Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ensemble

Rechercher

Privatisation

Afficher l'image d'origine

11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 09:21

Les syndicats refusent d'être mis à la porte

Daniel Pestel | 11 oct. 2014, 07h00
 
Cergy, hier midi. Yann Garroui (CGT), Olivier Dacheux (CFDT) et Jean-Marc Cicuto (CFTC) ont fait part de leur détermination à rester dans leurs bureaux.(LP/D.P.)

Ils sont déterminés à ne pas bouger et font monter la pression. Hier midi, les représentants des six  qui occupent la maison des syndicats dans la zone d'activité Francis-Combes à Cergy ont affirmé leur volonté de ne pas quitter les lieux. Et ce, après avoir rencontré le   du département, Arnaud Bazin, dans la matinée. « INACCEPTABLE », ont-ils écrit en lettres capitales, à la craie, sur le tableau noir lors de leur conférence de presse, en guise de conclusion aux propositions qui leur ont été faites.

Le département souhaite vendre cette bâtisse de 2 500 m 2 de bureaux et salles de réunion sur trois niveaux. Il demande donc aux syndicats de quitter définitivement les lieux. « Nous souhaitons vendre ce bâtiment dont le fonctionnement nous coûte 250 000 € par an, plus un poste et demi de personnel, explique Arnaud Bazin, dans une logique d'économies. On est prêt à aider au déménagement des syndicats dans d'autres locaux. » Le président du département met en avant la baisse de 70 MEUR des dotations de l'Etat, prévues pour les trois années à venir.

Les organisations syndicales, locataires des lieux à titre gracieux, ne l'entendent pas de cette oreille. « Cette maison a été construite pour les syndicats, rappelle Olivier Dacheux, responsable de l'union départementale de la CFDT. Le 16 février prochain, date d'expiration de la convention en cours, ça fera 36 ans qu'on est là ! » La seule concession des syndicats : accepter un déménagement dans d'autres bureaux aussi bien situés et à condition de rester tous ensemble. « On n'a pas les moyens de payer, ni de faire payer des frais de location à nos 20 000 adhérents », précisent-ils. Seule Force ouvrière a pu quitter les lieux pour s'installer à Saint-Ouen-l'Aumône.

Le conseil général assure qu'il ne mettra pas du jour au lendemain les syndicats dehors. Mais il ne s'acquittera plus des factures d'eau, de chauffage et autres, à compter de la mi-février, en cas de désaccord persistant. C'est par un courrier daté du 29 juillet que le président du Val-d'Oise avait annoncé ses intentions aux syndicats. Depuis, les professionnels des revendications salariales résistent. Le 7 novembre, lors de la prochaine assemblée plénière mensuelle des 39 élus du département à Cergy, ils comptent venir manifester à grand renfort de banderoles. L'opposition départementale Val-d'Oise utile et solidaire (Vous) devrait d'ailleurs relayer officiellement leurs revendications à la table des débats.

Les syndicats ont aussi interdit l'accès aux représentants des Domaines, venus estimer la valeur des murs, le 29 septembre. « On compte également porter l'affaire sur le plan juridique », poursuit Olivier Dacheux. Les représentants syndicaux laissent enfin entendre qu'ils pourraient durcir leurs positions dans les instances où ils sont présents. « On a une capacité de nuisance assez importante », préviennent-ils.

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat - dans Mobilisations
commenter cet article

commentaires