Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ensemble

Rechercher

Privatisation

Afficher l'image d'origine

23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 10:57

Tour de vis sur les aides au logement

>Economie>Votre argent|Erwan Benezet et Boris Cassel (avec Myriam Encaoua)|23 juillet 2017, 8h53 | MAJ : 23 juillet 2017, 9h18|6
6,5 millions de Français (dont 800 000 étudiants) qui touchent les aides au logement vont devoir se serrer la ceinture.LP/Frédéric Dugit
1/2
 
 

6,5 millions de Français devront se passer d'une partie de leurs APL pour payer leur loyer. Elles seront réduites de 5 € par mois dès le 1er octobre.

Aucune autre aide sociale n'a pris autant de place dans la vie des français. Et pour cause : une famille sur cinq en bénéficie chaque mois. Dont une majorité se trouvent, selon la Cour des comptes, sous le seuil de pauvreté.

 

Et pourtant... Les 6,5 millions de Français (dont 800 000 étudiants) qui touchent les aides au logement vont devoir, encore un peu plus, se serrer la ceinture. Leur aide personnalisée au logement (APL), allocation de logement à caractère social (ALS) ou à caractère familial (ALF) sera amputée de 5 € par mois. A l'année, le manque à gagner sera donc de 60 €, une somme loin d'être négligeable quand on sait que le montant moyen de l'APL tourne autour de 25 € par mois.

 

 -

 

Une coupe dans le budget de personnes souvent isolées qui s'appliquera dès le er octobre, comme l'a confirmé à notre journal Jacques Mézard, le ministre de la Cohésion des territoires, également en charge du logement. Un décret est même déjà prêt à être publié. Au beau milieu de l'été donc...

 

Faut-il y voir une stratégie pour passer en catimini une mesure impopulaire ? Halte là ! «Ça n'est pas le calendrier estival qui a guidé ce choix, c'est la réalité budgétaire», jure-t-on dans l'entourage du Premier ministre, Edouard Philippe. Avant de refaire le film des événements : «Tout s'est enchaîné, le rapport de la Cour des comptes rendu le 30 juin, la déclaration de politique générale, les annonces budgétaires de Darmanin...».

 

 

 

 

Une remise à plat du système

 

Anticipant déjà les critiques, l'actuel gouvernement renvoie la responsabilité de cette décision à son prédécesseur, sous le quinquennat Hollande, qui aurait même préparé cette mesure, sans l'annoncer. Une version vigoureusement démentie par Christian Eckert, ex-secrétaire d'Etat au Budget.

 

Pourquoi un tel tour de vis dans ces aides sociales ? Le gouvernement met en avant un trou de 140 M€ dans la ligne budgétaire des aides au logement de la loi de finances 2017 «qu'il faut bien combler». «En ne baissant que de 5 €, on a essayé d'être le plus modéré possible dans les efforts demandés. Nous avons conscience que les bénéficiaires sont fragiles», précise-t-on à Matignon. Sur les trois derniers mois de l'année, cette baisse devrait permettre d'économiser près de 100 M€.

 

 

 -

 

Alors qu'un allégement massif d'impôt pour les plus riches, dans le cadre de la réforme de l'ISF, se profile, un coup de rabot général sur les plus pauvres pourrait rapidement devenir politiquement explosif. D'autant que le dossier APL ne va pas se refermer de sitôt.

 

Dans son discours de politique générale, le 4 juillet, le Premier ministre, Edouard Philippe, a insisté sur la nécessité de «repenser les politiques publiques qui pèsent sur nos actifs sans suffisamment de résultats», citant notamment le logement.Cette diminution de 5 € ne constitue donc qu'une étape. Une remise à plat générale de ces aides au logement, qui coûtent 18 Mds€ par an à l'Etat, est prévue à l'automne.

 

Erwan Benezet et Boris Cassel (avec Myriam Encaoua)

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat
commenter cet article

commentaires