Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Rechercher

 

 

6 octobre 2020 2 06 /10 /octobre /2020 18:16

Les logements actuels répondent mal aux besoins des Français

Marie-Noëlle Frison |  le 06/10/2020  |  Alterea  Altarea Cogedim Logement Qualitel France

Ma newsletter personnalisée

Selon le baromètre Qualitel-Ipsos sur la qualité du logement présenté ce 6 octobre 2020, les Français attendent des logements plus grands, mieux aménagés et mieux adaptés au télétravail et au vieillissement.

 

 

 

Les Français sont à l’étroit dans leur logement. L’enquête menée pendant le confinement par l’Institut des hautes études pour l’action dans le logement (Idheal) l’avait révélé. Les résultats du quatrième baromètre Qualitel consacré à la qualité du logement, présentés le 6 octobre 2020, viennent le confirmer.

«Le confinement a été un révélateur du besoin d’espace des Français, résume Brice Teinturier, directeur général délégué d’Ipsos France, partenaire de ce baromètre réalisé pendant le confinement. La relation à l’espace est très structurante. Il y a un lien clair, évident et totalement démontré entre la taille d’un logement et la satisfaction qu’il donne à ses occupants ».

 

 

 

Besoin d'une pièce en plus


En effet, 77 % des résidents d’une surface supérieure à 120 m2 ont trouvé leur logement adapté au confinement, contre seulement 12 % des personnes vivant en studio. Les jeunes et les familles sont les premières victimes du manque d’espace. Chez les 25-34 ans, il y a 20 m² d’écart entre la surface idéale d’un logement et la surface réelle dont ils bénéficient. «Il faut arriver à plus de 60 ans pour que l’écart entre la surface rêvée et la surface effective se résorbe », indique Brice Teinturier.

« A cette fracture générationnelle s’ajoute une fracture territoriale ». Les habitants de l’agglomération parisienne et des métropoles souffrent davantage du manque d’espace. Les franciliens rêveraient d’avoir 17m² de plus (c’est-à-dire un logement de 100 m² plutôt que les 83 m² dont ils bénéficient en moyenne) et 63 % d’entre eux disent avoir besoin d’une pièce en plus.

Toutes régions confondues, 41 % des familles avec au moins deux enfants vivant en appartement ne disposent pas d’une chambre par enfant. Le fait de disposer d’une chambre pour chaque enfant est pourtant jugé indispensable par 86 % des Français, avant la présence de WC séparés de la salle de bains (82 %), d'un jardin (82 %), d'espaces de rangements intégrés (79 %) et d'un balcon ou d'une terrasse (79 %). La moitié des Français se plaignent également du manque de place pour installer des poubelles de tri sélectif dans leur cuisine.

Les logements apparaissent également étriqués en terme de volume. La hauteur sous-plafond des appartements (240 cm en moyenne) a perdu 27 cm depuis 60 ans alors que, sur la même période, la taille moyenne des Français a augmenté de 7cm.

 

Priorité aux espaces de rangements


Outre la superficie, l’aménagement intérieur du logement apparaît comme un levier pour aider les Français à mieux vivre dans leur logement. S’ils pouvaient choisir, les Français augmenteraient en priorité la taille de la pièce à vivre avant celle de la chambre principale, de la chambre des enfants, de la salle de bains ou de la cuisine. A noter : la cuisine ouverte, qui équipe 86 % des logements livrés depuis 2010, est plébiscitée par les familles et les jeunes. Ainsi, 72 % des moins de 35 ans et 60 % des 35-44 ans préfèreraient avoir une cuisine « américaine ».

Les espaces de rangement apparaissent également comme prioritaires, devant la surface totale du logement, le nombre de pièces et leur distribution. Malgré ce besoin, les caves ont tendance à disparaître des logements neufs (36 % des constructions post-2010 en disposent, contre 65 % des logements construits il y a plus de 10 ans), au profit des parkings, des garages et des locaux vélos et poussettes.

 

Sur le même sujet«On ne peut plus continuer à faire du logement et du bureau comme avant», Alain Dinin, Nexity

 

Des logements inadaptés au télétravail et au vieillissement


La modularité est un autre besoin exprimée par les Français. Mais, là encore, les logements actuels y répondent mal. 34 % des Français estiment que leur logement n’est pas adapté au télétravail, 40 % d'entre eux ne disposant pas de bureau ou de coin pour travailler.

Les Français déplorent également l’inadaptation de leur habitation au vieillissement. Plus des deux tiers des plus de 60 ans (67 %) souhaiteraient passer le reste de leur vie dans leur logement mais 49 % des seniors pensent que ce dernier n’est pas adapté.

La présence d’escaliers et de marches ainsi que l’inadaptabilité de la salle de bain sont les principales raisons de cette inadaptation. « En 2050, 20 millions de Français auront plus de 60 ans. Le vieillissement est un enjeu majeur », prévient Brice Teinturier.

Partager cet article

Repost0

commentaires