Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Rechercher

 

 

28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 00:00

Adresse de l'article http://infos.lagazettedescommunes.com/29042/letat-veut-vendre-10-du-parc-social-le-mouvement-hlm-crie-a-la-trahison/


 

LOGEMENT SOCIAL

L’Etat veut vendre 10% du parc social, le mouvement HLM crie à la trahison

Avec l'AFP | A la une - France | Publié le 26/01/2010


[1]
Ce que je dis, c’est que les budgets de l’Etat ne vont pas exploser, donc il faut trouver de l’argent ailleurs et notamment par la vente de logements. L’idée de 1% par an me va tout à fait, a déclaré le secrétaire d’Etat au Logement Benoist Apparu.
Le parc des HLM compte en France quelque 4,2 millions de logements, dont environ un tiers construits après 1985, qui accueillent plus de 10 millions d’habitants.

Selon M. Apparu, 1% du parc vendu par an permet de dégager 2 milliards de fonds propres et un logement vendu permet de construire deux à trois logements neufs.


Le financement par les collectivités multiplié par 4


Faux, ce sont des idées simplistes, réplique le président de l’Union sociale pour l’habitat (USH), qui regroupe les sociétés d’HLM, le sénateur Thierry Repentin, dénonçant un désengagement de l’Etat et une logique de privatisation du logement social.
Il estime qu’en dix ans, la part de financement des collectivités locales a été multipliée par quatre (de 2 à 8%) et dans le même temps la part de subventions de l’Etat a été divisée par deux (de 6% à 3%).

Cette politique ne marche pas
, renchérit Michel Fréchet, président de la Confédération générale du Logement, association de défense des locataires, soulignant le peu de logements vendus.

De fait, sur 40.000 logements mis en vente en 2008, seuls 6.000 logements ont été vendus et encore moins (3.600) en 2009, notamment en raison de la crise, du manque de moyens des locataires et des banques moins prêteuses.

Mais je ne vois pas pourquoi ça marche pour certains qui arrivent à faire 0,5% et d’autres pas
, insiste M. Apparu.

En filigrane, ce que dénoncent les détracteurs de la politique du gouvernement, c’est une volonté de tuer le mouvement des offices HLM créé par l’Abbé Pierre, dit une source proche du dossier. Et une proximité du gouvernement avec les Sociétés anonymes (ESH, entreprises sociales pour l’habitat) qui représentent environ 45% du marché, au dépend des offices HLM (55%) qui dépendent des villes et des départements.


Libération a publié lundi 25 janvier une « note blanche » d’André Yché, président de la Société nationale immobilière (SNI), adressée au ministère et prônant notamment la vente de 10% du parc HLM en 10 ans. La SNI est une filiale immobilière du logement social de la Caisse des dépôts (CDC) qui assure environ 65% du financement du logement social.
Mes thèses sont connues depuis des mois. A la limite ce qu’on peut me reprocher c’est mon franc parler
, dit M. Yché.


De son côté, M. Apparu, admet partager les positions de M. Yché et défendre les idées qui se retrouvent souvent chez les grands bailleurs sociaux qui sont implantés sur tout le territoire et pas seulement sur une ville.
Il confirme vouloir s’appuyer plutôt sur les ESH pour mutualiser les fonds propres et construire dans les endroits où on en a besoin, soulignant que, pour l’heure, seulement 25% des logements sociaux sont construits dans les zones tendues où les loyers sont très élevés et la demande forte (Ile-de-France, Lyon, Bordeaux ou Marseille).


Une politique déconnectée de la réalité
, s’insurge M. Repentin, qui estime que dans notre pays, nous ne ferions plus un logement social sans l’implication croissante des collectivités locales.

Environ 1,2 million de ménages sont en attente d’un logement social et le déficit est estimé entre 800.000 et 900.000 logements. En terme de plafonds de ressources, 60% de Français ont droit à un HLM.

Partager cet article

Repost0

commentaires