Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Rechercher

 

 

18 février 2018 7 18 /02 /février /2018 19:05

Ile-de-France : les gardiens de HLM ont le blues

>Île-de-France & Oise>Paris|Céline Carez|14 février 2018, 19h55|MAJ : 14 février 2018, 19h57|0
Pascal Benmati et Hassane El-Hossi, tous deux gardiens de HLM chez 3F, délégués syndicaux Unsa, posent devant une loge d’un immeuble dans le XIIIe. Ils seront en grève ce jeudi. LP/Céline Carez
 
 

Les gardiens du bailleur social 3F sont en grève ce jeudi avec d’autres salariés. Un événement rare : leur dernière grève remonte à 2003 !

Le blues dans les loges de gardiens de HLM ? Ce jeudi, des gardiens d’immeubles du bailleur social Immobilière 3F sur toute l’Ile-de-France, seront en grève, à l’appel des syndicats Unsa et CGT. Un événement assez exceptionnel dans cette catégorie socioprofessionnelle. « La dernière fois qu’il y a eu un vrai mouvement », indique Hassane El-Hossi, gardien dans un immeuble à Paris, derrière le boulevard des maréchaux (XXe) et également délégué syndical Seci-Unsa, « c’était il y a 15 ans en 2003 ! ».

Le matin, à partir de 9 h 30, les grévistes parmi les 1 140 gardiens d’Île-de-France (129 à Paris) mais aussi du personnel administratif, ouvriers, agents, ouvriers, cadres, camperont en bas du siège social de la société 3F immobilière, au 159, rue Nationale (XIIIe).

Il est difficile de présager l’ampleur du mouvement. Seule l’intersyndicale Unsa - CGT appelle l’ensemble des salariés du Groupe 3F à débrayer.

Les deux syndicats ont envoyé un courrier à leur direction pour déplorer « l’échec des négociations annuelles obligatoires sur les salaires » mais aussi « des problèmes de reconnaissance, des conditions de travail dégradées ».

« Il y a eu ce matin (ce mercredi, NDLR) une réunion de dialogue social avec les cinq autres syndicats », se défend le porte-parole de 3F. Et des avancées, notamment « une augmentation de 1,7 % pour ceux qui sont salariés depuis plus d’un an ».

Pour Pascal Benmati, gardien à Paris XXe et délégué syndical Unsa, « cette grève raconte aussi le mal-être des salariés dans une boîte qui fait pourtant de l’argent, avec une quarantaine de salariés en burn-out ».

Et de détailler la vie de gardien « de plus en plus dure, des incivilités, de l’insécurité dans certaines cités, des insultes, des agressions physiques contre les gardiens », dont certaines ont donné lieu à des procédures judiciaires avec condamnation du locataire agresseur et exfiltration urgente de la famille du gardien sur un autre site.

« On fait tout pour protéger nos salariés », insiste-t-on chez 3F.

Pour Jean-Jacques Anding, « spécialiste HLM », administrateur de Paris Habitat, le plus gros bailleur francilien, représentant les locataires au titre de la CLCV (l’une des plus importantes associations qui défend les locataires de HLM), le métier de gardien est peut-être plus anxiogène qu’avant. « Il y a une montée de violences sur certains sites. Mais surtout, leur travail a changé. Ils sont de plus en plus confinés dans leur loge devant leur ordinateur, avec des tâches administratives. Le métier s’est déshumanisé ».

Paris habitat l’a senti… Un cabinet de sociologues vient d’être missionné pour se pencher, entre autres, sur le blues des gardiens d’immeubles d’Ile-de-France.

Partager cet article

Repost0

commentaires