Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ensemble

Rechercher

Privatisation

Afficher l'image d'origine

30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 08:20
 
  
 
1954-2016. Les personnes mal logées toujours aussi mal logées. Rappelez avec nous. Signez le Rappel ! Mes amis, au secours... Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant hier, on l'avait expulsée... Chaque semaine, ils sont encore des milliers — ici ou ailleurs — à risquer leur vie, sans toit, sans pain, plus d'un presque nu. Il y a ceux-là et il y en a d'autres : qui peinent sur nos routes, qui dorment sous nos ponts, qui crèvent dans nos boues. Écoutez-nous ! On ne peut plus laisser une moitié du monde vivre et danser et l'autre la regarder faire sans avoir rien à avaler ni un toit sous lequel s’abriter : nous devons nous organiser. Notre monde comme notre pays ont de quoi soulager la faim et le froid. Il faut que sans attendre, dans toutes les villes de France, dans chaque quartier de Paris, de nos villes et nos campagnes, chacun apporte sa pierre ou sa voix à un chœur immense qui dira à tous ceux qui souffrent ces simples mots : « Toi qui souffres, qui que tu sois, entre, dors, mange, reprends espoir, ici on t'aime ». Pour que ce soit possible, il faut que les plus riches prennent leur part, que ceux qui le sont moins apportent leur courage et que ceux qui n'ont rien donnent un peu de leur envie pour construire un demain où chacun ait sa place. Il faut que nos dirigeants, élus, fonctionnaires, mobilisent tout le trésor public pour l'affecter à changer un monde qui le peut et qui le doit. Et il n'est pas question que l'on tarde. Car il n'y a rien à attendre : tout est là. Les idées, les gens bien, les moyens qu'il suffit d'affecter ici plutôt que là où l'on sert l’accessoire alors que le plus souffrant pose le genou à terre. Grâce à vous, aucun homme, aucune femme, aucun gosse ne mourra plus à deux pas d'un fronton de Mairie où figure notre devise, d'une église, d'un supermarché ou sous les ponts du pays et les cabanes des bidonvilles. Au nom du combat de l’abbé Pierre, Merci !

SI VOUS NOUS SOUTENEZ, SIGNEZ ! http://onattendquoi.fondation-abbe-pierre.fr/#1188

 
   
 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat
commenter cet article

commentaires