Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ensemble

Rechercher

Privatisation

Afficher l'image d'origine

2 avril 2017 7 02 /04 /avril /2017 18:33

>|Frédéric Naizot|02 avril 2017, 11h10 | MAJ : 02 avril 2017, 17h57|0

http://s1.lprs1.fr/images/2017/04/02/6817392_f4facda2-1781-11e7-aafc-98ad64f9863b-1_1000x625.jpg

Les policiers de la sûreté départementale du Val-d’Oise viennent de saisir près de 30 kg de cannabis dans la cité des Sycomores. (DDSP 95.)

 

Frédéric Naizot

BezonsFaits divers 95Trafic de drogueSycomores

Bezons confirme son statut de plaque tournante du cannabis. Les policiers de la sûreté départementale du Val-d’Oise viennent de saisir près de 30 kg de cannabis dans la cité des Sycomores. L’opération menée ces derniers jours dans le quartier a permis l’interpellation de quatre trafiquants présumés déférés devant la justice. Ils doivent être jugés devant le tribunal correctionnel ce lundi, en comparution immédiate.

C’est une enquête flash qui démarre à la mi-mars avec un premier renseignement. Les enquêteurs apprennent qu’un trafic de stupéfiant s’est installé dans la cité des Sycomores, avec pour point névralgique un appartement dans lequel le produit serait stocké.

Des surveillances sont aussitôt mises en œuvre sur le quartier. Elles permettent de confirmer rapidement l’existence du trafic, et surtout d’identifier le rôle clé de deux suspects. Le premier pourrait être la nourrice du trafic, celui chez qui le cannabis est entreposé. Le second serait le gérant de ce point de vente. Le lundi 27 mars, de nouvelles planques sont mises en place, doublées de surveillances techniques. Tout se confirme, ce qui conduit les enquêteurs à organiser le lendemain une opération sur le quartier.

 

http://www.leparisien.fr/images/2017/04/02/12d7e084-1783-11e7-aafc-98ad64f9863b_1.jpg

DDSP 95

 

De nombreux fonctionnaires sont ainsi mobilisés. Dans l’appartement suspecté d’abriter le cannabis, ils surprennent la nourrice présumée occupée à découper les pains de résine et de confectionner des pochons d’herbe. Il s’agit d’un homme âgé de 37 ans, qui tenait manifestement un rôle plus important que celui de simple détenteur du produit. Dans l’appartement, les enquêteurs découvrent surtout près de 19 kg de résine de cannabis et plus de 10 kg d’herbe. Des produits dont la valeur peut être estimée à 100 000 € environ. Le gérant présumé du trafic, qui est âgé de 23 ans, est lui aussi appréhendé par les forces de police avant d’être également placé en garde à vue.

Le lendemain, deux jeunes de 22 ans soupçonnés d’être les guetteurs des trafiquants, ceux qui assurent aussi un rôle de physionomistes en repérant les clients qui se présentent dans la cité pour les mettre en contact avec les dealeurs, sont à leur tour interpellés. Les quatre suspects sont déjà connus des services d’enquête pour leur implication dans des affaires de stupéfiants.

Début mars, les enquêteurs du groupe stup de la sûreté d’Argenteuil avaient démantelé un autre trafic à Bezons, dans la cité du Colonel Fabien. Ils avaient mis un terme à un trafic ouvert aux clients de 15 heures à 22 heures, pour un chiffre d’affaires quotidien d’au moins 5 000 €. Une centaine de personnes venait acheter à des vendeurs encagoulés du cannabis vendu à la carte, comme au restaurant, choisissant parmi les différentes qualités proposées : « B-52 », « Super silver H » « Monster » pour 20 €, « G 13 Haze » pour 50 € ou encore « Best Hasch Tighdine » pour 50 € les 5 g. Trois personnes, âgées d’une vingtaine d’années, avaient été placées en garde à vue, et 5,7 kg de résine saisis.

leparisien.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat
commenter cet article

commentaires