Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ensemble

Rechercher

Privatisation

Afficher l'image d'origine

8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 23:53

Le directeur de l’office HLM suspendu

J.Va. | Publié le 24.12.2013, 07h00

Depuis vendredi, la délégation locale de l’office HLM des Hauts-de-Seine au Plessis-Robinson n’a plus de directeur de proximité. Celui-ci a été suspendu de ses fonctions.

C’est une lettre anonyme adressée au procureur de Nanterre, et dont « le Parisien » a eu connaissance, qui a semé l’émoi. Datée du 16 décembre, elle met en cause le directeur de l’antenne du Plessis pour des faits « d’utilisation du personnel à des fins personnelles » et de « détournement de fonds publics », qu’elle énumère précisément. 


Le courrier explique d’abord que les employés auraient fait de nombreux déplacements pour le compte de leur directeur : « Son moyen de remerciement […] est de leur offrir des journées de repos. Son secrétariat est alors chargé de badger à leur place aux heures d’arrivée et de départ, simulant ainsi leur présence. »

Déplacements, transport de packs d’eau, linge à repasser…

Sont retracés en annexe plus de 150 déplacements, datés au jour et au mois, qu’aurait effectués le personnel depuis 2007, comme « conduire sa fille en  », « transporter 30 packs d’eau de la délégation au domicile », « déposer du linge à repasser chez un salarié de la délégation », etc. Les rédacteurs livrent la photocopie d’un mot du directeur à transmettre à un cordonnier du VIIe arrondissement parisien, pour « un ressemelage complet […] » et demandant de « vérifier (la) couture du dessus », et le « délai » de la réparation.

La lettre détaille ensuite le procédé qui aurait pu permettre d’obtenir des « majorations auprès d’entreprises ayant un  en cours avec Hauts-de-Seine Habitat ». Majorations qui auraient permis, toujours selon les rédacteurs du courrier, de faire « réaliser des travaux chez lui ou chez des proches ». Contacté hier, le parquet de Nanterre a précisé que l’affaire « devrait faire l’objet d’une  préliminaire ». Par la voix de son avocat, l’office départemental HLM indique prendre « cette affaire tout à fait au sérieux ». Il précise qu’une « enquête administrative est également menée pour vérifier la teneur des éléments qui ont été transmis. Et nous nous tenons à la disposition du parquet ».

En 2002, le directeur a déjà fait l’objet de huit plaintes et plusieurs mains courantes, pour des faits de « harcèlement moral, sexuel », « propos discriminatoires et racistes » et « abus de pouvoir ». L’affaire avait été classée sans suite.

   

Le Parisien

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat - dans Actualités logement
commenter cet article

commentaires