Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ensemble

Rechercher

Privatisation

Afficher l'image d'origine

9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 10:23

C’est avec une grande émotion que nous avons appris la disparition de Roger Ouvrard, Maire d'Argenteuil de 1995 à 2001.

Nous voulions témoigner toute notre sympathie et soutien à sa famille en cette douloureuse épreuve.

Nous ne pouvons que rendre hommage à ce grand homme qui a toujours été au plus près des populations en souffrance et au côté des femmes et des hommes qui se battent pour rendre notre société plus juste, que ce soit dans nos combats communs pour la défense du logement social, des services publics mais sur bien d’autres domaines de la vie (culture, sport,....). Il était de toutes les manifestations autant que sa santé le lui permettait et n’a jamais perdu son pouvoir d’indignation et de lutte. C’est au travers de tout cela qu’il enracinait son engagement politique au sein du P.C.F. Son analyse, ses réflexions, ses responsabilités sont des témoignages et un rappel du vrai sens de la politique. Il était capable de défendre des convictions fortes tout en sachant être à l’écoute des autres avec de grandes capacités d’ouverture et de confrontations d’idées.

C’est cette image que nous conserverons de Roger Ouvrard qui restera pour nous un exemple d’humanisme et de simplicité. C’est grâce à la rencontre de ce type d’hommes ou de femmes que nous gardons notre capacité d’indignation et notre volonté de construire un monde plus juste, plus fraternel.

Avec toute notre amitié,

Le syndicat CGT AB-Habitat

 

Hommage prononcé par Raymond Monteil le 13/01/2017

..J’ai connu, le militant Roger Ouvrard, à la fin des années 60. Vers mi 1971, devenu secrétaire du comité de ville du Parti communiste, je côtoie, l’homme public Roger, régulièrement. Élégant, jovial, dynamique et sympathique, en un mot un camarade exceptionnel avec lequel il était agréable de travailler, y compris lorsqu’il y avait débat.

Je découvre, l’homme Ouvrard, courant 1976, quand il décline la proposition de ce comité de ville, quasi unanime, de prendre la succession de Victor Dupouy à la mairie de notre ville. Surprenant, alors qu’il y a plutôt bousculade au portillon des candidatures. Après entretien, je comprends que derrière le personnage offrant sa prestance au public, il y a un homme, modeste, humble, réservé et pudique.

J’apprends plus tard que cette proposition lui a été faite aussi, par, Victor lui-même, Léon Feix, alors Député, et Fernand Chatelain sénateur. Mon opinion se construit assez rapidement. Visiblement, la charge ne l’impressionne pas trop mais les honneurs, l’aura, attachés à la fonction le bloquent. Plus tard, il m’avoue, que succéder à Victor Dupouy, Commandant de la Résistance, Maire historique, ce géant, porté aux nues par tout le monde, est, psychologiquement, au dessus de ses forces.

En 1995, le parti communiste, traverse depuis des années, à Argenteuil, une crise aigue. Face à une situation grave, Roger se laisse convaincre, non sans difficultés, de prendre la tête de la liste d’union de la gauche. Devant le péril, il surmonte ses réticences et conduit sa liste au succès. Il devient un Maire populaire largement respecté.

Avec un courage et une volonté reconnus par les autorités de tutelle il s’attache à redresser les finances de la ville, qui échappe, ainsi, à la mise sous tutelle.

Anti cumul des mandats avant la mode, en 1998, il laisse son mandat de Conseiller général pour se consacrer à la ville et favoriser le renouvellement. Le même souci l’avait guidé quelques années auparavant, dans son refus d’être candidat aux élections législatives précédentes.

 

Malgré les difficultés financières, il ne néglige pas la construction des équipements nécessaires.

Je témoigne de l’énergie qu’il déploie pour faire aboutir, contre les obstacles politiques et les recours, le centre commercial Coté Seine. Cet équipement loin d’être conçu, en soi, a pour objectif de dynamiser le centre ville. Avec l’association des commerçants, des aménagements sont prévus pour faciliter la circulation entre Coté Seine et les commerces du centre ville.

Malheureusement, si le Centre commercial voit le jour, la démarche initiale n’aboutira pas faute de temps suffisant.

D’autres projets, présentés aujourd’hui comme novateurs et nécessaires, reprennent des ambitions anciennes.

Il en est ainsi de la liaison ferrée Sartrouville – Noisy-le-Sec dite Tangentielle Nord. Le principe en est posé par Roger en 1986 au Conseil Général. A la suite d’une visite sur site, a la fin des années 90, avec le Ministre des transports de l’époque, l’ouverture est envisagée pour 2004.

Les réalisations ne vont pas sans luttes. Or, faute des soutiens suffisants, le dossier restera dans les tiroirs. Aujourd’hui l’ouverture est prévue pour 2027. Largement le temps de retomber dans un tiroir, alors ne baissons pas la garde.

De même la prolongation du tram, du pont de Bezons par la route de Pontoise au centre ville d’Argenteuil par le Val Nord revient à l’ordre du jour. Je rappelle qu’une étude a été faite pour le faire passer sous la dalle.

Trois autres projets sont morts nés sous mes yeux.

  • le multiplexe pour lequel Pathé avait acheté le terrain sur lequel est implanté le terrain de jeux, à l’entrée du pont d’Argenteuil. Il renaît aujourd’hui, sur l’espace Jean Vilar, alors que, depuis, le Figuier Blanc a été construit et que d’autres complexes de cinéma ont été ouverts ou sont en projet dans les villes environnantes.
  • La jardinerie qui devait s’installer en haut de l’avenue de Stalingrad ne verra pas le jour.
  • Les deux hôtels, de catégories différentes, prévus pour compléter le site du centre commercial ont été remplacés par des logements. Aujourd’hui, on retrouve l’utilité hôtelière avec le projet envisagé sur le site de la gare centrale. C’est bien, mais ce n’est que du réchauffé.

Roger a donc porté une vraie politique d’aménagement de notre cité.

Les projets mort-nés, comme le résultat de l’élection en 2001, ou sa liste est battue, de justesse, sont la conséquence de la politique politicienne pratiquée, surtout, par ses faux amis mais aussi par ses vrais adversaires.

Roger, avait aussi une dimension humaine universaliste ce n’était pas seulement un gestionnaire.

Il n’était pas de ces hommes que dénonce Pascal quand il écrit : « Les hommes n’ayant pu guérir, la mort, la misère, l’ignorance, ils se sont avisés, pour se rendre heureux, de ne point y penser ».

 

Roger ne faisait pas qu’y penser, il agissait avec beaucoup d’intrépidité comme le montrent ses initiatives, avec les jeunes, pour la paix et l’amitié entre les peuples.

Roger avait encore une autre dimension qui fait mentir Aragon. Dans « Les beaux quartiers », notre grand poète pose cette interrogation : « Il faut savoir comment on gouvernera ? » et il écrit : « depuis toujours il n’y a que deux méthodes : la force ou la ruse. » Roger en avait une 3ème, la concertation avec les intéressés, en un mot la démocratie. Certains lui en faisaient même le reproche de « toujours consulter ».

 

A voir les résultats des politiques définies par les experts auto désignés, les ‘sachants’, au service du Dieu ‘Argent’, il est permis de penser que si les citoyens étaient, vraiment, associés aux décisions qui les concernent ce ne serait pas plus mal.

Les Argenteuillais, les communistes, les jeunes, perdent un ami, au service de l’Humain d’abord, un citoyen amical, respectueux des autres, à l’écoute des besoins et des avis de ses compatriotes, toujours prêt à aller décrocher les étoiles pour ses semblables.

Mesdames, Messieurs, chers ami(e) s et camarades, par ces quelques mots j’exprime ma reconnaissance à un camarade auprès duquel j’ai beaucoup appris et eu du plaisir à défendre notre noble cause, celle du monde du travail.

Quand je pense à l’ampleur des difficultés qui nous attendent, je mesure le vide que la disparition de Roger nous laisse.

Colette, Aurélien, Frédéric vous pouvez être fiers de votre mari ou papa et compter sur mon amitié indéfectible .

 

Les Argenteuillais, les communistes feront, j’en suis sur, tout pour être dignes de toi Roger.

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat
commenter cet article

commentaires