Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ensemble

Rechercher

Privatisation

Afficher l'image d'origine

18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 10:05

CM-16102014.jpg

La C.G.T. AB-Habitat a de nouveau manifesté son opposition pour qu'Argenteuil rejoigne la Métropole du Grand Paris.

Les affiches décoratives ont été installées sur le parcours entre l'Office et la Mairie d'Argenteuil.

Nous avons également rappelé aux élus qu'il y en a marre de leur guéguerre et qu'ils doivent faire passer l'intérêt des argenteuillais d'abord.

images 20141016 183820 images-20141016_190159.jpg images-20141016_184102.jpg images-20141016_184041.jpg

 

Le Maire a fait voter les 2 délibérations :

- la demande d'adhésion à la Communauté d'agglomération Seine Défense (92)

- la saisine du représentant de l'Etat pour la répartition de l'actif et du passif et la liquidation de la communauté d'agglomération Argenteuil Bezons.

 

Pour autant rien n'est encore définitif car il faut que les autres villes prévues dans cette communauté d'agglomération délibèrent également. De plus la création de cette agglomération fait débat sur le département des Hauts de Seine. Voir également articles ci dessous.

Il en est de même concernant la liquidation de la Communauté d'agglomération Argenteuil Bezons, c'est quelque chose qui ne se fait pas si rapidement.

 

Le danger est bien réel mais tant que ce n'est pas fait il y a nécessité de se mobiliser pour préserver les intérêts des habitants de nos villes, de notre Office et des personnels. 

 

 


 

Argenteuil évoqué lors du conseil communautaire de Seine-Défense

Un “écho” paru le 24 septembre dans le magazine “L’Express”, affirmait qu’Éric Cesari, président (UMP) de la communauté d’agglomération Seine-Défense (Courbevoie et Puteaux) «devrait annoncer dans les prochaines semaines» l’extension de Seine-Défense. «Elle accueillerait Villeneuve-la-Garenne, Bois-Colombes, Argenteuil et Colombes, soit 354 000 habitants».

La perspective qu’Argenteuil arrive dans cette agglomération inquiète déjà certains élus locaux. Éric Cesari a été questionné à ce sujet lors du dernier conseil communautaire de Seine-Défense, le 10 octobre, notamment sur «la dette d’Argenteuil, 80 millions d’euros, qui reviendrait à la charge de la nouvelle collectivité en cas d’alliance. Vous qui êtes si attentif à ce que nous ne fassions pas de dette…»

 

Éric Cesari a répondu que s’agissant d’Argenteuil, «il ne peut y avoir de démarche avant [qu’elle] ne soit sortie de sa communauté actuelle (…) Pour l’instant nous sommes engagés dans des discussions. Il n’y a de prise de position définitive de la part de personne». Concernant la dette, «il y a des mécanismes prévus par les textes pour limiter les impacts financiers». Alors que certains à Seine-Défense verraient plutôt cette agglo se tourner vers «son territoire naturel : Nanterre, La Garenne-Colombes, Suresnes, Rueil-Malmaison et pourquoi pas Neuilly», Éric Cesari a plaidé pour arrimer son territoire à Colombes, Bois-Colombes ainsi que Genneviliers, une «démarche qui est celle du développement économique. Le bassin de vie et de développement est de ce côté-là, vers la boucle nord».

 


 

Des élus ne veulent pas unir La Défense et Argenteuil

F.H. | 17 oct. 2014, 07h00

Ils souhaitent un référendum. Des élus de Courbevoie et Puteaux demandent un référendum sur la création d'une nouvelle intercommunalité qui irait de La Défense à Argenteuil (Val-d'Oise). Hier soir, le conseil municipal () de cette ville -- très endettée -- du Val-d'Oise devait voter la sortie de son agglomération actuelle, afin de rejoindre la communauté formée par Colombes, La Garenne-Colombes et Bois-Colombes, dès le 1er janvier. En attendant la prochaine étape : rallier la communauté d'agglomération Seine Défense, composée des villes de Courbevoie et Puteaux. Or Eric Cesari,  (UMP) de Seine Défense, n'a pas caché sa volonté d'agrandir l'agglomération vers le nord du département, alors qu'il se dit opposé à une union avec la communauté d'agglomération du Mont-Valérien (Nanterre-Rueil-Suresnes).

, MoDem et EELV veulent la « Grande Défense »


« En écartant par principe un regroupement des communes aux alentours de La Défense, le projet de territoire proposé par Eric Cesari va conduire de fait à couper en deux ce bassin de vie et d'activité économique », déplore Jean-André Lasserre, conseiller général (PS) de Courbevoie Sud. Les élus de l'opposition PS, MoDem et EELV de Puteaux et Courbevoie soutiennent la création d'un territoire de la « Grande Défense » dans le cadre la création de la métropole du Grand Paris. Cette « Grande Défense » regrouperait Puteaux, Courbevoie, Nanterre, Suresnes, Rueil-Malmaison, La Garenne-Colombes et Neuilly, pour constituer un bassin de vie et d'emplois de 440 000 habitants.

 



Le divorce avec Bezons est-il possible ?

Maïram Guissé | 17 oct. 2014, 07h00
 
Pour Georges Mothron (2e en partant de la droite), le maire UMP d’Argenteuil, la séparation entre sa ville et Bezons interviendra le 1er janvier 2015.(LP/Alexandre Boucher.)

La séparation entre Argenteuil et Bezons semble inéluctable. Hier soir, dans une salle comble et un calme inhabituel, s'est tenu à Argenteuil un conseil municipal extraordinaire. L'adhésion définitive à la communauté d'agglomération Seine Défense (Hauts-de-Seine), composée actuellement de Courbevoie et Puteaux, a été votée à la majorité. « Colombes et Bois-Colombes doivent voter des délibérations pour rejoindre les deux villes, déclare le maire , Georges Mothron. Et cela assurera la continuité territoriale avec les communes de Seine Défense. » Philippe Doucet, élu d'opposition, évoque un « numéro de bluff ».

Pourquoi le maire veut-il quitter l'agglomération ?


Georges Mothron refuse que l'agglomération soit dirigée par Philippe Doucet. « Il a mis la ville à genoux pendant son mandat de maire », explique l'élu UMP, qui a repris la commune aux dernières municipales. « En 2008, la dette de la ville était de 200 M€, elle est passée à 300 M€. L'agglomération, créée en 2005, était vierge de dette. Aujourd'hui, elle en a une de 100 M€. » Le  socialiste est persuadé qu'il s'agit d'un règlement de comptes. « C'est un sujet très important qui doit dépasser les considérations de personne », martèle-t-il.

La ville a-t-elle vraiment le droit de claquer la porte ?


Oui. « Dès lors que la communauté d'agglomération ne compte que deux communes, le retrait de l'une d'entre elles est une dissolution », explique la préfecture. Selon l'article 5216-9 du Code général des collectivités territoriales, « la communauté d'agglomération est dissoute, par décret en Conseil d'Etat de plein droit lorsqu'elle ne compte plus qu'une seule commune membre. » Ce décret détermine les conditions dans lesquelles l'agglomération est liquidée.

Que signifie le vote d'hier soir au conseil municipal ?


« Nous actons la volonté de rejoindre Seine Défense, explique le cabinet du maire. Et, en second point, nous demandons à l'Etat de trancher sur la part de la dette revenant à Argenteuil, sur les choses dont elle dispose... » Comme dans un divorce, il s'agit d'appliquer la séparation de biens.

Quand le divorce sera-t-il prononcé ?


Georges Mothron ne laisse planer aucun doute. Argenteuil se séparera de Bezons le 1er janvier 2015. « Nous savons bien que la dissolution de l'agglomération se fera progressivement jusqu'en avril 2015. Mais rien n'empêche Argenteuil de rejoindre Seine Défense en début d'année. Les villes de cette nouvelle communauté, dans un premier temps Colombes et Bois-Colombes, vont délibérer dans les semaines à venir. Tout va arriver très vite », insiste le cabinet du maire.

Qu'est-ce que cela va changer pour les habitants ?


« L'intérêt d'Argenteuil est de se tourner vers La Défense et Paris, réagit le cabinet du maire. C'est plus avantageux en termes d'emplois, d'opportunités, de développement de la ville. » La commune espère aussi qu'il y aura un impact sur la fiscalité. « Il y a un matraquage fiscal des habitants, on peut arrêter cela en rejoignant Paris Métropole. Ça ne se fera pas en un jour. Mais avant la fin de son mandat, Georges Mothron tiendra sa promesse de baisser les impôts. »

Des projets risquent-ils de tomber à l'eau ?


Rien ne peut entraver les chantiers débutés dans l'agglomération. Philippe Doucet et Dominique Lesparre, maire (PC) de Bezons, sont catégoriques. « Un budget a été voté sur trois ans avec un plan d'actions, insiste le second. Nous allons continuer de travailler. » Les dossiers concernant les bords de Seine se poursuivront donc normalement. « Tout comme le travail commencé avec Autolib' pour que les voitures en libre-service arrivent dans les deux gares d'Argenteuil et au pont de Bezons », détaille Philippe Doucet.

Que va devenir Bezons ?


Dominique Lesparre ne croit pas au départ d'Argenteuil. « Le maire demande à rejoindre une agglomération qui n'est pas créée et dans laquelle il n'y a pas de continuité territoriale, argumente-t-il. C'est un mensonge d'affirmer que la communauté sera dissoute au 1er janvier 2015. »

Bezons ne compte pas quitter l'agglomération. « Dans le meilleur des cas, Argenteuil rejoindra Paris Métropole le 1er janvier 2017. Dans le pire des cas, au 1er janvier 2016. D'ici là, nous restons ensemble. » De son côté, le préfet de région propose à la ville de se tourner vers le département des Yvelines.

images-20141016_184023.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat - dans Actualités Argenteuil
commenter cet article

commentaires