la-guerre-des-maires-a-argenteuil-les-maires-s-echarpent_1611624.html#dccmsjVQYzZmC2j0.99

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 11:31

mauvais changement maintenant

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 08:16

mcontrd (3)

Metropole-elus-copie-1.jpg

Non metropole

 

 

Argenteuil : les élus s'écharpent sur le déficit budgétaire

Alexandre Boucher | 19 sept. 2014, 07h00
 
Argenteuil, hier soir. Le maire UMP, Georges Mothron (à g.) et son adjoint chargé des finances, Xavier Péricat. Ce dernier a annoncé le non-renouvellement de près de 400 CDD d’ici fin 2015. (LP/A.B.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VIDEO.Un doigt d'honneur en plein conseil municipal à Argenteuil

http://www.dailymotion.com/video/x267p3i_un-doigt-d-honneur-en-plein-conseil-municipal-a-argenteuil_news

video-CM.JPG

Partager cet article

Repost0
31 août 2014 7 31 /08 /août /2014 12:06

Mothon-veut-dynamiter-l-agglo-copie-1.jpg

 Agissons ensemble dans l'intérêt des locataires, des personnels.

Voir ci dessous l'article paru dans le Parisien du 20 août 2014, il y a un réel risque de scission de la Communauté d'Agglomération Argenteuil Bezons ce qui aurait, entre autre pour conséquence, entre autre, l'éclatement de l'Office.

 

Dés le départ votre syndicat C.G.T. a tenu à informer des dangers de ce projet s'il devait aboutir et s'est joint à l'action des habitants, des locataires pour préserver les intérêts des argenteuillais et des bezonnais.

 

Pour AB-Habitat cela aboutirait à l'éclatement en 2 de l'Office :

 

- d'un coté, le patrimoine de Bezons. Pour la gestion du patrimoine de Bezons plusieurs hypothèses sont probables: se transformer en SEM (Société d'Economie Mixte) ou pire en ESH (Entreprise Sociale pour l'Habitat). A moins que les villes de la Communauté d'Agglomération des Yvelines, auxquelles Bezons risque d'être rattachée, acceptent d'utiliser l'Office pour développer le logement social sur leur territoire mais cela serait étonnant.

 

- de l'autre le patrimoine d'Argenteuil qui serait amené à fusionner avec les Offices de la Métropole du Grand Paris. L'Office serait absorbé dans un Office de plus de 300 000 logements. Vous pouvez aisément imaginer les conséquences en matière de suppressions d'emplois, la réduction des services de proximité, de dégradations des conditions de travail...

 

L'heure n'est ni à l'attentisme, ni à la résignation, mais à la poursuite de la mobilisation avec la population pour empêcher ce projet néfaste de M. MOTHRON.

 

 

Développons ensemble les initiatives avec les habitants, les locataires, les personnels pour imposer le maintien de la Communauté d'agglomération Argenteuil Bezons comme le permet l'article 10 de la loi du 27 janvier 2014


 

Voici le projet de carte des futures intercommunalités

La Rédaction | 20 août 2014, 07h00
 
LP/Infographie.

La loi du 27 janvier 2014 de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles oblige les intercommunalités à se rassembler pour former des agglomérations de plus de 200 000 habitants. Nous vous dévoilons la proposition de nouvelle carte qui devrait être officialisée par le  de la région Ile-de- le 28 août. En voici les contours dans le Val-d'Oise.  

L'Est fusionne... avec la Seine-et-Marne. 
C'est le principal changement du projet. La nouvelle carte prévoit le regroupement des communautés d'agglomération Val de  et Roissy Porte de France, qui accueilleraient également plusieurs communes de Seine-et-Marne. Cette nouvelle entité couvrirait 343 242 habitants. « J'étais favorable à cette proposition déjà faite au niveau départemental, se réjouit Patrick Renaud, le président de Roissy Porte de France. C'est le moment ou jamais de réaliser le Grand Roissy ! Même si tout reste à faire et à inventer pour faire fonctionner cette nouvelle intercommunalité. » De son côté, Didier Vaillant, le président de Val de France affiche, lui, « une forte réserve ». « Je ne comprends pas la logique de ce redécoupage, explique-t-il. Il exclut la Seine-Saint-Denis et les sites de Villepinte et du Bourget, qui font pourtant partie intégrante du territoire du Grand Roissy. »  

Bezons séparée d'Argenteuil et rattachée aux Yvelines. 
Dominique Lesparre, maire communiste de Bezons qui se bat bec et ongles aux côtés du socialiste Philippe Doucet, président de l'agglomération Argenteuil-Bezons, contre le projet de scission du maire UMP d'Argenteuil Georges Mothron reste serein face au projet de nouvelle intercommunalité avec Sartrouville et Houilles dans les Yvelines. « Ça n'est pas joué, indique-t-il. Les élus du Val-d'Oise sont partagés sur la question. Mais quels que soient les choix de rapprochements avec d'autres villes, l'intercommunalité Argenteuil-Bezons est selon moi une évidence. »

Georges Mothron, lui n'est pas étonné par le projet d'intercommunalité pour Bezons. « A partir du moment où nous avons officiellement décidé en conseil municipal du 18 juillet de quitter l'agglomération Argenteuil-Bezons, Bezons ne pouvait plus rester seule, souffle-t-il. Elle aurait pu -- comme nous -- choisir de rejoindre la métropole de Paris » Dès 2015, Argenteuil se rapprochera de ses voisines des Hauts-de-Seine (Colombes, Nanterre, Suresnes...) en attendant, la construction, plus tard, de la métropole parisienne beaucoup plus vaste.  

La CCVOI dissoute et coupée en deux. 
Dans l'ouest Val-d'Oisien, la communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise ne devrait pas changer. La communauté de communes de la Vallée de l'Oise et des Impressionnistes (CCVOI) est, en revanche, coupée en deux. Les communes de Mériel et de Méry-sur-Oise rejoindraient la communauté de communes des Trois Forêts, composée notamment de L'Isle-Adam. Les communes d'Auvers-sur-Oise, Valmondois et de Butry-sur-Oise seraient, elles, ajoutées au périmètre de la vallée du Sausseron. « Notre position avec les autres maires de la CCVOI était de conserver notre interco dans son état. Je déplore que nous n'ayons pas été entendus. Rejoindre la CC des Trois Forêts n'est sûrement pas notre premier choix mais c'est le moins mauvais possible », résume Pierre-Edouard Eon, maire UMP de Méry-sur-Oise.  

Val-et-Forêt disparaît, Ermont et Eaubonne séparés. 
La communauté d'agglomération de Val-et-Forêt, qui compte 85 000 habitants pour six communes, est appelée à disparaître. Ermont, Saint-Leu-la-Forêt, Le Plessis-Bouchard ainsi que Frépillon, actuellement membre de la CCVOI, seraient rattachés à la communauté d'agglomération Le Parisis (CALP) dont la population serait ainsi portée à 239 785 habitants pour 14 communes. De leur côté, les villes d'Eaubonne, Saint-Prix et Montlignon rejoindraient la nouvelle intercommunalité formée par la communauté d'agglomération de la Vallée de Montmorency (CAVAM) avec la communauté de communes de l'Ouest de la Plaine de France (CCOPF). La séparation des villes d'Ermont et Eaubonne, qui partagent notamment la ZAC de la gare, répond « à une logique de chiffres et pas de territoire » selon Yannick Boëdec, le président de la CALP.

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 18:46

Metropole elus         Non metropole

            affich metropole                                 Metrople Non 2

 

Mothon veut dynamiter l'agglo

Echo reg Non mais agglo quoi

Partager cet article

Repost0
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 13:33

images-20140718_184553.jpg

images-20140718_183858.jpg

Le Parisien

ARGENTEUIL

La commune rejoindra Paris Métropole


« APPEL AUX ÉLUS, l’intérêt des Argenteuillais doit être au cœur de vos décisions. » Ce message, comme d’autres, a été accroché devant l’hôtel de ville, hier soir, quelques minutes avant le conseil municipal. A l’origine de ce mouvement, il y a la CGT de l’office HLM Ab-Habitat (Ab-H). Le syndicat ne veut pas que la ville sorte de l’agglomération Argenteuil-Bezons. C’était justement le premier point du conseil municipal.

Le maire (UMP) Georges Mothron a proposé une délibération pour « approuver l’intégration de la ville à la métropole du Grand Paris, de demander la dissolution de la communauté d'agglomération Argenteuil- Bezons au 1 er janvier 2015 et que la ville intègre en début d’année 2015 un établissement public de coopération intercommunale qui rejoindra la Métropole en janvier 2016 ». Georges Mothron l’assure, Argenteuil rejoindra une nouvelle communauté d’agglo (avec des comunes dont le nom n’est pas encore connu) dans les Hauts-de-Seine en attendant la création de Paris Métropole. « Dépendre des mois supplémentaires de quelqu’un(NDLR : Philippe Doucet, président PS de l’agglo) qui a fait couler Argenteuil, c’est impensable, trop c’est trop . », s’indignait le maire avant le début du conseil. Avant le vote de cette délibération, Georges Mothron a envisagé l’option de ne plus quitter l’agglomération si Philippe Doucet acceptait de « démissionner ». Ce dernier a refusé de répondre. « Ce sujet mérite un débat à un autre niveau, a-t-il réagi. Vous jouez l’avenir de la ville pour les 50 prochaines années pour une hostilité personnelle. Vous ne pourrez pas dissoudre l’agglomération . » La délibération a été votée à la majorité.

 

M.G. 

 

Metropole-elus.jpg

 

non à la métropole

 

Non-metropole.jpg

 

Metrople-Non-2.jpg

Partager cet article

Repost0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 21:28


Vendredi 18 Juillet 18H30

Mairie d’Argenteuil

Mobilisation

Non à la Métropole du Grand Paris et à l’éclatement d’AB-Habitat


CM-18072014.jpgLe Maire d’Argenteuil, M. Mothron a convoqué un Conseil Municipal le vendredi 18 Juillet avec comme point à l’ordre du jour : « Adhésion à la Métropole du Grand Paris et dissolution de la Communauté d’agglomération Argenteuil Bezons »

Si cette délibération était adoptée cela aurait de graves conséquences sur les habitants d’Argenteuil et Bezons : augmentation de l’endettement des villes, démantèlement de services publics de proximité (ramassage des ordures ménagères, AB-Habitat)

L’éclatement d'AB-Habitat serait préjudiciable aux locataires et aux demandeurs de logements de notre agglomération.

ÄCela éloignerait les locataires des lieux de décision et remettrait en cause la forte présence des personnels de proximité d'AB-Habitat (gardiens, agences,…)

- ÄCela priverait les villes de leur capacité de réponse aux demandes de logements des Argenteuillais et des Bezonnais, mission déjà difficile aujourd’hui face aux milliers de demandeurs, imaginez ce qu’il en serait demain.

ÄC'est offrir à la future Métropole un patrimoine de 11000 logements financés par les locataires d'Argenteuil Bezons.

Concernant les personnels, cela aboutirait à l’absorption d’AB-habitat dans un office tentaculaire de plus de 300 000 logements regroupant Paris Habitat et les OPH de la petite couronne. Cela aurait aussi pour conséquence des suppressions d’emplois, la remise en cause des acquis sociaux, la remise en cause des conditions de travail et de la qualité du service rendu,….

 

La C.G.T. d'AB-Habitat et de la Ville d'Argenteuil appelle les personnels à se mobiliser en participant au rassemblement vendredi devant la Mairie d’Argenteuil à 18H30 pour interpeller les élus afin qu’ils aient le sens des responsabilités et qu’ils préservent les intérêts des argenteuillais et des bezonais.

non-a-la-metropole.jpg

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 08:03

2014 30062014 touches pas à mon agglo

Partager cet article

Repost0
30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 12:47

affich metropoleDéfendre l’intérêt de la population d’abord !

Le Maire d'Argenteuil a annoncé, dans la précipitation et sans concertation, son intention de sortir de la Communauté d'Agglomération Argenteuil Bezons pour rejoindre la Communauté du Parisis alors que celle-ci refuse d’accueillir Argenteuil. Parmi les autres pistes il évoque la possibilité de rejoindre une des communautés d'agglomération des Hauts de Seine alors que celles-ci vont être absorbées dans la Métropole du Grand Paris. Argenteuil serait noyé au milieu de plus de 7 millions d'habitants et aurait une voix au milieu de plus de 120 élus.

Rappelons que le but des réformes territoriales (fusion des régions, suppression des départements, agrandissement forcé des communautés d’agglomération, création de métropoles) vise à centraliser davantage pour mettre en œuvre la politique d’austérité des gouvernements successifs. C’est 11 milliards d’économie qui sont ciblés et qui vont se traduire par moins d’investissement, la suppression et la dégradation des services publics, la suppression d'emplois,…

Le choix de M. MOTHRON aurait de graves conséquences sur les argenteuillais et les bezonnais

Il aggraverait la situation financière des Villes qui devront absorber les dettes des emprunts souscrits par la CAAB (100 millions d’euros).

Il aboutirait au démantèlement de services publics comme notamment le ramassage des ordures ménagères mais également de l'Office Public Habitat Argenteuil Bezons.

L’éclatement d'AB-Habitat serait préjudiciable aux locataires et aux demandeurs de logements de notre agglomération.

ÄCela éloignerait les locataires des lieux de décision, cela remettrait en cause la forte présence des personnels de proximité d'AB-Habitat (gardiens, agences,…)

ÄCela priverait les Villes de leur capacité de réponse aux demandes de logements des Argenteuillais et des Bezonnais. Mission déjà difficile aujourd’hui face aux milliers de demandeurs, imaginez ce qu’il en serait demain.

ÄCela aboutirait à la fusion d'AB-Habitat avec Paris Habitat et les Offices Publics de l'Habitat de la petite couronne pour devenir un Office de plus de 340 000 logements

ÄC'est offrir à la future Métropole un patrimoine de 11000 logements financés par les locataires d'Argenteuil Bezons

La C.G.T. appelle l’ensemble des élus à faire preuve de responsabilité pour se mettre au service de la population et dépasser leurs incompatibilités d’humeur pour établir des partenariats afin de répondre aux besoins des habitants. Elle demande que soit développée une démocratie locale de proximité permettant de mieux associer les citoyens aux décisions et améliorer la qualité du service public.

La C.G.T. invite les habitants d’Argenteuil et de Bezons à interpeller les élus pour préserver et améliorer les services rendus par la communauté d’agglomération Argenteuil Bezons.

 

Partager cet article

Repost0