Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ensemble

Rechercher

Privatisation

Afficher l'image d'origine

17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 08:26

 

Édith Lasry-Segura | | MAJ :

réagir
Argenteuil, le 13 mai 2016 . Le bailleur social AB-Habitat procède au changement des compteurs d’eau des mille logements de la résidence Joliot-Curie. Certains locataires nient avoir été informés de la venue de techniciens.
Argenteuil, le 13 mai 2016 . Le bailleur social AB-Habitat procède au changement des compteurs d’eau des mille logements de la résidence Joliot-Curie. Certains locataires nient avoir été informés de la venue de techniciens. (LP/E.L.)

 

« C’est scandaleux de surfacturer la consommation d’eau. Surtout lorsque ça concerne des locataires qui peinent à joindre les deux bouts », dénonce Dominique Mariette, habitant de la cité Joliot-Curie d’Argenteuil.

 

Depuis le mois de mars, le bailleur social AB-Habitat (AB-H), détenteur de plus de mille logements sociaux dans cette résidence, change le compteur d’eau de chaque habitation. Il a décidé de frapper au portefeuille tous ceux qui n’ont pas ouvert leur porte aux techniciens.

A la résidence Joliot-Curie, plus d’une centaine de locataires estime n’avoir jamais été prévenu de la venue d’un technicien. Sans réponse de leur part, AB-Habitat a élevé considérablement les estimations de leur consommation d’eau, par rapport aux précédentes factures.

AB-Habitat sanctionne ceux qui n’ont pas ouvert aux techniciens

En mars, Dominique Mariette a ainsi reçu un courrier du bailleur le sommant de contacter la société chargée du changement de compteur. Le courrier précise qu’il a été « informé à trois reprises de l’intervention du technicien ». Le document est accompagné d’un avis de régularisation. Le locataire y trouve sa consommation d’eau pour la période de juillet à décembre 2015, et au bas de la page, un solde de régularisation de 879,90 €.

« J’étais abasourdi. Je consomme très peu d’eau, et je suis seul. Lorsque j’ai vu que le nouvel index mentionnait étrangement un niveau de consommation d’eau plus élevé que d’habitude (NDLR : 922 m3 au lieu de 770 m3 la plupart du temps), j’ai compris qu’AB-H nous manipulait. Le pire, c’est que de nombreux locataires sont prélevés automatiquement, et dans ces cas-là, ils sont mis au pied du mur. »

Selon l’un des responsables d’AB-H, Philippe Reve, « Il n’y a que la contrainte financière qui fait bouger les gens. Les avertissements sont les seuls moyens d’accéder aux logements. Nous avons informé les habitants en posant des affiches dans les halls. Si le locataire n’est pas présent au troisième rendez-vous, alors nous appliquons un forfait moyen, en fonction du nombre de personnes dans les logements. Nous régulariserons la situation une fois que le technicien aura posé le nouveau compteur. »

Parmi les locataires, plus de la moitié touche des revenus inférieurs à 15 000 € par an.

« Je suis dans l’incapacité de payer les 623 € »

Parmi la centaine de locataires qui ont vu le montant de leur consommation d’eau grimper, Karine Chataignier, résidente depuis trente ans à Argenteuil, a refusé de payer la somme de 623 € due au bailleur AB-H. « Je me trouve dans l’incapacité totale de payer une telle somme. J’ai un petit salaire, alors j’ai dû arrêter le prélèvement automatique auprès de l’agence AB-H de mon quartier, parce qu’ils allaient me débiter très rapidement. Sur mon dossier, il était indiqué compteur changé, c’est incompréhensible. Aucun technicien n’est pourtant venu chez moi. »

 

Lorsqu’elle découvre la facture, Karine vérifie immédiatement son compteur et remarque que l’index indiqué par AB-H était « beaucoup trop élevé ». « Ils profitent de nous, alors que je n’ai jamais reçu de courrier de leur part. Afficher des documents dans les halls d’immeuble, ça n’est pas suffisant. Les gens sont pressés par le temps, il serait plus simple de nous écrire personnellement pour fixer un rendez-vous. J’aurais pu m’organiser en conséquence. »

 

Avec un loyer de 470 €, Karine Chataignier doit donc rajouter deux cents euros par mois, pendant trois mois. « Il est hors de question que je paye quoi que ce soit. J’attends déjà que mon compteur soit réellement changé. »

Partager cet article

Repost 0
Published by CGT Office Public AB-Habitat
commenter cet article

commentaires