Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Rechercher

 

 

20 mai 2020 3 20 /05 /mai /2020 08:50

Aline Dupré et Bernard Dantec sont tous les deux standardistes à la Caisse d’Epargne Ile-de-France. Ils se connaissent depuis octobre 1993. A cette date, elle est déjà à son poste et se souvient avoir alors formé son collègue qu’elle pensait au même niveau en termes de diplôme et de compétences. "Non, je pense qu’Aline a un niveau d’études supérieur au mien. Elle a le bac, moi je ne l’ai pas”, rectifie-t-il en présence du magazine "Cash Investigation" (Facebook, Twitter, #cashinvestigati). Plus d'ancienneté, plus de qualifications pour un même emploi. Aline devrait en toute logique être un peu mieux payée que Bernard. Et longtemps, ils ont cru être à égalité en matière de salaire…

A la fin du mois, Aline gagnait moins que Bernard, mais ils ont toujours pensé que c’était parce qu’elle était à temps partiel… "Je disais, oui, c’est normal, tu travailles deux jours de plus que moi. Je travaille trois jours, tu travailles cinq jours. Je n’avais jamais fait le rapprochement de me dire : 'Mais même si je travaillais deux jours de plus, je gagnerais moins que lui'.” Bernard gagne 2 635 euros net par mois. Quant à Aline, même si elle était à temps plein, ne gagnerait que 2 300 euros net par mois. Rapporté au salaire horaire, Aline gagne 2 euros net de moins que Bernard !

“Oh, la vache !” s’exclame la femme devant cette différence de salaire

A quel moment l’écart entre les deux collègues s’est-il creusé ? Le magazine d’investigation présenté par Elise Lucet a établi un comparatif sur toute la carrière des deux collègues à la Caisse d’Epargne Ile-de-France. En vert, la courbe de salaire de Bernard, en orange, celle d’Aline. Le graphique montre que l’homme dépasse la femme en 1997 : "Quand j’ai pris mon second congé maternité en fait", constate-t-elle. Bernard a eu ses enfants en 1992 et 1995. “Ben, elle n’a pas bougé ta courbe à toi… En 1995, tu montes même !” Et en effet, elle grimpe en… 1995 ! “Oh, la vache !” s’exclame la femme devant cette inégalité salariale.

L’écart de 2 euros arrive en 2002 et perdure jusqu’à aujourd’hui, soit dix-sept ans à ce sous-régime salarial ! Un manque à gagner pour Aline estimé à 36 000 euros. “Combien la Caisse d’Epargne, ou des entreprises, ont-elles fait d’économies, sur un travail équivalent de femmes qui vendaient les produits qu’on leur demandait, qui rendaient les dossiers quand on leur demandait, qui ont toujours eu 1, 2, 3, 4, 5 euros de plus, enfin de moins, en règle générale ? Combien les entreprises ont fait d’économies sur ces petites mains ?” interroge-t-elle.

Un extrait de "Egalité hommes femmes : balance ton salaire", une enquête de Zoé de Bussierre diffusée mardi 19 mai 2020 à 21 heures sur France 2. 

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Partager cet article

Repost0

commentaires