Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Rechercher

 

 

31 mars 2018 6 31 /03 /mars /2018 16:01

LE CERCLE/TRIBUNE  - Le projet du gouvernement ne permettra pas d'enrayer la crise du logement. Il faut penser la demande avant l'offre, c'est-à-dire construire en fonction des besoins des Français.

L'engagement de campagne du président de la République Emmanuel Macron était de placer le logement au coeur de l'accès à l'emploi, au coeur du défi environnemental, au coeur, surtout, de la fracture sociale et territoriale. Il précisait même qu'il voulait résoudre la question de l'accès à des logements de qualité avec un engagement fort des pouvoirs publics.

Il se dégage ainsi deux exigences fondamentales. D'abord, celle qui oblige à un diagnostic qui part des situations concrètes en prenant en compte les besoins spécifiques de toutes les strates de la population : des étudiants aux seniors en passant par les actifs, les personnes à mobilité réduite ou encore les familles dont les nouvelles formes vont inévitablement paramétrer les lieux de vie.

>OPINION - Crise du logement : libérons l'offre locative privée

Ensuite, celle de l'efficacité, qui demande effectivement la concentration des moyens de l'Etat. Hélas, force est de constater que  l'avant-projet de loi de gouvernement, actuellement en débat à l'Assemblée nationale et au Sénat, s'axe insuffisamment sur ces évolutions.

Si les grandes villes françaises manquent sans conteste de logements, la question d'en construire de nouveaux dans de plus petites villes ne se pose pas de la même manière. Chaque territoire a sa spécificité. Il est donc primordial de permettre l'ajustement des outils nationaux d'aide ou d'incitation.

Encore une fois, si le principal moteur permettant de faire baisser les prix est la construction massive de logements, nous ne pouvons ni ne devons ignorer le fait que, sans les données sociologiques et démographiques, l'idée de créer un choc d'offres, pour tasser les prix, reste hypothétique. Le besoin global de nouveaux logements, estimé à 400.000 par an, évoluera parallèlement à la croissance démographique : en France, on comptera 7 millions d'habitants supplémentaires en 2040, selon l'Insee.

Logement des jeunes : un défi majeur pour Macron

Politique du logement : éviter les demi-mesures

L'improvisation ne fait pas une politique du logement

Partager cet article

Repost0

commentaires