Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ensemble

Rechercher

Privatisation

Afficher l'image d'origine

19 septembre 2017 2 19 /09 /septembre /2017 15:20

Le  mouvement  Hlm  francilien  tire  le  signal  d’alarme Paris,  le  19  septembre  2017 Menaces  sur  le  logement  social   Le  Gouvernement  a  annoncé  vouloir  compenser  la  baisse  des  APL  par  une  diminution  des  seuls  loyers  du parc  social.  Cette  mesure,  si  elle  était  adoptée,  constitue  une  menace  particulièrement  grave  sur  les  capacités d’investissement  des  organismes  de  logement  social  et  sur  leur  faculté  à  assurer  un  service  de  qualité  aux locataires. Une  mesure  économiquement  insoutenable  pour  les  organismes Les  loyers  occupent  une  place  centrale  dans  l’économie  générale  du  logement  social.  Le  modèle  économique  des organismes  Hlm  est  fondé  sur  un  endettement  de  très  long  terme,  garanti  par  les  collectivités  locales,  et  remboursé par  les  loyers  des  occupants  du  parc  social.  Une  baisse  globale  des  loyers  Hlm  pour  compenser  la  baisse  des  APL serait  économiquement  insoutenable  pour  les  organismes  Hlm,  confrontés  à  la  paupérisation  croissante  de  leurs locataires  et  nouveaux  entrants.   La  persistance  des  difficultés  à  loger  nos  concitoyens  les  plus  fragiles  ne  sera  pas  résolue  par  la  seule  approche budgétaire  de  court  terme.  La  politique  du  logement  traduit  un  choix  de  société.  Retirer  au  logement  social  les  moyens d’agir,  c’est  mettre  en  risque  la  cohésion  sociale.  Les  APL  relèvent  de  la  solidarité  nationale,  il  n’appartient  pas  aux bailleurs  sociaux  de  les  financer.   Des  impacts  négatifs  pour  les  demandeurs  de  logement  social,  les  locataires  et  l’emploi En  Ile-de-France,  une  baisse  de  50  €  par  mois  des  quittances  des  locataires  du  parc  social  bénéficiant  de  l’APL représenterait  une  perte  de  l'ordre  de  315  millions  d’euros  par  an  pour  les  organismes  de  logement  social.  C’est l’équivalent  des  deux  tiers  des  fonds  propres  apportés  par  les  organismes  pour  la  production  annuelle  de  logements sociaux,  ce  qui  remettrait  en  question  le  plan  de  financement  de  près  de  21  000  logements  sociaux  par  an.     Les  mesures  annoncées  auraient  pour  conséquence  de  casser  la  forte  dynamique  actuelle  de  production  de logements  sociaux.  C’est  pour  le  moins  paradoxal  à  l’heure  où  le  Gouvernement  annonce  vouloir  créer  un  «  choc  de l’offre  »  dans  les  zones  tendues,  comme  l’Ile-de-France  avec  ses  700  000  ménages  demandeurs  de  logement  social.   Les  locataires  seraient  également  les  grands  perdants  puisque  la  remise  en  cause  de  l’équilibre  financier  du  logement social  aurait  nécessairement  un  impact  très  négatif  sur  la  qualité  du  parc  (entretien  et  modernisation),  comme  sur  le service  de  proximité  aux  habitants,  essentiel  au  vivre  ensemble.   Les  organismes  Hlm  ne  font  pas  de  bénéfices,  ils  réinvestissent  en  permanence  dans  le  développement,  l’entretien  du parc  et  le  service  aux  habitants.  La  réduction  de  leur  activité  menacerait  des  milliers  d’emplois  dans  le  secteur  du bâtiment  et  de  l’artisanat. Des  efforts  concentrés  sur  le  parc  social Les  aides  publiques  au  logement  en  France  sont,  pour  plus  de  la  moitié,  tournées  vers  le  parc  privé.  Le Gouvernement  fait  assumer  les  économies  envisagées  au  seul  parc  Hlm  et  à  ses  locataires.  Or,  il  est  important  de rappeler  que,  dans  le  parc  social,  les  loyers  plafonds  sont  définis  réglementairement  et  que  le  niveau  des  loyers  y  est très  inférieur  à  celui  pratiqué  dans  le  parc  privé  en  Ile-de-France  :  le  loyer  moyen  y  est  de  6,7  €/m²,  contre  17,4  €/m²   dans  le  parc  privé. Pour  Jean-Luc  Vidon,  Président  de  l’AORIF  -  l’Union  sociale  pour  l’habitat  d’Ile-de-France,  «  Ces  mesures  ont  un caractère  profondément  injuste.  Elles  visent  le  logement  social  alors  qu’il  s’agit  du  seul  secteur  à  produire  des logements  abordables  en  Ile-de-France.  Baisser  les  loyers  les  moins  chers  et  ne  rien  faire  pour  baisser  les  plus élevés  :  quelle  cohérence  ?  » Le  mouvement  Hlm  d'Ile-de-France  souhaite  mobiliser  les  locataires,  ses  partenaires,  collectivités, entreprises  du  bâtiment,  promoteurs,  associations,  pour  enjoindre  le  Gouvernement  à  engager  une  véritable concertation  sur  la  politique  du  logement  dans  un  esprit  de  dialogue  et  de  négociation.

Partager cet article

Repost 0

commentaires