Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Rechercher

 

 

29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 21:34
loi-SRU-VO.jpg

Dominique Lesparre, vous avez pris l’initiative d’organiser des Assises du logement à Bezons, la ville dont vous êtes maire. Quel en était votre objectif ?

Dominique Lesparre : La crise actuelle du logement est d’une extrême gravité. L’état des lieux, que les élus connaissent pour y être confrontés, met en évidence l’ampleur du problème et les difficultés qu’il génère pour des ménages toujours plus nombreux.


Nous assistons à un véritable désengagement de l’Etat qui, non seulement ne s’attelle pas à résoudre le problème, mais l’aggrave, notamment en coupant le robinet des crédits. Or, les citoyens en général et toutes ces personnes confrontées au mal-logement, en particulier, ignorent l’origine et les causes de leurs difficultés à se loger dignement.

Les principaux médias font preuve d’une très grande complaisance à l’égard du pouvoir en traitant cette problématique avec voyeurisme sans jamais pointer ses responsabilités.


Cette méconnaissance des orientations gouvernementales, à laquelle s’ajoute le fatalisme ambiant conduisent tout naturellement les citoyens dans la difficulté à se tourner vers la Mairie plutôt que vers l’Elysée ou Matignon.

A Bezons, nous recensons 4 700 logements sociaux (38 %) et plusieurs centaines sont construits chaque année, mais ils ne suffisent plus à reloger les 1 600 demandeurs. Je suis, à tort, pointé du doigt, alors que je ne suis pas responsable de la situation.


C’est l’une des raisons pour laquelle nous avons décidé de lancer une grande campagne municipale d’information et de débats sur le sujet partant du principe que des citoyens informés sont davantage en capacité d’agir.
Lire la suite en cliquant le lien suivant:
link

Voir également La lettre du logement: LDL Bezons N 12 LDL Bezons N 12

Partager cet article

Repost0

commentaires