Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ensemble

Rechercher

Privatisation

Afficher l'image d'origine

6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 00:00

Les positions de la CNL confirmées par le

rapport de la Fondation Abbé Pierre

 

La fondation Abbé Pierre vient de rendre public son rapport 2009 sur le mal logement, une référence en la matière. La Confédération Nationale du Logement y voit la confirmation de son analyse de la situation. La Fondation démontre, en effet, le décalage de plus en plus important entre la crise du logement et les réponses apportées par l’Etat.

 

Les chiffres sur le mal-logement annoncés par le rapport mettent en évidence de  façon criante l’ampleur de la crise du logement : c’est en tout 3.5 millions de personnes non ou mal logés et 6.5 millions de personnes en situation de fragilité de logement. Par ailleurs, le rapport insiste particulièrement sur la paupérisation des ménages et en particulier des plus modestes, ce que la CNL constate sur le terrain et dénonce depuis plusieurs années.

 

Le rapport confirme également ce que la CNL dénonce depuis longtemps : le désengagement total de l’Etat puisque que l’effort en matière de logement se situe pour 2008 à 1.11% du PIB.

 

Enfin, la CNL fait sienne l’analyse de la Fondation sur le plan de relance qui n’est absolument pas à la hauteur des besoins. Non seulement ce plan ne compense pas les millions d’euros en moins dans le budget logement 2009, mais, en plus, il comporte moins de 50% de logements véritablement sociaux.

 

Pour la CNL, il est donc crucial qu’une politique de développement du logement social à la hauteur de l’urgence soit rapidement mise en œuvre par la construction de logements véritablement sociaux. Pour répondre aux besoins des ménages, il est primordial que les loyers soient gelés et que les aides personnelles soient revalorisées de manière significative. Il faut aussi mettre un terme au « braquage » du 1% par l’Etat car c’est un dispositif essentiel de financement du logement social ; il doit retrouver la plénitude de ses moyens et de sa gestion par les partenaires sociaux.

Partager cet article

Repost 0

commentaires